Céline Dumerc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Céline Dumerc Portail du basket-ball
Céline Dumerc 20140308.jpg
Céline Dumerc, match de gala Championnes de cœur à Toulouse (2014)
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (32 ans)
Tarbes
Taille 1,69 m (5 7)
Poids 62 kg (136 lb)
Surnom Caps’
Situation en club
Club actuel Dream d'Atlanta
Tango Bourges Basket
Numéro 9
9
Poste meneuse
Carrière universitaire ou amateur
1995-1997
1997-2000
Tarbes Gespe Bigorre
INSEP (NF1B)
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
2014-2015

2014
Tarbes GB
Tarbes GB
Tarbes GB
CJM Bourges
CJM Bourges
CJM Bourges
CJM Bourges
CJM Bourges
CJM Bourges
UMMC Iekaterinbourg
UMMC Iekaterinbourg
CJM Bourges
CJM Bourges
Tango Bourges
Tango Bourges

Dream d'Atlanta
02,4
06,0
07,5
09,0
07,0
09,7
10,0
07,7
10,1
0?
0?
06,4
09,9
08,6
8,7[1]

03,3[2].
Sélection en équipe nationale **
2003- Drapeau : France France (214 sél.) 1385[3]

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Céline Dumerc, née le à Tarbes (Hautes-Pyrénées), est une joueuse internationale de basket-ball française, évoluant au poste de meneuse au Tango Bourges Basket, gauchère et mesurant 1,69 m. Surnommée Caps’ (de « capsule »), elle s’impose peu à peu comme une des meneuses majeures de l’équipe de France, dont elle devient la capitaine. Avec celle-ci, elle remporte un titre européen, lors du championnat d'Europe 2009, une médaille de bronze lors de l'édition suivante, en 2011, la médaille d'argent aux Jeux olympiques 2012 de Londres, puis la médaille d'argent au championnat d'Europe 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Céline Dumerc est issue d'un milieu modeste, son père occupant le métier d'artisan et sa mère le métier de comptable[4]. Pratiquant le basket-ball, comme cette dernière dans le passé, elle évolue à Tarbes Gespe Bigorre avant de rejoindre le Centre fédéral de basket-ball, basé à l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (INSEP). Elle y fait la connaissance d'un autre joueur marquant du basket-ball français, celui-ci rejoignant l'INSEP la même année, Tony Parker[5]. C'est dans son ancien club de Tarbes qu'elle signe son premier contrat professionnel. Elle y évolue de 2000 à 2003, terminant finaliste du championnat de France en 2003 et participant à une finale de la finale de la Coupe Ronchetti l'année précédente, contre le club italien de Famila Schio.

Désireuse de se confronter à des joueuses de haut niveau pour continuer sa progression, elle désire évoluer dans un club disputant l'Euroligue comme elle vient de le faire cette dernière saison avec Tarbes[6]. Elle rejoint ainsi le club de CJM Bourges Basket qui est en cours de renouvellement avec l'arrêt de Yannick Souvré et l'arrivée d'un nouvel entraîneur Pierre Vincent[6], le président Pierre Fosset désirant « lui offrir la succession de Yannick Souvré. Elle est donc arrivée en même temps que Pierre Vincent, qui lui a de suite confié beaucoup de responsabilités[7]. ».

Après deux finales du championnat, en 2004 et 2005, perdues face à l'USVO, elle remporte son premier championnat en 2006. Cette saison voit également le club remporter la coupe de France et le tournoi de Fédération. En Euroligue, Bourges s'incline de un point en quart de finale, 70 à 69, face au club de Brno, futur vainqueur de la compétition.

L'année suivante, l'USVO reprend le titre de champion de France face aux Berruyères, celles-ci remportant pour leurs parts le tournoi de la Fédération. En Euroligue, Bourges atteint le Final Four, disputé à Vidnoye. Le club échoue face au club espagnol de Valence en demi-finale sur le score de 73 à 59. Dumerc manque totalement sa rencontre, ayant considéré comme l'accession comme un but en soi.

Joueuse en dribble derrière la ligne à 3 points, face à une adversaire de dos.
De dos, en défense contre Ekaterina Dimitrova.

L'année suivante, Bourges domine la Ligue féminine de basket, remportant le championnat face au club de Lattes-Montpellier. Elle reçoit le titre de meilleure joueuse française, ses coéquipières, l'Australienne Belinda Snell remportant le titre pour les étrangères et Nwal-Endéné Miyem chez les espoires[8]. Les Berruyères retrouvent également le Final Four de l'Euroligue. Elles disputent la demi-finale face à Brno qui évolue à domicile. Elles ont longtemps mené au score avant d'être rejointes en fin de match (77-77) et de perdre pied en prolongation sur le score de 90 à 81[9]. Durant cette saison d'Euroligue, Dumerc participe au All Star Game au sein de l'équipe européenne.

Après avoir une première fois renoncée à une offre en 2007[10], elle signe pour le club russe de l'UMMC Iekaterinbourg pour la saison 2009-2010 où elle rejoint sa compatriote Sandrine Gruda, qui effectue sa troisième saison au club[11]. Elle manque toutefois le début de la saison de sa nouvelle équipe en raison d'une blessure, disputant son premier match d'Euroligue sous ses nouvelles couleurs en décembre 2009[12]. En janvier, le club remporte la coupe de Russie aux dépens du Spartak région de Moscou. Ce dernier club prive le club de Gruda et Dumerc d'une finale en Euroligue en remportant la demi-finale du Final Four de Valence sur le score de 87 à 79. Lors de cette compétition, elle présente un temps de jeu 21 minutes 3 avec des statistiques de 4,5 points, 2,2 rebonds et 2,6 passes[13]. Plus tard dans la saison, les deux équipes se disputent un nouveau titre : Ekaterinbourg remporte le championnat de Russie en l'emportant en deux manches 70 à 62 puis 73 à 67.

En 2010-2011, Céline Dumerc et son équipe s'inclinent en demi-finale de l'Euroligue face au Spartak région de Moscou, avec 2 points et 2 rebonds de Dumerc, sa compatriote Sandrine Gruda présentant des statistiques de 4 points et 7 rebonds. Lors du match pour la troisième place, remportée 64 à 52 à Valence, Céline Dumerc inscrit 6 points, capte 5 rebonds et réussit 5 interceptions en 33 minutes[14]. Ekaterinbourg prend sa revanche sur le Spartak en remportant le championnat russe[15]. Sur la saison, les statistiques de Dumerc sont de 4,2 points, 3,0 rebonds, 3,5 passes, 2,5 interceptions en un peu plus de 27 minutes[16]. Elle se classe ainsi au douzième rang des passeuses et au deuxième rang des interceptrices[16].

Après ces deux saisons en Russie, où la vie de « mercenaires, pour faire un boulot et gagner de l’argent. » ne correspondant pas à ses attentes[17], elle revient à Bourges[18]. Pour sa première saison depuis son retour, elle participe à une nouvelle campagne européenne en Euroligue, campagne qui se termine finalement en huitième de finale face au club espagnol de Rivas Ecópolis, futur finaliste de la compétition. Elle termine à la huitième place du classement des passeuses avec une moyenne de 4,3 passes[19]. Elle ajoute également 9,6 points, 3,9 rebonds et1,5 interception[19]. En France, elle remporte un nouveau titre de championne de France en s'imposant en deux à zéro face aux joueuses de Basket Lattes Montpellier Agglomération[20]. Par contre, les Berruyères sont battues en finale de la coupe de France par le club d'Arras Pays d'Artois Basket Féminin[21].

Fin 2012, considérant la faible exposition du sport féminin dans les médias et son insuffisante reconnaissance dans la société malgré ses résultats sportifs, elle s'engage - tout comme Emmeline Ndongue et Endy Miyem - avec le club de Bourges pour organiser les premiers états généraux du sport féminin en équipe[22]. Lors du Final Eight de l'Euroligue 2012-2013, après une défaite initiale face au club turc de Fenerbahçe İstanbul, avec 6 points, 1 passe, 1 rebond et 6 balles perdues de Dumerc, elle se ressaisit lors de la rencontre suivante, face au Spartak, en terminant meilleure marqueuse de la rencontre avec 21 points, auxquels elle ajoute 6 passes et 6 rebonds, 1 interception mais 5 balles perdues[23]. Avec la victoire sur le score 71 à 64[24], les Berruyères conservent leur chance de rejoindre les demi-finales. La victoire face à Schio sur le score de 60 à 56, 6 points, 5 passes et 5 balles perdues de Dumerc, et la victoire de Fenerbahçe sur le Spartak, donne le droit à la meneuse française de retrouver son ancienne équipe de Iekaterinbourg en demi-finale. Cette dernière, grande favorite de la compétition, s'impose nettement sur le score de 73 à 44. Lors du match pour la troisième place, les Berruyères s'imposent 65 à 57 avec 24 points de Dumerc, son meilleur total de la saison en compétitions européennes, 7 rebonds, 3 passes, 1 interception et 1 balle perdue de sa meneuse[25]. Sur la scène française, Bourges s'incline en quart de finale de la Coupe de France, puis, après une deuxième place de la phase régulière, l'équipe berruyère s'impose en finale du championnat face à Montpellier sur le score de deux à un, s'inclinant tout d'abord à domicile sur le score de 52 à 54 avec 12 points, 5 passes et 5 pertes de balle de sa meneuse[26], puis remportant les deux rencontres disputées chez son adversaire, 60 à 53 avec 8 points de Dumerc, 7 passes, 4 interceptions[27], puis 64 à 54 lors de la rencontre décisive où Dumerc est une nouvelle fois décisive avec 12 points, 7 rebonds, 7 passes et 7 fautes provoquées[28].

Lors de la saison 2013-2014, elle est sacrée meilleure joueuse française du championnat pour la seconde fois après la saison 2007-2008[29]. Bourges finit en tête de la saison régulière. En 2013-2014, elle accroche avec Bourges la quatrième place de l'Euroligue[30], jouant 18 matches pour 8,9 points, 4,9 rebonds et 4,9 passes décisives de moyenne[31]. Elle s'engage dans plusieurs initiatives caritatives en tant qu marraine des Championnes de cœur ou pour l'UNICEF[32].

Bourges remporte en 2014 sa huitième coupe de France face à Villeneuve-d'Ascq par 57 points à 48[33].

WNBA[modifier | modifier le code]

Elle décide au début de l'été 2014 de rejoindre la WNBA afin d'intégrer la franchise du Dream d'Atlanta[34], équipe avec laquelle elle signe un contrat courant sur plusieurs saisons, les termes de ce contrat n'étant toutefois pas publiés[35]. Également sollicitée par le Liberty de New York, elle déclare après son choix du Dream : « Dans la carrière d'une basketteuse, aller vivre une expérience aux USA, je pense que c'est un plus. (...) Auparavant (...) j'avais à cœur de faire toute la préparation avec les équipes de France, de ne pas rater quoi que ce soit ; là, je l'ai joué un peu égoïste, je me suis dit, à moi de me faire plaisir »[36]. Arrivée un peu après le début de la saison 2014, elle prend plaisir à cette expérience en découvrant les villes américaines et des salles de capacité supérieures à celle de France, et ce d'autant plus que le Dream détient le meilleur bilan de la Conférence Est[37]. Présente dans la rotation, elle est remplaçante : « J’ai dû m’adapter et apprendre à rester dans le match alors que je ne joue pas beaucoup et à l’inverse il m’arrive aussi de parfois jouer beaucoup d’un coup. C’est très intéressant comme challenge pour moi et cela m’a obligé à adapter mon jeu[37]. » Elle est appréciée de la leader du Dream Angel McCoughtry : « Elle est une vraie meneuse sur le terrain et joue très dur en défense. Son expérience nous aide beaucoup et elle sait comment rendre ses coéquipières meilleures[37]. » Au 2 août, elle est la meilleure passeuse de WNBA au ratio du temps de jeu[38]. Si le Dream termine à la première place de la Conférence Est, la franchise d'Atlanta est battue sur le fil lors de la troisième manche par le Sky de Chicago. Céline Dumerc ne peut participer aux deux dernières rencontres étant blessée au genou[39].

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Elle obtient ses premières récompenses avec l'équipe de France lors du championnat d'Europe cadettes de 1997, compétition où la France termine troisième. Elle termine celle-ci avec des statistiques de 4,4 points, 1,9 rebond et 2,4[40]. L'année suivante, elle termine à la dixième place du Championnat d'Europe juniores où elle termine avec des statistiques de 3,1 points, 2,7 rebonds, et 1,0 passe[41]. Deux ans plus tard, elle termine cinquième du championnat d'Europe de cette même catégorie d'âge, 6,5 points, 3,2 rebonds, et 1,9 passe[42] puis cinquième du championnat du monde juniores avec 14,3 points, 4,3 rebonds et 2,1 passes[43]. Lors du Championnat d'Europe des 20 ans et moins disputé à Zagreb, elle obtient sa deuxième médaille internationale, le bronze, avec une sélection qui compte des joueuses qu'elle retrouve plus tard en sélection A, Emmeline Ndongue, Aurélie Bonnan, Émilie Gomis ou Gaëlle Skrela. Ses statistiques sur ce tournoi sont de 8,9 points, 5,8 rebonds et 3,9 passes[44]. Elle remporte une nouvelle médaille l'année suivante, lors du championnats du monde des -21 ans 2003, compétition où la France obtient la médaille de bronze. Ses statistiques sont de 7,9 points, 2,2 rebonds et 2,8 passes[45], meilleure passeuse de la compétition[46], ce qui contribue à son titre de meilleure meneuse de la compétition[5].

C'est cette même saison qu'elle obtient sa première sélection avec la sélection A, le à Lorient contre la Slovaquie[47]. Avec celle-ci, les débuts sont plus laborieux, Alain Jardel privilégiant les « anciennes », championnes d'Europe 2001, aux jeunes joueuses.

Lors de sa première compétition majeure avec les Bleus, lors du championnat d'Europe 2005, la France échoue en quart de finale face à la Russie puis termine à la cinquième place grâce à une victoire 85 à 62 sur la Lettonie. Dans cette compétition, où ses statistiques sont de 6,6 points, 0,9 rebond, 3,6 passes en un peu plus de 19 minutes[48], ses meilleures performances sont de 8 passes, face à la Pologne, et 16 points face à la Lituanie, lors des deux matchs de classement[48].

Cette place de cinquième assure à la France une participation au championnat du monde 2006. Lors de la préparation à celui-ci, elle inscrit 19 points lors d'une rencontre face à la Chine, ce qui est alors son meilleur score en sélection[49].

  • Quatrième de son groupe du second tour, la France échoue en quart de finale face au futur vainqueur, la sélection australienne[50]. Elle remporte ensuite ses deux matchs de classement pour terminer à la cinquième place. Deuxième passeuse française avec 2,9 derrière Audrey Sauret-Gillespie, elle inscrit 5,9 points avec 43,2 % à deux points et 37,5 % à trois points, capte 2,4 rebonds[51].

Lors du championnat d’Europe 2007 disputé en Italie, les Françaises, désormais dirigées par Jacques Commères[52], échouent en quart de finale face à la Lettonie sur le score de 66 à 62[53]. Lors de ce dernier match, elle termine avec 7 points, 2 sur 11 à deux points et 1 sur 8 à trois points, captant également 3 rebonds mais ne délivrant aucune passe[54]. La défaite face à la Lituanie lors du match suivant prive les Françaises d'une place lors du tournoi préolympique 2008[55]. Les statistiques de Dumerc sur la compétition sont de 4,4 points et 1,2 passes en 15,9 minutes avec des pourcentages de réussite de 32,1 % et 16,7 % à deux et trois points[54]. Elle explique plus tard que le quart perdu face à la Lettonie n'est pas du essentiellement au manque d'efficacité en attaque face à une zone mais également à des problèmes de défense sur le pick-and-roll[5]. Ce match set aussi de révélateur sur un problème de groupe, celui-ci étant résolu l'année suivante par le nouveau sélectionneur Pierre Vincent qui déclenche une réunion sur le sujet[5].

Photo d'équipe, les joueuses étant positionnées sur deux rangs.
En 2011 avec l'équipe de France (premier rang, au centre).

Avec l'arrivée de ce dernier, son entraîneur de Bourges, qu'elle avait également côtoyé en équipe de France avec les sélections de jeunes, elle devient peu à peu l'un des éléments majeurs de la sélection.

Lors du championnat d'Europe 2009, les Françaises terminent invaincues des deux premiers tours, avec en particulier une victoire sur la Russie, favorite de la compétition. En quart de finale, la France est opposée à la Grèce qui, s'appuyant sur les points de Evanthía Máltsi, mène 48 à 43 à deux minutes quarante-quatre du terme de la rencontre. Dumerc ajoute un tir à trois points après un lay-up de Sandrine Gruda avant que Florence Lepron donne la victoire aux Françaises sur un dernier tir à trois points. La France l'emporte ensuite 64 à 56 face aux Biélorusses. En finale, les Françaises retrouvent les Russes et s'imposent sur le score de 57 à 53 pour obtenir le deuxième titre européen du basket-ball féminin français. Sandrine Gruda et Céline Dumerc, 8,1 points, 2,4 rebonds et 3,3 passes[56], sont également honorées à titre individuel en étant élues dans le meilleur cinq de la compétition[57].

Avec l'absence de Sandrine Gruda, forfait pour le mondial en raison de tendinopathie aux rotules des deux genoux[58], les responsabilités de Céline Dumerc au sein des Bleues augmentent encore. Lors de la compétition, elle est la joueuse française la plus sollicitée par le sélectionneur avec 25 minutes 33. Elle termine au deuxième rang des marqueuse françaises avec 8,8 points, troisième rebondeuse avec 4,1 prises et meilleure passeuse avec 3,8[59].

Céline Dumerc reçoit le renfort de Edwige Lawson-Wade sur le poste de meneuse lors du championnat d'Europe 2011. Pierre Vincent associe même les deux joueuses par séquence. Les Françaises subissent deux défaites lors des deux premiers tours, d'abord face à la Lettonie puis face au Monténégro avant d'affronter la Lituanie en quart de finale. En s'imposant face à celle-ci sur le score de 66 à 58, les Françaises s'assurent au minimum d'une place pour le tournoi préolympique 2012[60]. Toutefois, elles s'inclinent ensuite en demi-finale face à la Turquie sur le score de 68 à 62 après prolongation[61]. Lors de la finale pour la troisième place, les Françaises s'imposent 63 à 56 face à la République tchèque pour obtenir la médaille de bronze[62]. Sur l'ensemble de la compétition, Céline Dumerc termine au sixième rang des passeuses avec une moyenne de 3,8 passes. Toutefois, ses statistiques aux tirs sont moins bonnes : elle inscrit 5,8 points mais à 16 sur 54 soit 29,6 %. Elle ajoute également 4,1 rebonds[63]. Critiquée pour ses performances — les meneuses Dumerc, Wade-Lawson sont créditées de une réussite sur neuf au tirs, huit passes et six balles perdues sur la première mi-temps du match pour la troisième place[64] — elle reconnait qu'elle n'a joué à son meilleur niveau sur cet Euro, expliquant qu'elle n'a « pas les qualités suffisantes pour faire de grandes choses sans confiance ou avec du doute[65] ».

Sue Bird, le ballon dans les mains, opposée à Céline Dumerc, qui tente d'intercepter une passe les bras écartés.
Lors de la finale olympique en 2012, en défense face à Sue Bird.

Lors du tournoi pré-olympique, où la France remporte ses trois rencontres pour obtenir le droit de participer aux jeux de Londres, les points des Françaises sont surtout apportés par le jeu intérieur, Sandrine Gruda, Isabelle Yacoubou et Nwal-Endéné Miyem occupant les trois premiers rangs des marqueuses françaises. Elle apporte toutefois 4,7 points de moyenne, avec également 2,7 rebonds et 5,3 passes[66]. Lors du début du tournoi olympique, elle prend encore plus d'importance dans le jeu offensif de sa sélection en inscrivant 23 points, son record en équipe de France, délivre 5 passes, et réussit 4 interceptions lors de la victoire face au Brésil lors de la première rencontre[67]. Lors des trois rencontres suivantes, trois victoires sur l'Australie, le Canada et la Grande-Bretagne, elle inscrit au moins 10 points. Sur cette dernière rencontre, elle est particulièrement décisive en réussissant deux tirs à trois points sur trois : le premier à cinq secondes du terme de la rencontre pour permettre aux Françaises de disputer une prolongation et le deuxième, inscrit à deux dixièmes du sifflet final, donne la victoire à son équipe sur le score de 80 à 77[68]. Elle termine de nouveau meilleure marqueuse française lors de la dernière rencontre de premier tour avec 12 points, et 2 rebonds et 3 passes, lors la victoire 65 à 54 face aux Russes, les Bleues s'assurant ainsi de la première place du groupe[69]. Avec 23 points, dont un 3 sur 5 à trois points, 6 passes et encore 4 rebonds face à la République Tchèque, elle s'avère décisive dans la qualification de la France pour les demi-finales[70],[71]. Elle s'avère de nouveau prépondérante lors de la victoire 81 à 64 face aux Russes en demi-finale, inscrivant un tir à trois points qui redonne huit points d'avance au terme du troisième quart-temps. Au total, ses statistiques sur la rencontre sont de 11 points, 3 sur 5 à trois points, 2 rebonds et trois passes. Les Françaises se qualifient ainsi pour la finale du tournoi olympique face aux Américaines. Gênée par la défense de celles-ci, en particulier Diana Taurasi qui la prend en défense, elle est moins efficace que ses précédentes au tir, 2 sur 10 dont un 0 sur 5 à trois points. Elle capte toutefois 3 rebonds, délivre 3 passes et réussit 4 interceptions[72]. Les Américaines remportent la rencontre sur le score de 86 à 50. Les Françaises remportent la première médaille d'argent du basket-ball féminin.

Pendant ce tournoi, elle et son équipe gagnent une importante notoriété médiatique. Celle-ci est nettement plus importante que l'intérêt suscité après la victoire lors de la victoire au championnat d'Europe 2009, où selon Dumerc, « lorsque nous avons été championnes d'Europe, trois jours après, plus personne n'en parlait. »[73]. Cela se traduit après les Jeux par de nombreuses sollicitations, le président de Bourges révélant qu'il dû réguler les demandes, le club devant faire face parfois à trois reportages d'équipes de télévision lors de la même semaine[74]. Céline Dumerc arrive troisième au référendum de la sportive de l'année du quotidien sportif français L'Équipe derrière les championnes olympiques Camille Muffat et Lucie Décosse, qu'elle a côtoyée à l'INSEP[75].

Malgré un effectif largement renouvelé, avec cinq joueuses présentes aux Jeux - Clémence Beikes, Jennifer Digbeu, Elodie Godin, Marion Laborde et Florence Lepron absentes pour différentes raisons - l'équipe de France figure parmi les principales favorites au titre européen 2013, dont la compétition se déroule en France[76]. Elle termine les deux premiers tours avec six victoires et aucune défaite[77]. Lors du premier match à élimination directe, en quart de finale contre la Suède, sa deux centième sélection sous le maillot bleu, elle s'avère décisive lors d'une victoire difficile sur le score de 87 à 83 : bien que gênée par des problèmes de fautes, quatrième concédée dès la vingt-quatrième minute, elle inscrit trois paniers à trois points dans les deux dernières minutes pour un total de seize points[78]. En demi-finale, la France s'impose face à la Turquie sur le score de 57 à 49[79], Dumerc, malgré son plus grand temps de jeu de la compétition, 30 minutes, n'inscrivant que 4 points, un sur six aux tirs. Lors de la finale, perdue face à l'Espagne sur le score de 70 à 69, elle termine avec 11 points, trois sur trois à trois points, et 3 rebonds et 3 passes[80]. Elle figure dans le meilleur cinq de la compétition, en compagnie de sa compatriote Isabelle Yacoubou, de la Suédoise Frida Eldebrink et des Espagnoles Alba Torrens et Sancho Lyttle, cette dernière remportant le titre de meilleure joueuse de la compétition[81].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Discrète sur sa vie personnelle, elle s'implique dans des actions de solidarité. Après le premier match des Championnes de Cœur au profit de l’UNICEF, Céline Dumerc intègre la Team UNICEF, où elle rejoint des sportifs comme la joueuse de tennis Alizé Cornet, la skieuse Tessa Worley, le perchiste Renaud Lavillenie, le biathlète Martin Fourcade et le footballeur Rio Mavuba[82]. Elle lance pour l'été 2015 son premier camp de basket qui s'adresse aux meneuses de jeu[83].

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Saisons Équipe Pays
1995-1997 Tarbes Gespe Bigorre (minimes, espoirs) Drapeau de la France France
1997-2000 INSEP (NF1) Drapeau de la France France
2000-2003 Tarbes Gespe Bigorre Drapeau de la France France
2003-2009 CJM Bourges Basket Drapeau de la France France
2009-2011 UMMC Iekaterinbourg Drapeau de la Russie Russie
2011- Tango Bourges Basket Drapeau de la France France
2014- Dream d'Atlanta Drapeau des États-Unis États-Unis

Palmarès[modifier | modifier le code]

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Seniors[modifier | modifier le code]

Jeunes[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Son palmarès dans des compétitions nationales est:

Son palmarès dans des compétitions internationales est :

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Récompenses décernées par des organismes du basket-ball[modifier | modifier le code]

Distinctions médiatiques[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques en LFB[94]
Saison Club M 2 pts 3 pts LF F Fp Rebonds Int BP C PD Eva Pts
R T  % R T  % R T  % Ro Rd Rt
2000-2001 Tarbes 23 17 47 36,2 7 - 41,2 15 17 88,2 - - - - - - - - - 3,48 2,4
2001-2002 Tarbes 28 58 142 40 17 - 34 44 57 77 - - - - - - - - - 7 6
2002-2003 Tarbes 30 49 103 47,6 30 97 30,9 36 51 70,6 3,5 2,3 2,3 - - - - 9,6 7,5
2003-2004 Bourges 28 63 139 45,3 16 72 22,2 77 97 79,4 2,4 3,7 3,7 - - - - 10,3 9,0
2004-2005 Bourges 29 44 110 40,0 23 78 29,5 46 63 73,0 3,0 2,6 2,6 - - - - 10,3 7,0
2005-2006 Bourges 33 77 150 51,3 32 99 32,3 71 89 79,8 2,3 2,9 2,9 - - - - 12,9 9,7
2006-2007 Bourges 27 68 135 50,4 27 98 27,6 52 63 82,5 2,0 3,1 3,1 - - - - 12,8 10,0
2007-2008 Bourges 27 46 86 53,5 27 74 36,5 36 50 72,0 2,2 2,3 0,8 2,6 3,4 2,0 1,9 0,1 4,6 12,3 7,7
2008-2009 Bourges 29 63 120 52,5 45 116 38,8 33 40 82,5 1,8 1,6 0,6 3,2 3,8 2,7 2,2 0,1 4,1 14,0 10,1
2011-2012 Bourges 25 37 97 38,1 17 76 22,4 34 46 73,9 2,1 3,0 0,6 2,6 3,2 1,5 1,8 0,0 4,7 8,7 6,4
2012-2013 Bourges 31 84 163 51,5 29 115 25,2 51 64 79,7 1,9 3,2 0,7 3,1 3,8 1,9 2,5 0,1 5,5 12,9 9,9
Statistiques en Compétitions européennes
Saison Club M Min Tirs 2pts 3pts LF Rebonds Pd F BP Int C Points
R/T % R/T % R/T % R/T % Ro Rd Rt T Moy.
2001-2002 Tarbes[95] 14 22,4 29/77 37,7 21/51 41,2 8/26 30,8 16/23 69,6 0,5 1,9 2,4 2,9 2,6 1,9 1,4 0,0 82 5,9
2002-2003 Tarbes[96] 13 34,0 35/87 40,2 25/56 44,6 10/31 32,3 18/28 64,3 0,8 2,9 3,8 2,3 3,2 2,5 2,3 0,1 98 7,5
2003-2004 Bourges[97] 16 25,5 52/12 41,6 46/99 46,5 6/26 23,1 28/35 80,0 0,5 1,7 2,2 3,3 3,3 2,7 1,9 0,1 138 8,6
2004-2005 Bourges[98] 17 26,3 47/97 48,5 34/59 57,6 13/38 34,2 19/28 67,9 0,8 2,3 3,1 4,2 3,3 3,2 1,6 0,1 126 7,4
2005-2006 Bourges[99] 15 30,6 48/10 44,0 34/74 45,9 14/35 40,0 28/36 77,8 1,3 2,1 3,4 5,2 2,7 2,9 2,6 0,1 138 9,2
2006-2007 Bourges[100] 16 33,3 60/15 38,0 46/94 48,9 14/64 21,9 31/36 86,1 1,0 3,0 4,0 4,5 2,9 2,3 2,4 0,2 165 10,3
2007-2008 Bourges[101] 13 28,3 40/90 44,4 17/41 41,5 23/49 46,9 35/47 74,5 0,9 2,8 3,8 3,2 3,1 2,6 1,8 0,2 138 10,6
2008-2009 Bourges[102] 15 28,2 55/12 43,3 32/71 45,1 23/56 41,1 21/31 67,7 0,9 3,3 4,1 4,7 3,1 1,8 2,3 0,1 154 10,3
2009-2010 UMMC Iekaterinbourg[103] 10 21,3 15/35 42,9 5/14 35,7 10/21 47,6 5/6 83,3 0,3 1,9 2,2 2,6 2,4 1,9 1,8 0,0 45 4,5
2010-2011 Ekaterinbourg[16] 15 27,4 21/68 30,9 12/27 44,4 9/41 22,0 12/15 80,0 0,7 2,3 3,0 3,5 2,7 2,3 2,5 0,0 63 4,2
2011-2012 Bourges[104] 11 32,1 30/79 38,0 15/40 37,5 15/39 38,5 31/41 75,6 0,9 3,0 3,9 4,3 2,9 2,4 1,5 0,0 106 9,6
2012-2013 Bourges[105] 20 32,8 83/218 38,1 51/131 38,9 32/87 36,8 28/48 58,3 0,6 3,7 4,3 4,4 2,9 3,3 1,5 0,1 226 11,3
2013-2014 Bourges[106] 18 31,5 53/158 33,5 27/68 39,7 32/87 36,8 28/42 66,7 0,5 4,4 4,9 4,9 1,6 2,8 1,8 0,2 160 8,9

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Céline Dumerc », Ligue féminine de basket (consulté le 18 avril 2015)
  2. « Céline Dumerc », WNBA (consulté le 24 août 2014)
  3. Mondial 2014 inclus. « Céline Dumerc », FFBB (consulté le 15 octobre 2014)
  4. Renée Greusard, « Basket : Dumerc, « petite particule » qui a hissé la France en finale »,‎
  5. a, b, c et d Pascal Legendre, « Du coté de ... Céline Dumerc », Maxi BasketNews, no 4,‎ , p. 30-35
  6. a et b Stéphane Badouard, « Céline Dumerc dit oui à Bourges », sur ladepeche.fr,‎
  7. Emmanuel Letreulle, « Les Tango Céline Dumerc, Emmeline Ndongue et Endy Miyem sont en équipe de France », sur leberry.fr, Le Berry Républicain,‎ (consulté le 19 juillet 2013)
  8. « La razzia berruyère », sur ffbb.com,‎
  9. Bourges craque sur la fin
  10. « Tarbes. Céline Dumerc, la taulière », sur ladepeche.fr,‎
  11. (en) « EuroLeague Women preview 2009-2010 », sur womensbasketball-in-france.com,‎
  12. (en) « Dumerc Returns As UMMC End Taranto's Winning Streak »,‎ (consulté le 30 janvier 2010)
  13. (en) « Euroleague Women 2010 - Céline Dumerc (UMMC Ekaterinburg) », sur www.fibaeurope.com (consulté le 28 novembre 2010)
  14. « Pas d'Euroligue pour les Françaises », sur ffbb.com,‎
  15. « Ekaterinbourg champion de Russie », Ligue féminine de basket,‎ (consulté le 30 avril 2011)
  16. a, b et c (en) « EuroLeague Women » 2011 » Players » Celine Dumerc (UMMC EKATERINBURG)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  17. « Céline Dumerc n’est pas une mercenaire », sur leprogres.fr,‎
  18. « Un collectif solide, mais pas de coach... », Bourges Basket,‎ (consulté le 13 mai 2011)
  19. a et b (en) « EuroLeague Women » 2012 » Players » Celine Dumerc (Bourges Basket) », sur fibaeurope.com (consulté le 31 juillet 2012)
  20. « Bourges sacré », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 31 juillet 2012)
  21. « Arras renverse Bourges », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 31 juillet 2012)
  22. « Halte au mépris du sport féminin en équipe ! », Daily Motion,‎ (consulté le 8 décembre 2012)
  23. (en) « EuroLeague Women » 2013 » Game » Bourges Basket 71-64 Sparta&K M.R. Vidnoje - Bourges Shock Sparta&K », sur fibaeurope.com,‎
  24. « Bourges s’offre le Spartak Moscou ! », sur leprogres.fr,‎
  25. a et b « Euroligue (F) : Bourges décroche la troisième place ! », Catch & Shoot,‎
  26. « Finale LFB : Lattes-Montpellier prend une option en l’emportant à Bourges », sur catch-and-shoot.com,‎
  27. Gabriel Pantel-Jouve, « Finale LFB : Bourges égalise à une manche partout », sur catch-and-shoot.com,‎
  28. Gabriel Pantel-Jouve, « LFB : Bourges conserve son titre de champion », catch-and-shoot.com,‎
  29. a et b « Dumerc, Page et Ayayi MVP », Ligue féminine de basket,‎ (consulté le 17 avril 2014)
  30. « Third Place Game Highlights », FIBA,‎ (consulté le 19 avril 2014)
  31. « ACCUMULATED STATISTICS », FIBA (consulté le 19 avril 2014)
  32. « Céline Dumerc : « S’engager pour une cause humanitaire, un devoir ! » », unicef.fr,‎ (consulté le 17 octobre 2014)
  33. « Face à Villeneuve d’Ascq, Bourges décroche sa huitième Coupe de France », Catch & Shoot,‎ (consulté le 10 mai 2014)
  34. « Céline Dumerc va découvrir la WNBA », sur ffbb.com,‎ (consulté le 4 avril 2014)
  35. (en) « Dream sign Celine Dumerc », sur espn.go.com,‎
  36. « Céline Dumerc : «Curieuse de vivre cette expérience-là» », La Dépêche du midi,‎ (consulté le 23 avril 2014)
  37. a, b et c Arnaud Gelb, « Céline Dumerc : « Je m’éclate vraiment dans mon expérience aux États-Unis » », basketusa.com,‎ (consulté le 28 juillet 2014)
  38. « Ranks », WNBA (consulté le 2 août 2014)
  39. « Célien Dumerc et Sandrine Gruda éliminées des play-offs WNBA », Be basket,‎ (consulté le 27 août 2014)
  40. (en) « Céline Dumerc's profile - 1997 European Championship for Cadettes », sur london2012.fiba.com
  41. (en) « Céline Dumerc's profile - 1998 European Championship for Junior Women », sur london2012.fiba.com
  42. (en) « Céline Dumerc's profile - 2000 European Championship for Junior Women », sur london2012.fiba.com
  43. (en) « Céline Dumerc's profile - 2001 World Championship for Junior Women », sur london2012.fiba.com
  44. (en) « Céline Dumerc's profile - 2002 European Championship for Young Women », sur london2012.fiba.com
  45. (en) « Céline Dumerc's profile - 2003 World Championship for Young Women  », sur london2012.fiba.com
  46. (en) « 2003 World Championship for Young Women: Player Leaders - Assists », sur london2012.fiba.com
  47. « Et de deux pour les Bleues ! », sur ffbb.com,‎
  48. a et b (en) « Céline Dumerc's profile - 2005 EuroBasket Women  », sur london2012.fiba.com
  49. « a belle aux Françaises », sur ffbb.com,‎
  50. « Une élimination au goût amer », sur ffbb.com,‎
  51. (en) « Céline Dumerc's profile - 2006 World Championship for Women  », sur london2012.fiba.com
  52. « Commères succède à Jardel », sur ffbb.com,‎
  53. « La désillusion », sur ffbb.com,‎
  54. a et b (en) « Celine Dumerc - EuroBasket Women 2007 », sur fibaeurope.com
  55. « Les Jeux sans les Bleues », sur ffbb.com,‎
  56. (en) « EuroBasket Women - Final Round 2009 (France) Celine Dumerc (France) », sur eurobasketwomen2009.com (consulté le 10 août 2012)
  57. (en) « Gruda, Dumerc Highlight All-Tournament Team », eurobasketwomen2009.com (consulté le 21 juin 2009)
  58. « Sandrine Gruda renonce », sur site de l'Équipe,‎ (consulté le 15 septembre 2010)
  59. (en) « Czech Republic 2010 - Céline Dumerc », sur czechrepublic2010.fiba.com (consulté le 28 novembre 2010)
  60. « Des Bleues dignes de confiance », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 31 juillet 2012)
  61. « Les Bleues ratent la marche », sur lequipe.fr,‎ 1er juillet 2011 (consulté le 31 juillet 2012)
  62. « La médaille du «cœur» », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 31 juillet 2012)
  63. « EuroBasket Women - Final Round 2011 (France) - Celine Dumerc (France) », sur eurobasketwomen2011.com (consulté le 31 juillet 2012)
  64. « Le bronze pour la France », sur lequipe.fr,‎
  65. « Dumerc : "C'est dur" », sur eurosport.fr,‎ (consulté le 10 août 2012)
  66. (en) « Céline Dumerc - 2012 FIBA World Olympic Qualifying Tournament for Women », sur london2012.fiba.com (consulté le 4 août 2012)
  67. « Dumerc façon Parker ! », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 4 août 2012)
  68. « Dumerc garde les Bleues invaincues », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 4 août 2012)
  69. « Les Bleues sont extra », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 5 août 2012)
  70. « JO (F) : La France en demi-finale ! », Catch & Shoot,‎ (consulté le 8 août 2012)
  71. « London women, Quarter-Finals », FIBA,‎ (consulté le 8 août 2012)
  72. « London women, Finals », FIBA,‎ (consulté le 12 août 2012)
  73. « Une braqueuse en or », sur lanouvellerepublique.fr,‎
  74. Adrien Pécout, « Céline Dumerc, meneuse de "Braqueuses" », sur lemonde.fr,‎
  75. « Dumerc, braqueuse... mais partageuse », L’Équipe,‎ (consulté le 26 décembre 2012)
  76. Christophe Remise, « Dumerc : «On sait qu’on sera l’équipe à battre» », sur sport24.lefigaro.fr,‎
  77. Syra Sylla, « Céline Dumerc et l’équipe de France restent invaincues dans cet Euro en battant la Biélorussie, sans trop souffrir. », sur basketactu.com,‎
  78. « Céline Dumerc est une magicienne », sur port.fr,‎
  79. « Basket-Euro 2013 : les Françaises disputeront "leur" finale », sur lemonde.fr,‎
  80. Glenn Ceillier, « Euro 2013 : La France chute en finale contre l’Espagne (69-70) et doit se contenter de l'argent », sur eurosport.fr,‎
  81. a et b « ChE (F) : Deux Bleues dans le cinq majeur », sur sport365.fr,‎ 1er juillet 2013
  82. Thibaut Lasser, « Céline Dumerc dans la Team UNICEF avec d’autres sportifs français », basquetebol.fr,‎ (consulté le 29 novembre 2014)
  83. Thibaut Lasser, « Rendez-vous dans la Drôme en juillet pour le Camp Céline Dumerc », basquetebol.fr,‎ (consulté le 29 novembre 2014)
  84. « Des Bleues en bronze », FFBB,‎ (consulté le 4 juillet 2011)
  85. « LFB : Bourges conserve son titre de champion », Catch & Shoot,‎ (consulté le 27 avril 2013)
  86. Gabriel Pantel-Jouve, « Bourges retrouve le titre de champion », bebasket.fr,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  87. a et b « Référendum LFB », sur basketlfb.com
  88. « Dumerc Women's POY 2012 », FIBA Europe,‎ (consulté le 11 février 2013)
  89. « Dumerc et Vincent honorés », sur lequipe.fr,‎
  90. « Céline Dumerc : « Ça me surprend et ça me touche énormément » », Catch & Shoot,‎ (consulté le 15 janvier 2013)
  91. (it) « Kirilenko è il re dell'anno Al russo l'Europlayer 2012 », sur gazzetta.it,‎
  92. « Muffat championne des championnes », sur www.lequipe.fr,‎
  93. Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination
  94. « DUMERC Céline », sur basketlfb.com
  95. (en) « Ronchetti Cup » 2002 » Players » Celine Dumerc (TARBES GESPE BIGORRE)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  96. (en) « EuroLeague Women » 2003 » Players » Celine Dumerc (TARBES GESPE BIGORRE)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  97. (en) « FIBA EuroLeague Women » 2004 » Players » Celine Dumerc (BOURGES BASKET)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  98. (en) « FIBA EuroLeague Women » 2005 » Players » Celine Dumerc (BOURGES BASKET)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  99. (en) « EuroLeague Women » 2006 » Players » Celine Dumerc (Bourges Basket)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  100. (en) « EuroLeague Women » 2007 » Players » Celine Dumerc (Bourges Basket)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  101. (en) « EuroLeague Women » 2008 » Players » Celine Dumerc (Bourges Basket)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  102. (en) « EuroLeague Women » 2009 » Players » Celine Dumerc (Bourges Basket)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  103. (en) « EuroLeague Women » 2010 » Players » Celine Dumerc (UMMC EKATERINBURG)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  104. (en) « EuroLeague Women » 2012 » Players » Celine Dumerc (BOURGES BASKET)  », sur fibaeurope.com (consulté le 10 août 2012)
  105. (en) « EuroLeague Women » 2013 » Players » Celine Dumerc (BOURGES BASKET)  », sur fibaeurope.com (consulté le 7 avril 2014)
  106. (en) « EuroLeague Women » 2014 » Players » Celine Dumerc (BOURGES BASKET)  », sur fibaeurope.com (consulté le 14 avril 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :