Ligue féminine de basket

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ligue féminine de basket
Logo de la Ligue féminine de basket
Généralités
Sport basket-ball féminin
Création 1998
Autre(s) nom(s) Excellence (1937-1950)
Nationale (1951-1973)
Nationale féminine 1A (1974-1998)
Organisateur(s) FFBB
Éditions 75
Catégorie nationale
Périodicité annuelle
Lieu(x) Drapeau de la France France
Participants 12
Statut des participants professionnel
Directeur Carole Force (présidente)
Yannick Souvré (directrice)
Site web officiel http://www.basketlfb.com
Hiérarchie
Hiérarchie 1re division
Niveau inférieur Ligue 2

Palmarès
Tenant du titre Lyon (2019)
Plus titré(s) Bourges (14)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la dernière compétition voir :
Ligue féminine de basket 2019-2020

La Ligue féminine de basket (LFB) est une commission de la Fédération française de basket-ball chargée de promouvoir et d’organiser le basket-ball féminin de haut-niveau.

Créée en , elle organise le championnat de France de niveau élite de basket-ball féminin, auparavant appelé Nationale féminine 1A. Elle est ainsi l’équivalent féminin de la LNB masculine mais est placée sous l’égide de la Fédération.

Elle est présidée depuis par l’ancienne internationale Carole Force[1]. L’ancienne internationale Yannick Souvré en est, quant à elle, la directrice depuis [2].

Historique et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Open LFB[modifier | modifier le code]

Logo de l’Open LFB.

Depuis 2005, la première journée, nommée « Open de la Ligue féminine », se joue dans un même lieu pour toutes les équipes, le stade Pierre-de-Coubertin (Paris). La « saison régulière » est toujours sous la forme d’aller-retour.

De 1998 à 2005[modifier | modifier le code]

Elle est créée en 1998, en succession de la Nationale 1 A, afin d’assurer le développement du basket féminin de haut niveau. Elle comprend alors une poule unique de 12 clubs qui, après une « saison régulière » par aller-retour, se continuant par une 2e phase en 3 mini-championnats à 4 : les équipes classées de 1 à 4 pour le titre (avec finale en 3 (ou 5) matches entre les 2 premières de ce 2e tour), les équipes classées de 5 à 8 pour 1 (ou 2) place(s) en Coupe d’Europe, les équipes classées de 9 à 12 pour éviter les 2 relégations en championnat - amateur - de Nationale 1.

De 2005-2006 à 2007-2008[modifier | modifier le code]

À la suite de problèmes de règlements pendant la saison 2004-2005 (les clubs descendants n’étaient pas connus), la fédération a changé le système. Pour 2005-2006, la Ligue est élargie à 14 équipes, avec une formule plus classique : la « saison régulière » est suivie de play-offs, copiés sur ceux de la Pro A masculine, impliquant donc 12 équipes ; seule la 14e et dernière de la saison régulière sera reléguée[réf. nécessaire].

Les groupements no 1, 2, 3 et 4 accèdent directement en quarts de finale. En revanche, les équipes positionnées de 5 à 12 en saison régulière jouent le premier tour (ou pré-quarts de finale) en matches aller-retour. À l'exception de la finale, les playoffs se jouent avec point-average en matches aller-retour avec la rencontre retour jouée chez le mieux classé à l’issue de la saison régulière. Les résultats nuls sont admis sur ces matches. Si, à l’issue des matches retour les équipes sont à égalité de point-average, il sera joué autant de prolongations de cinq minutes pour départager les équipes.

Finale[modifier | modifier le code]

Logo des finales LFB.

Le champion de France sera désigné au meilleur des trois matches (ou deux manches gagnantes). L’ordre des rencontres sera le suivant : pour la première manche, l’équipe la moins bien classée à l’issue de la saison régulière reçoit la mieux classée. En revanche, elle se déplace lors de la 2e manche, et si nécessaire pour la 3e, chez le groupement sportif le mieux classé en saison régulière.

  • 1 - Vainqueur 1 contre Vainqueur 2 ;
  • 2 - Vainqueur 2 contre Vainqueur 1 ;
  • 3 (si nécessaire) - Vainqueur 2 contre Vainqueur 1.

Qualifications européennes[modifier | modifier le code]

  • Euroligue, 4 places (Par ordre préférentiel) :
  1. le champion de France LFB ;
  2. le club classé premier à l'issue de la première phase du championnat ;
  3. le groupement qualifié via une compétition FIBA Europe (mention rajoutée à partir de la saison 2006-07) ;

puis

  1. le vainqueur du Tournoi de la Fédération (dont la dernière édition a lieu en 2008);
  2. le finaliste du championnat,

dans l’hypothèse où il s’agit à chaque fois du club classé premier à l’issue de la première phase du championnat.
Dans le cas où l’un des clubs ne pourrait s’engager en Euroligue la saison suivante ou bien qu’une place supplémentaire soit proposée à la France, cette place sera attribuée selon le classement de la première phase du championnat.

  1. le club vainqueur de la Coupe de France ;
  2. les places restantes attribuées selon le classement de la première phase du championnat.

De 2008-2009 à 2014-2015[modifier | modifier le code]

Les équipes classés de 1 à 4 jouent le titre de champion au meilleur des trois matches. Les équipes classées de 5 à 12 (puis seulement de 5 à 8 depuis 2011-2012) disputent le Challenge round, qui oppose en match aller-retour les équipes les mieux classées au moins bien classées. Les deux dernières équipes (une seule en 2014-2015) sont relégués en Nationale 1, renommé Ligue 2 en 2010.

Le nombre de qualifiés en Euroligue va de 2 à 3 selon les saisons et varie concernant l'Eurocoupe.

Depuis 2015-2016[modifier | modifier le code]

À l'issue de la saison LFB 2016, trois équipes sont reléguées dans le cadre du passage de la ligue à 12 équipes la saison suivante. Dès la saison 2017, la formule des play-offs devrait passer à huit qualifiés[3].

En 2018, les clubs affichent une moyenne de 1,8 million d’euros de budget, soit une augmentation de 17 % en quatre ans[4].

[modifier | modifier le code]

Palmarès de la LFB[modifier | modifier le code]

Palmarès de la LFB[5]
Année Vainqueur Finaliste Série 1re manche 2e manche 3e manche 4e manche 5e manche
Sous le nom Nationale féminine 1A (NF1A)
1988 600px Bianco e Blu.svg Mirande 600px Rosso Blu e Bianco.svg Stade Français Versailles 2–0 44-42 82-77 -
1989 600px Bianco e Blu.svg Mirande Racing Paris 2–0 87-84 81-67 -
1990 600px Bianco e Blu.svg Mirande Racing Paris 2–0 73-61 69-49 -
1991 600px Bianco e Verde.svg Challes-les-Eaux 600px Bianco e Blu.svg Mirande 2–1 77-80 86-85 110-77
1992 600px Bianco e Verde.svg Challes-les-Eaux Racing Paris 2–0 80-68 69-63 -
1993 600px Bianco e Verde.svg Challes-les-Eaux 600px Bianco e Viola.svg Tarbes 2–1 58-66 64-60 80-75
1994 600px Giallo e Nero.png Valenciennes-Orchies 600px Bianco e Verde.svg Challes-les-Eaux 2–0 54-52 59-38 -
1995 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Bianco e Viola.svg Tarbes 2–0 58-*56 *78-69 -
1996 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Giallo e Nero.png Valenciennes-Orchies 2–1 73-76 63-49 79-45
1997 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Giallo e Nero.png Valenciennes-Orchies 2–1 65-67 76-55 71-59
1998 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Giallo e Nero.png Valenciennes-Orchies 2–1 50-*58 *56-46 *51-38
Sous le nom Ligue féminine de basket (LFB)
1999 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Giallo e Nero.png Valenciennes-Orchies 2–1 59-*71 *54-36 *87-52
2000 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Giallo e Nero.png Valenciennes 2–0 *65-60ap 62-*57 -
2001 600px Giallo e Nero.png Valenciennes 600px Arancione e Nero.svg Bourges 2–0 *63-62 81-*71ap -
2002 600px Giallo e Nero.png Valenciennes 600px Arancione e Nero.svg Bourges 2–0 *77-51 72-*62 -
2003 600px Giallo e Nero.png Valenciennes 600px Bianco e Viola.svg Tarbes 2–0 *88-59 71-*55 -
2004 600px Giallo e Nero.png Valenciennes 600px Arancione e Nero.svg Bourges 2–0 58-*52 *79-56 -
2005 600px Giallo e Nero.png Valenciennes 600px Arancione e Nero.svg Bourges 3–0 *63-57 54-*47 59-*55 - -
2006 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Giallo e Nero.png Valenciennes 2–1 *68-56 66-*85 71-*58
2007 600px Giallo e Nero.png Valenciennes 600px Arancione e Nero.svg Bourges 2–0 64-*55 *70-61 -
2008 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Bianco e Azzurro.svg Lattes-Montpellier 2–0 58-*56ap *52-45 -
2009 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Bianco e Viola.svg Tarbes 2–1 47-*55 *78-37 *72-52
2010 600px Bianco e Viola.svg Tarbes 600px Arancione e Nero.svg Bourges 2–0 76-*73 *54-40 -
2011 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Bianco e Viola.svg Tarbes 2–0 71-*53 *71-59 -
2012 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Bianco e Azzurro.svg Lattes-Montpellier 2–0 59-*47 *53-45 -
2013 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Bianco e Azzurro.svg Lattes-Montpellier 2–1 *54-62 60-*53 64-*54
2014 600px Bianco e Azzurro.svg Lattes-Montpellier 600px Arancione e Nero.svg Bourges 2–1 *63-54 53-*55 50-*44
2015 600px Arancione e Nero.svg Bourges Bisection vertical White HEX-FF0000.svg Villeneuve-d’Ascq 2–1 51-*61 *63-55 *51-49
2016 600px Bianco e Azzurro.svg Lattes-Montpellier 600px Arancione e Nero.svg Bourges 2–1 49-*54 *61-51 *65-63
2017 Bisection vertical White HEX-FF0000.svg Villeneuve-d’Ascq 600px Bianco e Azzurro.svg Lattes-Montpellier 3–1 79-*64 62-*64 *80-60 *66-49 -
2018 600px Arancione e Nero.svg Bourges 600px Bianco e Viola.svg Tarbes 3–1 *86-66 *80-56 63-*64ap 87-*80 -
2019 600px Bianco e Nero.svg Lyon 600px Bianco e Azzurro.svg Lattes-Montpellier 3–2 *71-60 *77-69 61-*72 85-*91 *75-61
2020 Compétition arrêtée définitivement en raison de la pandémie de Covid-19 en France.
2021 1–0

Le score de l’équipe jouant à domicile est précédé du signe *. ap signifie « après prolongation(s) ».
À l’exception de la saison 2004-2005 et depuis 2016-2017 où la finale se joua en 3 manches gagnantes, la finale se joue en 2 manches gagnantes.

Récompenses individuelles[modifier | modifier le code]

Les meilleures joueuses du championnat de France sont désignées grâce à un référendum où votent tous les entraîneurs et les capitaines de Ligue féminine, ainsi qu’un panel de journalistes spécialisés. Ils désignent la meilleure Française du championnat, la meilleure étrangère, ainsi que le meilleur espoir[6].

L’entraîneur de l'année de la Ligue féminine est désigné par ses pairs[7]. Depuis l'instauration de cette récompense, Alain Jardel est l'entraîneur le plus récompensé avec trois titres. Pierre Vincent, Laurent Buffard, Abdou N'Diaye et Vadim Kapranov sont les seuls autres entraîneurs à avoir plus d'un titre[réf. nécessaire].

Pour son vingtième anniversaire, la ligue désigne son meilleur cinq française (Céline Dumerc, Audrey Sauret, Cathy Melain, Endy Miyem, Isabelle Yacoubou dirigé par Valéry Demory) et étranger (Kristi Harrower, Ilona Korstine, Allison Feaster, Ann Wauters et Polina Tzekova, dirigé par Laurent Buffard)[8].

Télévision[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2006-2007, la LFB innove en proposant des matchs directement sur l'Internet. Les premiers matchs diffusé sont ainsi ceux du tournoi de la fédération[9].

La ligue passe la vitesse supérieure pour la saison suivante. En 2007-2008, la LFB fête ses 10 ans, et, pour marquer le coup, inaugure un nouveau logo et un site Internet indépendant de celui de la fédération. Le rendez-vous LFB TV se multiplie, un match par journée est alors diffusé sur la toile à partir du [9].

Plusieurs rencontres sont diffusées annuellement sur Sport+, chaine qui cesse son activité en [3]. La LFB est ensuite incluse dans un lot conclu pour cinq ans un contrat pour la diffusion de deux rencontres par semaine de Pro A, de rencontres de Pro B et de la Ligue féminine de basket avec Ma Chaîne Sport et pour 12 rencontres par an sur L'Équipe 21[10], pour un montant annuel de 10 millions d'euros supérieurs aux 6 millions du précédent contrat[11].

Palmarès du championnat de France[modifier | modifier le code]

De 1937 à 1950 « Excellence », de 1951 à 1973 « Nationale », de 1974 à 1998 « Nationale 1 A », et depuis 1999 « Ligue féminine de basket » (LFB).
Avant le rattachement à la FFBB

Bilan[modifier | modifier le code]

Rang Club Titres Années
1 Bourges 14[20] 1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2006, 2008, 2009, 2011, 2012, 2013, 2015, 2018
2 Clermont UC 13 1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1973, 1974, 1975, 1976, 1977, 1978, 1979, 1981
3 Valenciennes 7 1994, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2007
Paris UC 7 1954, 1957, 1960, 1961, 1963, 1964, 1965
5 Stade français Paris–Versailles 6 1980, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987
6 Challes-les-Eaux 3 1991, 1992, 1993
BAC Mirande 3 1988, 1989, 1990
AS Montferrand 3 1958, 1959, 1962
CS Château-Thierry 3 1950, 1951, 1952
10 Lattes-Montpellier 2 2014, 2016
Gerbe Montceau-les-Mines 2 1966, 1967
Linnet's Saint-Maur 2 1938, 1944
Nice Sports 2 1939, 1943
14 Tarbes GB 1 2010
Lyon 1 2019
Villeneuve-d’Ascq 1 2017
Asnières Sports 1 1982
AS Strasbourg 1 1948
US Ivry 1 1956
Stade de l’Est (Pavillons-sous-Bois) 1 1955
Fémina Sport Montpellier 1 1953
Grenoble OU 1 1949
US Métro Paris 1 1947
Fémina Sport Paris 1 1946
Stade Marseillais UC 1 1945
CO Périgueux-Ouest 1 1942
CA Mulhouse 1 1937

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • Plus grand nombre de victoires en finale : 14 (Bourges)
  • Plus grand nombre de titres consécutifs : 12 (Clermont UC), de 1968 à 1979

Personnalités de la Ligue[modifier | modifier le code]

Présidents successifs[modifier | modifier le code]

Nom Dates du mandat
Importez le logo individu-fr.svg Serge Gérard
(3 ans)
Jean-Pierre Siutat 2015.jpg Jean-Pierre Siutat
(11 ans)
Importez le logo individu-fr.svg Thierry Balestrière
(3 ans, 11 mois et 26 jours)
Importez le logo individu-fr.svg Philippe Legname
(8 ans et 6 jours)
Importez le logo individu-fr.svg Carole Force en cours
(depuis 4 mois et 1 jour)

Directrices successives[modifier | modifier le code]

Nom Dates du mandat
Importez le logo individu-fr.svg Irène Ottenhof
(7 ans et 3 mois)
Yannick Souvré.jpg Yannick Souvré en cours
(depuis 1 an, 5 mois et 16 jours)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Carole Force, nouvelle Présidente de la LFB », FFBB, (consulté le 11 janvier 2021)
  2. « Yannick Souvré et Cathy Melain rejoignent la FFBB », FFBB, (consulté le 11 janvier 2021)
  3. a et b Fabien Bodin, « Entretien avec Irène Ottenhof : « Un bilan extrêmement positif sur tous les plans » », Daft Dunk, (consulté le 14 mai 2015)
  4. Pascal Legendre, « Pierre Fosset (président de Bourges): « On a des internationales aussi parce qu’on a des conditions de travail exceptionnelles » », basketeurope.com, (consulté le 28 avril 2019)
  5. Pierre-Marie Descamp, La grande histoire du basket français, L'Équipe, , 224 p. (ISBN 2915535566)
  6. Site de la LFB.
  7. « Valéry Demory entraîneur de l'année », FFBB, (consulté le 28 mai 2011)
  8. Sacha Rutard, « Ligue Féminine: Les 5 Majeurs des 20 ans dévoilés », basketeurope.com, (consulté le 17 juin 2018)
  9. a et b [PDF] (fr) communiqué officiel
  10. Kevin Bosi, « Un dispositif de promotion et de diffusion sans précédent », FFBB, (consulté le 4 août 2015)
  11. Alexandre Lacoste, « Le contrat TV de la LNB détonne dans le paysage sportif », bebasket.fr, (consulté le 5 août 2015)
  12. « Le Racing est champion de France de balle au panier », Excelsior,‎ (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2020)
  13. « Les Parisiennes sont championnes de France », L'Œuvre,‎ , p. 6 (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2020)
  14. « Les championnats de basket-ball », L'Œuvre,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2020)
  15. « Les Rémoises remportent la Coupe du "Matin" de basket-ball », Le Matin,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2020)
  16. « La Page des Sports », Excelsior,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2020)
  17. « Le Dimanche Sportif », Le Petit Parisien,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2020)
  18. « Championnat féminin de balle au panier », Excelsior,‎ , p. 5 (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2020)
  19. « Le dimanche sportif », Excelsior,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2020)
  20. Gabriel Pantel-Jouve, « BOURGES RETROUVE LE TITRE DE CHAMPION DE FRANCE ! », bebasket.fr, (consulté le 26 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]