Aubigny (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aubigny
Aubigny (Allier)
Photo aérienne d'Aubigny.
Blason de Aubigny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Intercommunalité Communauté d'agglomération Moulins Communauté
Maire
Mandat
Étienne Richet
2020-2026
Code postal 03460
Code commune 03009
Démographie
Gentilé Albiniens
Population
municipale
134 hab. (2018 en diminution de 12,42 % par rapport à 2013)
Densité 7,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 59″ nord, 3° 10′ 01″ est
Altitude Min. 189 m
Max. 255 m
Superficie 17,14 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Moulins
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Moulins-1
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Aubigny
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Aubigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubigny

Aubigny est une commune française, située dans le département de l'Allier en région d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Albiniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Village rural situé entre la forêt de Bagnolet, relique orientale de la forêt de Tronçais, et l'Allier. Le relief est faiblement vallonné, le paysage est typique du bocage bourbonnais ; de nombreux ruisseaux traversent la commune, ainsi qu'un tributaire de l'Allier de plus grande importance : la Burge.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Les Boires.
  • Le Pas de Jeanne d'Arc.
  • Le Frou.
  • Le Lieu Marchand.
  • Le Lieu Mousset.
  • Les Poissons.
  • Les Quatre-Vents.
  • Les Roches.
  • Le Réray et son château.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont[1] :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Aubigny est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Moulins, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (57,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (37,4 %), forêts (36,2 %), terres arables (11,7 %), zones agricoles hétérogènes (8,8 %), eaux continentales[Note 3] (6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est issu de l'anthroponyme latin[9] ou roman[10], Albinius, suivi du suffixe -acum[11],[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Aubigny est membre de la communauté d'agglomération Moulins Communauté, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Moulins. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[13].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Moulins, au département de l'Allier et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[14]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Moulins-1 pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[14], et de la première circonscription de l'Allier pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[15].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1964 2014 Michel Brunol    
2014 En cours
(au )
Étienne Richet[16] SE Agriculteur
Réélu en 2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2018, la commune comptait 134 habitants[Note 4], en diminution de 12,42 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450200213212317316286273281
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
276266286285306306302282347
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
396332251224243188325248170
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
133151131100101103121138140
2018 - - - - - - - -
134--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

D'une simple nef à voûte en berceau brisé prolongée par une abside en cul-de-four, cette église romane a été bâtie à l'emplacement d'anciennes constructions gallo-romaines. Les ouvertures d'origine ont été ou occultées par l'ajout de chapelles (XVe siècle) ou agrandies (XIXe siècle), mais le portail a gardé son harmonieux caractère roman, deux colonnettes accolées à des pilastres droits supportant l'archivolte d'un sobre tympan.
À la Révolution, cette église fut fermée en 1792, puis vendue à Pierre Saulnier du Réray. Elle fut complètement restaurée par le baron Arthur Richard d'Aubigny (1827-1898) et rendue au culte par Madame de Villemouze[Note 5], petite-fille de Pierre Saulnier, en 1868. Détruits par la foudre en 1971, le toit de l'abside et le clocher en bardeaux de châtaignier ont été rebâtis à l'identique.
On peut voir à l'intérieur un vitrail de Jeanne d'Arc qui a été dessiné par Lionel Royer et une statue de saint Roch (classée MH en 1933[22]), retrouvée enterrée dans le cimetière[Note 6].
Bâti en 1884, ce château néo-gothique a pris la place d'un ancien manoir dont l'origine remonte au XIIIe siècle, à l'époque où Jean Breschard, dit de Bressolles, était seigneur du Réray. Il a été donné au diocèse de Moulins en 1887 par le baron d'Aubigny ; l'évêque de Moulins en fit un petit séminaire, qui dura jusqu'à la confiscation des biens du clergé en 1907. Malgré cela, il servit de refuge aux moines de Saint-Wandrille pendant la Première Guerre mondiale. C'est aujourd'hui un centre medico-éducatif (ne se visite pas)[23].
  • Forêt de Bagnolet à proximité.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. Marie Amélie Caroline Angèle Devaulx de Chambord (1798-1876), née au château du Réray, fille d'Anne Julie Saulnier et épouse de Claude Nicolas Devaulx de Chambord de Villemouze.
  6. Résumé des informations affichées dans l'église.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail (consulté le 4 mai 2017).
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 978-2-85023-076-9), p. 9a.
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. I : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 538.
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  12. Ernest Nègre, op. cit.
  13. « Moulins Communauté - fiche descriptive au  », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le ).
  14. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Aubigny », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  15. « Découpage électoral de l'Allier (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  16. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Notice no PA00092975, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Notice no PM03000015, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0).