De Grasse (croiseur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Grasse.

De Grasse
Image illustrative de l’article De Grasse (croiseur)
Le De Grasse (C610)
Type Croiseur léger
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Arsenal de Lorient / Brest
Quille posée 1937
Lancement
Armé
Statut démoli en 1976
Équipage
Équipage 983 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 188,3 m
Maître-bau 21,5 m
Tirant d'eau 5,54 m
Déplacement 9 380 tonnes
Propulsion 2 groupes de turbines à vapeur Rateau
4 chaudières Indret
Puissance 105 000 cv
Vitesse 33,8 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 100 mm
pont = 38 mm
Armement 8×2 canons de 127 mm/54 calibres Modèle 1948[1]
10x2 canons Bofors de 57 mm/60 calibres modèle 1951[2]
Électronique radars (DRBV-22 puis DRBV-23, DRBV-20 puis DRBV-11, DRBI-10, DRBC-30)
Rayon d'action 6000 milles à 18 nœuds
Carrière
Port d'attache Toulon

Le De Grasse (C610), nommé ainsi en l'honneur de l'amiral François Joseph Paul de Grasse (1722-1788), est le seul exemplaire achevé d'une série de trois croiseurs légers de 8 000 tonnes qui fut commandée en 1937-38 à l'arsenal de Lorient. Il ne fut achevé à Brest qu'après la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le De Grasse est conçu pour être un croiseur plus lourd que ceux de la classe La Galissonnière avec une amélioration de l'armement antiaérien.

Sa construction est arrêtée au début de la guerre et échappe aux divers bombardements du port. Les Allemands décident d'en faire un porte-avions léger, mais le manque de matériaux arrête le projet en 1943.

Sa coque est finalement mise à l'eau en septembre 1946, mais elle n'est remorquée qu'en 1951 au port de Brest pour son achèvement. Le navire fait ses premiers essais en mer en 1955. Il est admis au service actif le 10 septembre 1956 à la base navale de Toulon.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Plans de 1938[modifier | modifier le code]

  • Déplacement : 8 000 tonnes standard, 11 431 tonnes à pleine charge
  • Dimensions :
  • Propulsion : deux groupes de turbines à vapeur, 2 hélices, 4 chaudières, 110 000 ch
  • Vitesse : 35 nœuds
  • Armement :
    • 9 × 152 mm (3 tourelles triples)
    • 6 × 100 mm (3 tourelles doubles)
    • 8 × 37 mm
    • 8 × 13.2 mm mitrailleuses
    • 6 × 550 mm tubes lance torpilles
  • Protection (blindage)
    • Ceinture : 100 mm
    • Ponts : 38 mm
    • Tourelles : 100 mm
    • Citadelle (passerelle) : 95 mm
  • Aviation : 2 catapultes, 2 hydravions
  • Équipage : 580 (ou 691 avec un état-major)

Version réalisée (1956)[modifier | modifier le code]

  • Déplacement : 9 380 tonnes Washington, 11 431 tonnes à pleine charge
  • Dimensions :
    • longueur : 188,40 m hors tout
    • largeur : 21,50 m (au fort)
    • tirant d'eau : 6,30 m (à pleine charge)
  • Propulsion : deux groupes de turbines à vapeur, 2 hélices, 4 chaudières (timb. 35 kg/cm² ; surch. 385°), 105 000 ch, 120 000 ch aux essais.
  • Vitesse : 33,8 nœuds
  • Armement (tous canons antiaériens) :
    • 16 × 127 mm (8 tourelles doubles)
    • 20 × 57 mm (10 affûts doubles)
    • pas de tubes lance torpilles
    • pas d'aviation embarquée (une plateforme à l'arrière pour recevoir un hélicoptère léger de liaison)
  • Protection (blindage)
    • Ceinture : de 76 mm à 100 mm
    • Ponts : 68 mm
    • Citadelle (passerelle) : 95 mm
  • Équipage : (pleine capacité opérationnelle) 980 (70 officiers, 160 officiers mariniers, 750 hommes) y compris un état-major

Service[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1964, ce croiseur antiaérien sera le bâtiment amiral de l'Escadre (basée à Toulon)[3] et fera de nombreux exercices en Méditerranée, une croisière aux Antilles en 1957 et un tour du monde en 1962. Après une refonte à Brest de 1964 à 1966, il devient le bâtiment de commandement du Groupe opérationnel des expérimentations nucléaires (G.O.E.N.) pour le Centre d'expérimentation du Pacifique. Il effectue sept campagnes d'expérimentations nucléaires en Polynésie française. C'est à son bord que le général de Gaulle assistera au premier tir sous ballon captif (code Bételgeuse) le 11 septembre 1966 à Moruroa.

Son dernier commandant fut le Capitaine de vaisseau Hervé Jaouen.

En 1972, il est mis en réserve à Brest. Rayé des listes le 25 janvier 1974, il est vendu pour démolition à La Spezia en 1976.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [France 127 mm/54 (5") Model 1948, www.navweaps.com http://www.navweaps.com/Weapons/WNFR_5-54_m1948.htm]
  2. [France 57 mm/60 (2.25") Model 1951, www.navweaps.com http://www.navweaps.com/Weapons/WNFR_57-60_m1951.htm]
  3. en alternance avec le croiseur Colbert