Dornes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dornes
Dornes
L'étang des Baillys.
Blason de Dornes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Intercommunalité Moulins Communauté
Maire
Mandat
Jean-Luc Gauthier
2020-2026
Code postal 58390
Code commune 58104
Démographie
Gentilé Dornois
Population
municipale
1 466 hab. (2019 en augmentation de 6,23 % par rapport à 2013)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 42′ 57″ nord, 3° 21′ 12″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 261 m
Superficie 39,49 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Moulins
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Pierre-le-Moûtier
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Dornes
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Dornes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dornes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dornes
Liens
Site web dornes.fr

Dornes est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Dornes est située dans le Sud du département de la Nièvre, dans la Sologne bourbonnaise.

Place de la Mairie.
Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Ses communes limitrophes sont[1] :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dornes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Moulins, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (67,2 %), forêts (17,3 %), zones agricoles hétérogènes (13,2 %), zones urbanisées (2,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la seigneurie de Dornes appartenait à la famille de Jaligny.
Guichard I de Jaligny eut deux fils dont un naturel, Claude Dauphin dit « le bâtard de Jaligny » à qui son frère Guichard II — un fils légitime — fit le don de Dornes. Claude Dauphin de Jaligny, seigneur de Dornes eut une fille, Marguerite, dame de Dornes morte vraisemblablement en 1407 et qui épousa Jean de Thoury (descendant du puissant seigneur Goussaut de Thoury), seigneur de Montgarnaud et donc, de Dornes. Jean eut trois fils dont Claudin qui hérita de Dornes. Claudin épousa Jeanne de Saint-Amour et mourut bien avant 1480 laissant quatre fils. Charles de Thoury, fils de Claudin hérita donc de Dornes qu'il vendit le 5 août 1480.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« Écartelé : au premier et au quatrième d'azur à la bande d'or frettée de gueules, au deuxième et au troisième de gueules aux trois rocs d'échiquier d'or. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1964 juin 1995 Hubert Gontard    
juin 1995 mars 2008 Henry Zaghet    
mars 2008 2020 Max Chaussin   Retraité
2020 En cours Jean-Luc Gauthier DVG Technicien retraité

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Dornes a fait partie, jusqu'en 2016, de la communauté de communes Sologne Bourbonnais-Nivernais. Depuis le , elle fait partie de la communauté d'agglomération Moulins Communauté[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2019, la commune comptait 1 466 habitants[Note 3], en augmentation de 6,23 % par rapport à 2013 (Nièvre : −5 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8108647789061 0831 1831 1041 3081 241
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3831 5621 6401 7951 8851 9492 0882 2372 355
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2042 2132 0511 7171 6081 5491 5721 5181 318
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 3881 3601 2951 2571 2571 2191 3001 3231 380
2018 2019 - - - - - - -
1 4481 466-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13]. |recens-prem=2008 |nombr.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • L’agriculture et l’élevage sont très présents et se manifestent chaque année par un concours de Charolais et une fête éco-bio.
  • Centre de services et commerces, marché le mercredi.
  • Gîtes ruraux.

Le retour au charbon[modifier | modifier le code]

À la suite de la découverte d'un gisement de charbon en 1986, un projet de mine a beaucoup agité le canton de Dornes. Accompagné d'une centrale thermique de 1 000 mégawatts, la mine aurait pu créer, selon ses promoteurs, environ 400 emplois pour 1,4 milliard d'euros d'investissement. D'un point de vue écologique, ce projet allait à l’encontre de toutes les recommandations des experts, le charbon étant reconnu comme la source d'énergie primaire la plus destructrice pour notre environnement[14]. En 2009, la concession demandée n'a finalement pas été attribuée.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Dornes ;
  • Place ombragée par les tilleuls ;
  • Étangs des Baillys ;
  • Deux fontaines, église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail (consulté le 13 mai 2017).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Moulins », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Arrêté 3185/2016 portant fusion de la CA de Moulins, de la CC du pays de Lévis en Bocage Bourbonnais et de la CC du pays de Chevagnes en Sologne Bourbonnaise, étendue aux communes de Dornes et Saint Parize en Viry situées dans le département de la Nièvre. » [PDF], Recueil des actes administratifs no 03-2016-050, Préfecture de l'Allier, (consulté le ), p. 9-22.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  14. Eléonore Disdero et AFP, « Avec de nouveaux projets de centrales à charbon, l’humanité face à une «spirale d’autodestruction» », sur Libération (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :