Gannay-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gannay-sur-Loire
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Dompierre-sur-Besbre
Intercommunalité Moulins Communauté
Maire
Mandat
Bernadette Deveau
2014-2020
Code postal 03230
Code commune 03119
Démographie
Population
municipale
403 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 55″ nord, 3° 36′ 40″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 240 m
Superficie 32,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Gannay-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Gannay-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gannay-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gannay-sur-Loire

Gannay-sur-Loire est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Gannay-sur-Loire est une commune située aux confins du département de l'Allier. Elle est bordée au nord et à l'ouest par le département de la Nièvre et à l'est par le département de Saône-et-Loire. La commune est à 30 kilomètres au nord-est du chef-lieu de département, Moulins.

Ses communes limitrophes sont :

Communes limitrophes de Gannay-sur-Loire
Lamenay-sur-Loire (Nièvre) Saint-Hilaire-Fontaine (Nièvre)
Cossaye (Nièvre)
Lucenay-lès-Aix (Nièvre)
Gannay-sur-Loire Cronat (Saône-et-Loire)
La Chapelle-aux-Chasses Paray-le-Frésil Saint-Martin-des-Lais

La commune est bordée à l'est par le cours de la Loire, qui ne coïncide pas exactement avec la limite du territoire communal.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gannay remonte à l'antiquité gauloise. Sa signification est fort claire : Gannacum est formé du gaulois ganno/gannatos, -gnatos en suffixe, qui signifie « né, mis au monde » (cf. latin genus, famille, souche). C'était un nom d'homme extrêmement courant chez les Celtes. On retrouve en breton cette même racine : ganet (même sens) et ganadur (progéniture). Quant à -acum, c'est un suffixe d'appartenance bien connu. Gannay signifie donc « Le domaine de Gannos ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Près de la motte défensive du Vivier et jusqu’au XIe siècle coulait la Loire, où passe de nos jours le canal. C’est là que se forma le premier groupement, embryon de Gannay.

Au port des Vanneaux, qui tient peut-être son nom d’un petit échassier, on construisait des bateaux. C’était aussi un important port de commerce en matériaux de construction. Cette activité fut transférée au port Saint-Georges quand le fleuve changea de cours.

L’église romane Saint-Jean-Baptiste fut détruite à la Révolution. Seul le chœur, avec sa voûte en pierre, a résisté, ainsi que la Vierge sculptée.

Saint-Nicolas, maison à pans de bois en forme de L, est une ancienne auberge des mariniers de Loire. Sa grange construite à partir d’un solin a conservé ses parties en torchis. Ces bâtiments sont supposés être du XVe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900  ? Édouard Girault DVD  
mars 2001 en cours
(au 8 avril 2014[1])
Bernadette Deveau DVD Retraitée

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 403 habitants, en diminution de -3,36 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
730 754 560 589 640 663 696 696 707
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
745 734 807 883 950 1 001 1 095 1 102 1 105
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 060 970 889 716 756 696 731 703 665
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
682 665 571 501 491 387 409 406 403
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'arbre de Sully en avril 2014.
Les Bardets.
  • Motte castrale des Maitres-Jean, inscrite aux monuments historiques en 1995, ancienne motte sur laquelle s'élevait la chapelle du Vivier. Située près du canal, c'est une propriété privée.
  • La maison dite des Bardets, maison bourgeoise classée datant du XVIIe siècle. Longue maison basse faite de briques bicolores à motif losangé ; les fenêtres ont un encadrement en pierre de taille de grès ocre. Du domaine subsistent d'importants communs à pans de bois, écharpes et montants verticaux. Sont inscrites sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, les façades et les toitures du logis (à l'exception du pavillon moderne au nord) et des communs. Époque de construction : 2e moitié du XVIIe siècle ; inscription MH par arrêté du 21 mars 1983[6].
  • Château des Bonnins, à l'origine siège d'une communauté familiale importante.
  • Frétille ou Fourtille, petite seigneurie appartenant au notaire royal Daubinet (de Lucenay-les-Aix) en 1754.
  • L'arbre de Sully date de 1620. Seul subsiste le tronc protégé par un socle et un clocheton. Il s'agit de l'un des derniers arbres plantés au XVIIe siècle à l'instigation de Sully. Ces arbres balisaient la route de Moulins à Nevers. En octobre 2010, une remorque s'étant détachée d'un camion, a sectionné à la base cet arbre[7]. La municipalité en a assuré la restauration.
  • L'ancien four à chaux, près des Vanneaux.
  • Le canal latéral à la Loire (les deux écluses ; la base nautique des Vanneaux, réalisation récente correspondant aux nouveaux besoins en matière de tourisme fluvial).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gannay-sur-Loire Blason Parti : au 1er d'azur à l'agneau pascal d'argent tenant une bannière du même chargé d'une croisette de gueules, au guidon d'or, au chef d'azur semé de fleurs de lis d'or au bâton de gueules brochant sur le tout, au 2e d'or à la jumelle ondée d'azur accompagnée en chef d'une feuille d'orme de sinople, posée en fasce et en pointe d'une ancre de sable à la gumène de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 7 juin 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. [1]
  7. « L'arbre de Sully n'a pas résisté à la remorque », La Montagne, 2 juillet 2010.