Isabelle Yacoubou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Isabelle Yacoubou Portail du basket-ball
Défilé médaillés français JO 2012.jpg
Fiche d’identité
Nom complet Odjola Cafouni Auxencia Yacoubou[1]
Nationalité Drapeau du Bénin Bénin Drapeau de la France France
Naissance (31 ans)
Drapeau : Bénin Godomey
Taille 1,9 m (6 3)
Surnom Isa
Baby Shaq
Shaqoubou
Situation en club
Club actuel Famila Schio
Poste pivot
Carrière universitaire ou amateur
2000-2003
2003-2006
Lumière Cotonou
Tarbes GB
Draft WNBA
Année 2012[2]
Position 32e
Franchise Dream d'Atlanta
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
2014-2015
2014-2015
2015-2016
2016-2017
Tarbes GB
Tarbes GB
Tarbes GB
Tarbes GB
Tarbes GB
Famila Schio
Ros Casares Valence
Spartak Moscou
Fenerbahçe İstanbul
Heilongjiang Ch.
Famila Schio
Famila Schio
Famila Schio
08,8
09,9
08,9
17,0
15,8
09,4
11,0
10,3
10,4[3],[4]
23,9
?
?
en c.
Sélection en équipe nationale **
2007-2016 Drapeau : France France (147 sél.) 1304[5]

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Isabelle Yacoubou, un temps nommée Isabelle Yacoubou-Dehoui, née le à Godomey au Bénin, est une joueuse française de basket-ball originaire du Bénin.

Mesurant 1,90 m, elle évolue au poste de pivot et est internationale française. Elle remporte la médaille d'argent avec l'Équipe de France lors des Jeux Olympiques de Londres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle connaît une première carrière dans l'athlétisme, où elle pratique le lancer du poids. Elle représente le Bénin lors des Championnats du monde d'athlétisme jeunesse en 2003 et 2005[6],[7],[8].

Elle commence le basket-ball à l’âge de 11 ans. Elle envoie une vidéo de son jeu au club de Tarbes lui faisant part de sa volonté de devenir professionnelle : « C’était un miracle qu’ils acceptent de me former ! Je l’ai fait au culot mais il faut oser dans la vie ». Elle arrive en France à 17 ans et est naturalisée trois ans plus tard, tout en gardant la nationalité béninoise. Elle se sent française rappelant « Mon grand-père a fait la guerre pour la France[9]. »

Après avoir conquis le titre national avec Tarbes, elle rejoint le championnat italien et la Famila Schio[10]. Elle remporte le championnat italien après avoir déjà remporté la Coupe d'Italie[11].

Pour sa première participation à une compétition internationale sous le maillot de l’équipe de France, elle obtient la médaille de bronze lors de l’EuroBasket des 20 ans et moins 2006 de Sopron en Hongrie, médaille qui est complétée sur le plan individuel par le titre de MVP du tournoi. Elle obtient sa première sélection le à L'Alpe d'Huez contre la Suède. Elle remporte avec les Bleues le titre européen 2009. Absente du Mondial 2010, elle fait son retour dans la sélection pour l'Euro 2011, où elle contribue au gain d'une médaille de bronze. Lors des Jeux Olympiques de Londres, elle participe au parcours de l'Équipe de France qui va jusqu'à la finale, perdue, contre les États-Unis. Les Françaises remportent la médaille d'argent, la première de leur histoire aux Jeux.

Pour 2011-2012, elle rejoint le club espagnol de Ros Casares Valence[12], club avec lequel elle remporta la Championnat d'Espagne et l'Euroligue[13].

Le , elle est choisie par l'équipe de Dream d'Atlanta au 32e rang de la Draft WNBA 2012[2]. Toutefois, la franchise a fait une erreur, Isabelle Yacoubou s'avérant inéligible en raison d'une limite d'âge fixée à vingt ans pour sélectionner une joueuse étrangère dans la draft[2].

Pour 2012-2013, elle signe au Spartak Moscou, club qui atteint la Finale à huit de l'Euroligue et la finale du championnat russe[réf. nécessaire].

Elle se marie en secondes noces en juin 2014, à la suite d'une demande formulée publiquement pendant les Jeux olympiques de 2012[14]. Ella avait rencontré son époux Simone Fulciniti lors de son séjour en Italie en 2010. Ensemble ils adoptent un enfant béninois[15].

Elle signe pour la saison suivante pour le club de Fenerbahçe İstanbul[16].

Pour 2014-2015, elle est appelée par le club chinois d'Heilongjiang Chenneng à la suite de la blessure de Lauren Jackson[17]. Après un début de saison difficile (1 victoire en 8 matches), elle critique le manque d'engagement des joueuses. Le club se reprend et bat même le leader Pékin. Lors d'une rencontre mi-décembre, le club adverse marque un panier alors que la remise s'effectue avec 0,6 seconde à jouer. Heilongjiang critique cette décision et refuse de disputer la prolongation et dépose réclamation. Le club est alors exclu du championnat, l'entraîneur suspendu deux ans, les joueuses chinoises envoyées en camp militaire[18]. Son contrat caduc, Isabelle quitte le pays. Elle rejoint alors son mari en Italie et son ancien club de Schio[19], avec lequel elle signe son retour par 23 points à 9/17 et 9 rebonds en 28 minutes en Euroligue pour une victoire face à Bourges[20]. Elle y remporte la * Coupe d'Italie 2015[21], puis en mai 2015 le championnat italien face à Ragusa[22]. Elle décide durant l'été d'y prolonger son séjour de deux saisons[23].

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Elle est vice-championne olympique à Londres en 2012.

En 2015, elle est membre de l'équipe qui atteint la finale de l'Euro 2015 face à la Serbie (68-76[24]).

Après le forfait de Céline Dumerc deux jours avant le début du tournoi, elle hérite du brassard de capitaine de l'équipe de France pour le tournoi olympique à Rio[25]. Elle annonce le 13 octobre 2016 sa retraite internationale: « J'aurai eu l'immense bonheur de porter le maillot bleu à 147 reprises. Il y a pas mal de raisons qui m'ont conduite à prendre cette décision : mes obligations de maman, mon physique particulier qui nécessite parfois des moments de repos plus longs, et puis je laisse aussi la place à une nouvelle génération de filles qui va pouvoir s'aguerrir pendant 4 ans pour viser une belle breloque à Tokyo[26] ». Lors de son assemblée générale en octobre 2016, elle reçoit le Coq d’Or de la Fédération Française de Basketball [27]. Avant la rencontre de qualifications pour l'Euro 2017 du à Clermont-Ferrand face à la Croatie, elle reçoit un hommage public et un maillot floqué « 147 » faisant référence à ses 147 rencontres internationales[28].

Clubs[modifier | modifier le code]

Saisons Équipe Pays
2000-2003 Lumière Abomey Drapeau du Bénin Bénin
2003-2010 Tarbes GB Drapeau de la France France
2010- 2011 Famila Schio Drapeau de l'Italie Italie
2011- 2012 Ros Casares Valence Drapeau de l'Espagne Espagne
2012- 2013 Spartak Moscou Drapeau de la Russie Russie
2013-2014 Fenerbahçe İstanbul Drapeau de la Turquie Turquie
2014-déc. 2014 Heilongjiang Chenneng Drapeau de la République populaire de Chine Chine
jan. 2015- Famila Schio Drapeau de l'Italie Italie

Palmarès[modifier | modifier le code]

Isabelle Yacoubou sur la ligne des lancers-francs avec l'Équipe de France

En club[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Sénior[modifier | modifier le code]

Jeune[modifier | modifier le code]

Record en athlétisme[modifier | modifier le code]

En 2012, elle détient toujours le record du lancer de poids du Bénin avec 15,04 m[7]. Son record personnel est toutefois est de 15,15 m, record qu'elle a établi ensuite en France[7].

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination », Legifrance.fr, (consulté le 4 janvier 2013)
  2. a, b et c Fabrice Auclert, « WNBA : Isabelle Yacoubou draftée par erreur », sur basketusa.com,
  3. « Isabelle Yacoubou », FIBA (consulté le 19 avril 2014)
  4. « Isabelle Yacoubou-Dehoui », Ligue féminine de basket (consulté le 10 septembre 2011)
  5. JO 2016 inclus « Isabelle Yacoubou », internationaux-basket.fr (consulté le 21 août 2016)
  6. « Isabelle Yacoubou », sur londres.franceolympique.com (consulté le 11 août 2012)
  7. a, b et c Fernando Hessou, « JO 2012 : Isabelle Yacoubou, heureuse de rencontrer des Béninois au Village olympique », sur ortb.info, (consulté le 11 août 2012)
  8. (en) « Yacoubou Isabelle », sur iaaf.org (consulté le 12 août 2012)
  9. Colombe Prins, « Isabelle Yacoubou, une championne française au Spartak », russieinfo.com, (consulté le 10 août 2016)
  10. « Yacoubou forfait », L'Equipe, (consulté le 8 août 2010)
  11. « Isabelle Yacoubou titrée en Italie », Ligue féminine de basket, (consulté le 13 mai 2011)
  12. « Yacoubou-Dehoui à Valence », L'Equipe, (consulté le 10 septembre 2011)
  13. « Yacoubou: Rester dans les nuages », L'Equipe, (consulté le 17 août 2012)
  14. « People : Isabelle Yacoubou se marie ce week-end », Ladyhoop, (consulté le 12 juin 2014)
  15. « Isabelle Yacoubou, mariée et future maman : Je ne me suis pas ennuyée ! », purepeople.com, (consulté le 10 août 2016)
  16. « Isabelle Yacoubou à Fenerbahçe », Catch & Shoot, (consulté le 6 mai 2013)
  17. « Isabelle Yacoubou à la découverte de la Chine », (consulté le 21 septembre 2014)
  18. Isabelle Yacoubou, « Coup de thêatre chinois », The Huffington Post, (consulté le 26 décembre 2014)
  19. Arnaud Lecomte, « Isabelle Yacoubou : «Qu'on se rappelle de ces joueuses-là, de leur courage...» », lequipe.fr, (consulté le 27 décembre 2014)
  20. « A l'étranger Yacoubou intenable contre Bourges-auteur=Gabriel Pantel-Jouve », bebasket.fr, (consulté le 16 janvier 2015)
  21. a et b « Third consecutive Italian Cup for Famila Schio, Sottana named MVP », Love Women's Basketball, (consulté le 5 mai 2015)
  22. a et b « Laura Macchi gives Famila Schio seventh Italian league title », Love Women's Basketball, (consulté le 5 mai 2015)
  23. Gabriel Pantel-Jouve, « Isabelle Yacoubou reste en Italie », bebasket.fr, (consulté le 1er juillet 2015)
  24. a et b Arnaud Dunikowski, « La France en argent », FFBB, (consulté le 28 juin 2015)
  25. Syra Sylla, « Rio 2016 : Isabelle Yacoubou nommée capitaine des Bleues », ladyhoop.com, (consulté le 5 août 2016)
  26. Gabriel Pantel-Jouve, « ISABELLE YACOUBOU PREND SA RETRAITE INTERNATIONALE », bebasket.fr, (consulté le 13 octobre 2016)
  27. Thibaut Lasser, « Valérie GARNIER et Isabelle YACOUBOU récompensées par la FFBB », postup.fr, (consulté le 18 octobre 2016)
  28. Syra Sylla, « Hommage à Isabelle Yacoubou avant France-Croatie », ladyhoop.com, (consulté le 24 novembre 2016)
  29. (en) « Final - Rivas Ecopolis 52-65 Ros Casares », sur fibaeurope.com (consulté le 6 avril 2012)
  30. (en) « Russian gold for UMMC, silver for Sparta&K and bronze for Nadezhda »
  31. « Des Bleues en bronze », FFBB, (consulté le 4 juillet 2011)
  32. Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination
  33. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :