Châtel-de-Neuvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Châtel-de-Neuvre
Châtel-de-Neuvre
L'église Saint-Laurent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage Bourbonnais
Maire
Mandat
Jacques Ferrandon
2020-2026
Code postal 03500
Code commune 03065
Démographie
Gentilé Casteldeneuvrois
ou Casteldeneuvriens
Population
municipale
546 hab. (2020 en diminution de 2,5 % par rapport à 2014)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 26″ nord, 3° 18′ 46″ est
Altitude Min. 214 m
Max. 301 m
Superficie 19,34 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Moulins
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Souvigny
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtel-de-Neuvre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtel-de-Neuvre
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Châtel-de-Neuvre
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Châtel-de-Neuvre

Châtel-de-Neuvre est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants, au nombre de 546 au recensement de 2020, sont appelés les Casteldeneuvrois et les Casteldeneuvroises ou bien les Casteldeneuvriens et les Casteldeneuvriennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur la route départementale 2009 (ancienne route nationale 9), entre Moulins, à 18 km au nord, et Saint-Pourçain-sur-Sioule, à 12 km au sud, le village de Châtel-de-Neuvre domine la rive gauche de l'Allier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Châtel-de-Neuvre
Bresnay Chemilly Bessay-sur-Allier (quadripoint)
Châtel-de-Neuvre La Ferté-Hauterive
Meillard Monétay-sur-Allier

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Châtel-de-Neuvre est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Moulins, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (72,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (39,4 %), terres arables (21,3 %), forêts (20,8 %), zones agricoles hétérogènes (5,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,2 %), eaux continentales[Note 3] (3,9 %), cultures permanentes (2 %), zones urbanisées (1,6 %), zones humides intérieures (1,4 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Xe siècle est attestée une viguerie dont le village actuel tire son nom (vicaria Denobrensis, pagus Donobrensis) ; Aymar ou Adhémar de Bourbon, le premier membre connu de la première maison de Bourbon, en est viguier pour le compte du duc Guillaume Ier d'Aquitaine.

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Montagne-sur-Allier[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune a fait partie du canton du Montet jusqu'en 2015. À la suite du redécoupage des cantons du département, elle fait partie du canton de Souvigny[9].

Le maire sortant, Jacques Ferrandon, a été réélu à la suite des élections municipales de 2020. Trois adjoints ont été désignés[10].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2014 Bernard Michel    
mars 2014 En cours
(au 28 mai 2020)
Jacques Ferrandon[11] DVG Retraité de la fonction publique
Réélu le [10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Casteldeneuvrois et les Casteldeneuvroises ou bien les Casteldeneuvriens et les Casteldeneuvriennes[12].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2020, la commune comptait 546 habitants[Note 4], en diminution de 2,5 % par rapport à 2014 (Allier : −2,17 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4309826166028208679211 0221 070
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0291 0381 0651 0511 0141 0011 0761 0351 002
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
966956867770739743698647680
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
630600529582512515517517553
2017 2020 - - - - - - -
542546-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Châtel-de-Neuvre dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[16].

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens et les lycéens poursuivent leur scolarité à Saint-Pourçain-sur-Sioule[17],[18].

Économie[modifier | modifier le code]

L'une des activités de la commune est la viticulture : la commune fait partie du terroir de l'AOC saint-pourçain.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Donjon du château de Moulin-Neuf.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Laurent, datée des XIe et XIIe siècles est une église romane classée Monument historique[19]. Dans la chapelle nord, on trouve une peinture murale du XVe siècle représentant saint Sébastien. Située sur une butte à l'écart du village, elle offre un large point de vue sur les méandres de l'Allier et l'est du département.
  • Le château de Moulin-Neuf (tour).
  • Le château de Logères.
  • Le château de Saint-Laurent.
  • Le pont sur l'Allier. Un premier pont, suspendu, est mis en service en 1870. Au début du XXe siècle, il est en si mauvais état que le département décide de le remplacer par un pont de la même série que les ponts construits par Eugène Freyssinet au Veurdre et à Creuzier-le-Vieux (pont Boutiron). Ce pont en béton armé, commencé par Freyssinet en 1914, n'est terminé, du fait de la guerre, qu'en 1923 ; il est dynamité en juin 1940 pour retarder l'avancée des troupes allemandes. Un bac le remplace pendant la guerre. Un pont provisoire est établi après la guerre et ouvre en juin 1947 ; ses neuf travées sont constituées de charpentes métalliques récupérées des pontons de débarquement d'Arromanches ; c'est l'un des quelque 180 « ponts Arromanches » qui furent ainsi construits à travers la France pour remplacer des ponts détruits. En novembre 1976, une pile cède. Il est alors démonté et remplacé par un pont en béton précontraint d'une portée de 188 m, mis en service en 1979[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail (consulté le 4 mai 2017).
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier.
  10. a et b « Un deuxième mandat pour Jacques Ferrandon à la mairie de Châtel-de-Neuvre », La Montagne, (consulté le ).
  11. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], Association des maires et présidents de communautés de l'Allier, (consulté le ).
  12. « Châtel-de-Neuvre (03500) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  16. Annuaire des établissements scolaires de Châtel-de-Neuvre sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 26 mai 2018).
  17. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  18. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  19. L'église de Châtel-de-Neuvre sur le site art-roman.net.
  20. Jean-Michel Delaveau, Franchir l'Allier : à la découverte de 130 ponts, Champétières, Éditions de la Montmarie, , 288 p. (ISBN 978-2-915841-38-1).