Bresnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bresnay
Bresnay
Vue aérienne de Bresnay.
Blason de Bresnay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Intercommunalité Communauté d'agglomération Moulins Communauté
Maire
Mandat
Alain Chervier
2020-2026
Code postal 03210
Code commune 03039
Démographie
Gentilé Brénaissois, Brénaissoises [1]
Population
municipale
388 hab. (2018 en augmentation de 2,92 % par rapport à 2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 34″ nord, 3° 15′ 01″ est
Altitude Min. 235 m
Max. 357 m
Superficie 23,13 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Moulins
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Souvigny
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bresnay
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Bresnay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bresnay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bresnay

Bresnay est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bresnay se comprend géographiquement en la divisant en fonction de ses hameaux principaux.

Le bourg est traversé du nord au sud par la route départementale D 34, qui passe entre l'église Saint-Barthélémy et la place de la Fontaine.

La région du hameau de Montmalard au sud-ouest est la moins peuplée. On y trouve les restes de la mine d'antimoine (fermée au XIXe siècle), à savoir un puits et des tranchées. La petite chapelle des Vernusses appartient à cette région.

La région du hameau des Pligeats au sud-est est marquée par une esthétique qui doit beaucoup au travail de l'agriculteur Gilles Ibert. Des arbres plantés par sa fille dans les années 1990 poussent le long de la route, qui passe à côté de la colline aux abeilles jusqu'au hameau proprement dit. On n'y trouve que deux maisons. Un ruisseau parcourt le hameau. Le territoire des Pligeats a été façonné par un esprit similaire à celui de Châtel-de-Neuvre qui se trouve juste à côté.

La région de l'ouest est dominée par le ruisseau de Bresnay, le Roc. Trouvant sa source dans un marécage, le ruisseau parcourt un petit vallon. C'est une des zones les plus romantiques du village.

La région du bois de Bresnay au nord-ouest est aussi une zone humide. Ce bois abrite des feuillus. Il est contigu d'une frayère à batraciens.

La région du hameau des Gypciers au nord est notable par son château des Écossays.

La région du hameau de Châtelus à l'est comporte un imposant silo, plus haut que l'église même, et le château de Givry ; elle débouche sur une zone plus forestière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bresnay
Besson Chemilly
Cressanges Bresnay
Treban Meillard Châtel-de-Neuvre

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bresnay est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Moulins, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (91,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (68,9 %), terres arables (21,3 %), forêts (9,5 %), zones agricoles hétérogènes (0,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bresnay existe depuis l'époque gauloise. Elle tiendrait son nom d'un certain Brennacus (propriété de Brennos)[9].

Au Moyen-Âge, l'église de Bresnay appartenait à Souvigny ; c'est le pape Eugène III qui lui confia cette possession en 1152[10].

En 1569, la paroisse comptait 117 feux[11] et en 1686 une centaine.

La commune vivait de ses cultures et surtout de son vignoble rouge et blanc. Les moines chartreux de Moulins vont ensuite exploiter la mine d'antimoine[12]. Il ne reste du monastère que la chapelle (actuelle chapelle des Vernusses).

À cette époque, il existait trois châteaux : le château des Écossais (propriété du sieur d'Escoussay), le château de Champagnat qui n’existe plus (propriété du sieur de Champaignat) et le château de Givry (propriété du sieur de Givor)[11]. En 1686, les châteaux de Champagnat et des Écossais étaient la propriété du sieur Ferrand[13].

Bresnay étant rattaché au territoire de Moulins Communauté, il fait partie à ce titre des villes et villages du label "Villes et Pays d'art et d'histoire".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Bresnay est membre de la communauté d'agglomération Moulins Communauté, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Moulins. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[14].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Moulins, au département de l'Allier et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[15]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Souvigny pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[15], et de la première circonscription de l'Allier pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[16].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Gilles Ibert    
En cours
(au )
Alain Chervier[17]   Fonctionnaire

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune de Bresnay n'est jumelée à aucun autre village.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2018, la commune comptait 388 habitants[Note 3], en augmentation de 2,92 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
626700791630778799801862912
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
928913903943960969926893908
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
937980942746720661674609590
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
525465395407395376390392394
2013 2018 - - - - - - -
377388-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Ces données statistiques mettent en évidence l'exode rural. Dans les années 2000, on remarque une immigration de jeunes travaillant en ville à Moulins, qui s'établissent de préférence en dehors du bourg, dans des maisons avec un jardin. Il y a aussi des vacanciers, parfois originaires de l'étranger.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école élémentaire route de Saint-Pourçain-sur-Sioule. Celle-ci accueille les élèves de CP du RPI de Besson-Bresnay. La classe maternelle et les autres classes primaires sont situées à Besson (Allier).

Santé[modifier | modifier le code]

Aucun établissement de santé n'est présent sur la commune, la maison médicale et la pharmacie la plus proche se trouvent à Besson (Allier) (3 km du bourg de Bresnay). En revanche, plusieurs infirmières sont installées sur le secteur.

Sports et activités[modifier | modifier le code]

Les associations installées à Bresnay sont, pour la partie sportive, HLB Country (danse Country), Bresnay Gym Sports pour tous et la Trasse bourbonnaise. Pour les activités festives et conviviales, ce sont le FRJEP - Amicale laïque, le Comité des fêtes, le Club du 3e âge et le C.A.T.M.

Économie[modifier | modifier le code]

Bresnay est résolument tournée vers l'agriculture. Le modèle agricole dominant est la monoculture industrielle. Mais les vaches charolaises vivent en plein air, dans des prés qui peuvent avoir quelques arbres. De nombreux habitants de Bresnay travaillent en ville à Moulins et cultivent un potager pendant leur temps libre. Plus haut que toutes les autres bâtisses s'élève un silo à grains à l'est du bourg.

Victime de l'exode rural, Bresnay a vu sa population et ses services chuter. Avant l'an 2000, il y avait un épicier, un garagiste, un boulanger, un boucher, un coiffeur ; un festival du cheval animait le village. Depuis quelques années, le village retrouve une vie économique ; on y trouve, un relais postal (route de Souvigny), une boutique d'artisanat (rue de l'Ancienne Forge), un garage de véhicules agricoles (en face de la mairie), un forgeron (aux Vernusses), la coopérative agricole (à la Jonchère), un maraîcher (route du Clos Courtais), un distributeur de pain (rue des Anciens Maires), un service de télésecrétariat (route de Saint-Pourçain), un atelier de broderie spécialisé (entre autres dans les vêtements bikers, route de Treban), un cabinet de naturopathie (place de la Fontaine).

Notons une activité dans la viticulture. La commune fait partie du terroir de l'AOC saint-pourçain.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château des Écossays.
Église Saint-Barthélemy, vue arrière.
  • Au nord-ouest de la commune de Bresnay, se trouve le château des Écossays qui fut construit au XVe siècle. Il est inscrit au titre des Monuments historiques[22] (arrêté du ). Le château est privé, il n'est pas ouvert aux visites.
  • Au sud-est de la commune se trouve le château de Givry. Le manoir est en équerre et flanqué d'une tour ruinée en façade et d'une autre tour avec un lanternon ; il a été remanié à la Renaissance, comme le montrent ses hautes fenêtres. En , l'écuyer Jehan de Saligny fait aveu au duc de Bourbon pour son « hostel du Grand Givry », ainsi que pour la motte de Vic à Saint-Gérand-le-Puy. Givry appartenait en 1560 au sieur de Fougis. En 1625, la seigneurie fut réunie à Fourchaud, à Besson, au Breuil et à La Fourstilhe. La famille Hugon de Fourchaud le fit passer à une branche cadette. En 1683, l'un de ses membres, Pierre, seigneur de Givry et de Pouzy, était maître d'hôtel ordinaire de la Dauphine. Cette branche le garda au moins jusqu'en 1725. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les seigneurs de Givry sont bien présents dans la paroisse : ils apparaissent dans les actes et sont des bienfaiteurs de l'église[23]. Le château est privé, il n'est pas ouvert aux visites.
  • Église Saint-Barthélemy. L’église est composée d’une nef de trois travées et deux collatéraux. Le chœur, encadré de deux chapelles non saillantes, dans le prolongement des collatéraux, est terminé par une abside semi-circulaire, flanquée de deux absidioles. La voûte d’origine n’existe plus. L’origine de cette église remonte aux Xe et XIe siècles. Le portail ouest est de la fin de l’époque romane. L’église a été agrandie d’un collatéral à la fin du XVIe et le clocher reconstruit au XVIIIe. Le décor intérieur date du XIXe siècle[24].
  • Le « Cul de l'église ». Sculpture située à l'arrière de l'église Saint-Barthélemy représentant un postérieur symbole du lieu-dit portant le même nom.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Gabriel Vigne, maire de Bresnay, ancien maire de Moulins et ancien conseiller général[25].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bresnay Blason
Tiercé en pairle renversé : au 1er de gueules à la tour d'argent maçonnée de sable, au 2e d'or à la feuille de frêne de sinople, au 3e d'azur à la grappe de raisin feuillée d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Bulletin de la Société d'émulation du Bourbonnais : lettres, sciences et arts 1921 ».
  10. « Bresnay, Église de Saint-Barthélemy | Art Atlas », sur mcid.mcah.columbia.edu (consulté le ).
  11. a et b Nicolas de Nicolay, Description générale du Bourbonnais en 1569, ou Histoire de cette province (villes, bourgs, châteaux, fiefs, monastères, familles anciennes, etc.) / par Nicolas de Nicolay ; publ. et annoté par les soins de M. le cte Maurice d'Irisson d'Hérisson,…, (lire en ligne).
  12. Société d'histoire naturelle et des amis du Museum d'Autun, « Bulletin trimestriel de la Société d'histoire naturelle et des amis du Muséum d'Autun », sur Gallica, (consulté le ).
  13. « Procès-verbal de la généralité de Moulins, dressé en 1686 ».
  14. « Moulins Communauté - fiche descriptive au  », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Bresnay », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  16. « Découpage électoral de l'Allier (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  17. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. Notice no PA00093022, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), p. 232-233.
  24. « Église Saint-Barthélémy », sur Sauvegarde de l’Art français (consulté le ).
  25. « Le Petit journal Parti social français du 04/01/1901 ».