Bresnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bresnay
Vue aérienne de Bresnay.
Vue aérienne de Bresnay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Souvigny
Intercommunalité Moulins Communauté
Maire
Mandat
Alain Chervier
2014-2020
Code postal 03210
Code commune 03039
Démographie
Population
municipale
376 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 34″ nord, 3° 15′ 01″ est
Altitude Min. 235 m
Max. 357 m
Superficie 23,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Bresnay

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Bresnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bresnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bresnay

Bresnay est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bresnay se comprend géographiquement en la divisant en fonction de ses hameaux principaux.

Le bourg est traversé du nord au sud par la route départementale D34, qui passe entre l'église Saint-Barthélémy et la place de la Fontaine. L'auberge de la Fontaine donne sur la place. Comme le bourg est situé dans une cuvette, les téléphones portables captent assez mal.

La région du hameau de Montmalard au sud-ouest est la moins peuplée. On y trouve les restes de la mine d'antimoine (fermée au XIXe siècle), à savoir un puits et des tranchées. La petite chapelle des Vernusses appartient à cette région.

La région du hameau des Pligeats au sud-est est marquée par une esthétique qui doit beaucoup au travail de l'agriculteur Gilles Ibert. Des arbres plantés par sa fille dans les années 1990 poussent le long de la route, qui passe à-côté de la colline aux abeilles jusqu'au hameau proprement dit. On n'y trouve que deux maisons. Un ruisseau parcourt le hameau. Le territoire des Pligeats a été façonné par un esprit similaire à celui de Châtel-de-Neuvre qui se trouve juste à-côté.

La région de l'ouest est dominée par le ruisseau de Bresnay, le Roc. Trouvant sa source dans un marécage, le ruisseau parcourt un petit vallon. C'est une des zones les plus romantiques du village.

La région du bois de Bresnay au nord-ouest est aussi une zone humide. Ce bois abrite des feuillus. Il est contigu d'une frayère à batraciens.

La région du hameau des Gypciers au nord est notable par son château des Écossays.

La région du hameau de Châtelus à l'est comporte un imposant silo, plus haut que l'église même, le château de Givry ; elle débouche sur une zone plus forestière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bresnay
Besson Chemilly
Cressanges Bresnay
Treban Meillard Châtel-de-Neuvre

Histoire[modifier | modifier le code]

Bresnay existe depuis l'époque gauloise. Elle tiendrait son nom d'un certain Brennus[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Gilles Ibert    
avril 2014 en cours Alain Chervier[1]   Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 376 habitants, en diminution de -4,57 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
626 700 791 630 778 799 801 862 912
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
928 913 903 943 960 969 926 893 908
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
937 980 942 746 720 661 674 609 590
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
525 465 395 407 395 376 394 377 376
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Ces données statistiques mettent en évidence l'exode rural. Dans les années 2000, on remarque une immigration de jeunes travaillant en ville à Moulins, qui s'établissent de préférence en dehors du bourg, dans des maisons avec un jardin. Il y a aussi des vacanciers, parfois originaires de l'étranger.

Économie[modifier | modifier le code]

Bresnay est résolument tournée vers l'agriculture. Le modèle agricole dominant est la monoculture industrielle. Mais les vaches charolaises vivent en plein air, dans des prés qui peuvent avoir quelques arbres. De nombreux habitants de Bresnay travaillent en ville à Moulins et cultivent un potager pendant leur temps libre. Plus haut que toutes les autres bâtisses s'élève un silo à grains à l'est du bourg.

Victime de l'exode rural, Bresnay a vu sa population et ses services chuter de façon vertigineuse. Avant l'an 2000, il y avait un épicier, un garagiste, un boulanger, un boucher, un coiffeur ; un festival du cheval animait le village. Une partie de la jeunesse quitte Bresnay pour aller travailler en ville ou étudier à Clermont-Ferrand, une autre partie, attachée à la famille, reste dans les environs.

Notons une activité dans la viticulture. La commune fait partie du terroir de l'AOC saint-pourçain.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château des Écossais
  • Le « Cul de l'église ». Sculpture située à l'arrière de l'église Saint-Barthélemy représentant un postérieur symbole du lieu-dit portant le même nom.
  • Le Château des Écossays fut construit au XVe siècle. Il est inscrit au titre des Monuments historiques[6]. À la suite d'un changement de propriétaire, d'importants aménagements y ont été effectués autour de 2010 : construction d'une tour, création d'un bassin d'eau, déboisage, et reboisage partiel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 26 juin 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Notice no PA00093022, base Mérimée, ministère français de la Culture