Villeneuve-sur-Allier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villeneuve-sur-Allier
Villeneuve-sur-Allier
La route nationale 7 (désormais déviée[1]) traversant le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Intercommunalité Moulins Communauté
Maire
Mandat
Dominique Desforges-Desamin
2020-2026
Code postal 03460
Code commune 03316
Démographie
Gentilé Villeneuvois[2]
Population
municipale
1 073 hab. (2018 en augmentation de 2,88 % par rapport à 2013)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 39″ nord, 3° 14′ 57″ est
Altitude Min. 194 m
Max. 257 m
Superficie 26,3 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Moulins
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Yzeure
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Allier
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Allier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Allier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Allier

Villeneuve-sur-Allier est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Villeneuvois et les Villeneuvoises[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située aux portes du Bourbonnais, sur la Nationale 7, la commune se situe à 15 kilomètres au nord de Moulins.

Ses communes limitrophes sont[4] :

Communes limitrophes de Villeneuve-sur-Allier
Tresnay (Nièvre) Toury-sur-Jour (Nièvre) Aurouër
Aubigny,
Bagneux
Villeneuve-sur-Allier
Montilly Trévol

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de Villeneuve-sur-Allier se compose essentiellement de la rivière Allier[6], affluent de la Loire.

Quelques ruisseaux parcourent les environs du bourg et qui ont laissé leur nom à quelques lieux et monuments de la commune :

  • le Riau, long de 9,8 km[7], affluent de l'Allier :
    • un cours d'eau (non nommé), long de 0,5 km[8],
    • un cours d'eau (non nommé), long de 5,1 km[9] ;
  • le Villefranche, long de 9 km[10], affluent de l'Allier :
    • la Balaine, long de 4,6 km[11] ;
  • le Fouillon[12].

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Gare SNCF.

Villeneuve-sur-Allier est traversée par la route nationale 7 (axe ParisNeversMoulins). On accède également à Villeneuve-sur-Allier par la D 133, à l’ouest, de Bagneux à 3,5 km et au nord-ouest, de Aurouër à environ 6 km.

De rares trains TER desservent la gare SNCF (relation NeversMoulins) située sur la ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villeneuve-sur-Allier est une commune rurale[Note 1],[13]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Moulins, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (78,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (43,5 %), terres arables (29,9 %), forêts (13,4 %), zones agricoles hétérogènes (5,5 %), zones urbanisées (3,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,2 %), eaux continentales[Note 3] (1,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,2 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[19].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 503.

Parmi ces logements, 84,7 % étaient des résidences principales, 1 % des résidences secondaires et 14,3 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 79,2 %[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

On suppose qu’au XIIIe siècle déjà, quelques maisons s’étaient regroupées autour d’une de ces maladreries qui jalonnaient les vieilles voies du Moyen Âge et qui remplaçaient sans doute les maisons de poste ou de relais gallo-romaines. À cette époque, le nom de Villeneuve ne figurait dans aucun écrit.

L’origine du nom incombe à Pierre de Belleperche (vers 1230 - 1308), conseiller du roi Philippe IV le Bel, chancelier de France et évêque d'Auxerre, né à proximité au château de Villars. Il fit construire sur ses terres patrimoniales, un château dit de la Villeneuve avec l’intention de faire de sa construction forte, le centre d’une agglomération destinée à remplacer Belleperche.

Les habitants de la Villeneuve se virent octroyer, le , une charte de franchise par le duc Louis 1er, mais en pleine prospérité éclatèrent les guerres contre les Anglais.

En 1373, lors de la chevauchée du duc de Lancastre, la Villeneuve fut entièrement détruite.

Au lieu de disparaitre définitivement, cet événement de guerre, hâta au contraire, la reconstruction du bourg et son développement. L’église remplaçait déjà en 1380 l’ancienne chapelle seigneuriale. Vers 1395, Jean Fourrin, bourgeois de la Villeneuve et receveur pour le roi des aides de la guerre en Bourbonnais, fit bâtir un hôpital portant le nom de Maison-Dieu de Saint-Jacques du Chambon ou de Villefranche. De celui-ci, il ne reste rien aujourd’hui.

Vers 1470, l’installation d’un relais de poste royal vint augmenter l’importance de la localité. Le château, lui, fut cependant délaissé. En 1569, il achevait tranquillement de crouler[21].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune de Villeneuve-sur-Allier s'est constituée à partir des anciennes paroisses de Villeneuve (correspondant au bourg actuel) et de Lucenay-sur-Allier[22]. En 1837, la commune d'Aurouër, au nord-est, est réunie à Villeneuve, mais elle est rétablie en 1879.

Le , lors de son exil vers l’île d'Elbe, Napoléon fait halte à Nevers. La journée du 22 verra les derniers détachements de la garde faire leur ultime escorte à leur empereur jusqu’à Villeneuve-sur-Allier[23]. En 1815, la commune est occupée par des cavaliers du Wurtemberg, à la suite de la défaite de Waterloo.

Le , la gare SNCF est mise en service.

Un trésor de pièces d'or et d'argent est découvert à Villeneuve en 1882[24].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Blason Villeneuve-sur-Allier.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De sinople à la fasce ondée d’argent, accompagnée en chef de deux quintefeuilles d’or et en pointe d’un gland tigé et feuillé du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Roger Finat SE  
mars 2008 mars 2014 René Chavignon SE  
mars 2014 En cours
(au 8 juillet 2020)
Dominique Desforges Desamin[25] DVD Comptable[26]
Réélu en 2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[28].

En 2018, la commune comptait 1 073 habitants[Note 4], en augmentation de 2,88 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6328286706756717571 1941 1971 303
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3261 3471 2851 4041 4159961 0331 0371 008
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9971 0051 0391 0521 0351 0491 024934917
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
9018779109699719399529541 024
2017 2018 - - - - - - -
1 0711 073-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 431 représentant 1040 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 19 169 €[20].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi dans la zone était de 146, occupant 454 actifs résidants (salariés et non-salariés) .

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 75,1% contre un taux de chômage (au sens du recensement) de 9,8%. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : étudiants et stagiaires non rémunérés 6,8%, retraités ou préretraités 8,9%, autres inactifs 9,2%[20].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de 81 dont 11 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 3 dans l'industrie, 6 dans la construction, 47 dans le commerce-transports-services divers et 14 étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, 3 entreprises ont été créées, dont 2 par des Auto-entrepreneurs[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
  • Château du Riau (XVe – XVIIe siècles) et Grange aux dîmes du Riau (1584), classé pour une partie et inscrit pour une autre en tant que monuments historiques[31].
  • Château et Arboretum de Balaine, domaine classé monument historique[32].
  • Église Notre-Dame du début du XXe siècle, qui remplace l'ancienne du XVIIe siècle. Elle a été conçue par l'architecte moulinois Michel Mitton (1903-1905).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Moreau, « Allier - Nationale 7 : la déviation de Villeneuve-sur-Allier entre en service », sur Francebleu.fr, (consulté le 31 juillet 2020).
  2. Nom des habitants de Villeneuve-sur-Allier sur le site habitants.fr.
  3. Site conseil-general.com
  4. Géoportail (consulté le 24 mai 2017).
  5. « Plan séisme consulté le 15 septembre 2016 »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’Allier (K---0080) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau du Riau (K3517500) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau (K3518500) »
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau (K3519000) »
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau de villefranche (K3525500) »
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau de Balaine (K3526500) »
  12. Sandre, Jeux de données de référence : Traitement des eaux usées
  13. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  14. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 23 avril 2021)
  19. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 23 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  20. a b c et d Statistiques officielles de l’INSEE (version nov 2016).
  21. Gallica : Les fiefs du Bourbonnais, tome 2, Moulins, rive droite de l'Allier, p. 213.
  22. On retrouve son nom dans le lieu-dit Lucenat.
  23. Gallica:Nouvelle relation de l'itinéraire de Napoléon, de Fontainebleau à l'île d'Elbe
  24. Site officiel de Villeneuve-sur-Allier
  25. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le 29 juillet 2020).
  26. Supplément « Annuaire des maires Allier », La Montagne, , p. 31 (édition de l'Allier).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  31. « Château du Riau », notice no PA00093372, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « Domaine de Balaine », notice no PA00093423, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :