Jacques Duby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duby.
Jacques Duby
Nom de naissance Jacques Charles Stanislas Duby
Naissance
Toulouse, Haute-Garonne, France
Nationalité Drapeau : France Française
Décès (à 89 ans)
Paris, France
Profession Acteur
Films notables Thérèse Raquin
L'Homme à l'imperméable
Pot-Bouille
Christine
Boulevard
Séries notables Au théâtre ce soir
Maguy

Jacques Duby (Jacques Charles Stanislas Duby) est un acteur français né le à Toulouse (Haute-Garonne) et mort le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un médecin exerçant à Toulouse, Jacques Duby souhaite devenir vétérinaire mais échoue à la deuxième partie du bac, en raison d'une timidité excessive. Pour l'en guérir, son père l'inscrit au Conservatoire de Toulouse pour y suivre des cours de comédie. Après deux mois de cours, il a pris confiance en lui et annonce qu'il ne veut plus devenir vétérinaire, mais comédien ; puis il monte à Paris et s'inscrit au Conservatoire où il a notamment pour professeur Pierre Dux[1].

Jeune marié, il doit se cacher à Paris pour échapper à la réquisition du Service du travail obligatoire. La guerre finie, il joue avec Maurice Sarrazin au Grenier de Toulouse.

Il monte à nouveau à Paris et se fait engager par la Compagnie Grenier-Hussenot, il joue avec cette troupe sept pièces tout en ayant quelques petits rôles au cinéma.

Le grand public le découvre notamment grâce au rôle de Camille Raquin qu'il interprète dans le film Thérèse Raquin de Marcel Carné.

Mais c'est à la scène qu'il doit sa notoriété en se faisant remarquer par sa verve dans des pièces de dramaturges de premier plan. Il crée Voulez-vous jouer avec moâ ? de Marcel Achard, L'Œuf de Félicien Marceau, Les Oiseaux de lune de Marcel Aymé, La Logeuse de Jacques Audiberti.

Au cinéma, s'il ne tient que des seconds rôles, il a l'opportunité d'être dirigé par des réalisateurs de renom comme André Cayatte ou Julien Duvivier. Cependant, au début des années 1970, sa carrière cinématographique s'appauvrit au profit de la scène où il continue d'obtenir de beaux succès (dopés par la collection télévisée Au théâtre ce soir), fidèle au répertoire de grands auteurs : Félicien Marceau, Jean Anouilh, Eugène Ionesco...

La vivacité de son élocution l’amène à enregistrer de nombreuses productions audio destinées aussi bien aux enfants qu’aux adultes : œuvres de Walt Disney, initiation à la musique, émissions radiophoniques, poésie.

En raison de son flegme, il était surnommé « l'Alec Guinness français », notamment lors de la création de la pièce de théâtre L'Œuf de Félicien Marceau en 1956 où le critique Robert Tréno du Canard enchaîné écrit : « Si le cinéma français se mettait un jour à avoir autant d’humour qu’en a parfois le théâtre, nous aurions notre Buster Keaton, nous aurions notre Alec Guiness. C’est indubitable ! »[2].

Mariée avec la comédienne Renée Sallabert, il a deux filles : Henriette (née en 1943) et Isabelle (née en 1951).

Il décède le à Paris, quatre mois avant son 90e anniversaire et est inhumé le 23 février au cimetière de Montmartre.

Il est chevalier de l'Ordre national du mérite.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages
Courts métrages

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Audio[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 Jours n°159, semaine du 6 au 12 avril 1963, article de Pierre Polloni : " Jacques Duby : - Mon médecin de père a guéri ma timidité en me faisant monter sur les planches"
  2. Extrait de sa critique du publiée sur Régie théâtrale : les pièces de Félicien Marceau
  3. En écoute
  4. En écoute
  5. En écoute

Lien externe[modifier | modifier le code]