Médavy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Médavy
Médavy
Château de Médavy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Sées
Intercommunalité Sources de l'Orne
Maire
Mandat
Vincent Six
2014-2020
Code postal 61570
Code commune 61256
Démographie
Population
municipale
152 hab. (2016 en augmentation de 0,66 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 42″ nord, 0° 05′ 26″ est
Altitude Min. 158 m
Max. 192 m
Superficie 4,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Médavy

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Médavy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Médavy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Médavy

Médavy est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 152 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à l'entrée de la plaine d'Argentan, à la limite du Bocage normand et du Perche. Elle est limitée au nord par l'Orne et son affluent le Don et à son origine au sud-est par les ruisseaux de Gironde et du Rivage.

Sa superficie de 434 hectares en fait la commune la moins étendue du canton et de la communauté de communes du Pays de Mortrée. Il ne subsiste que deux exploitations agricoles.

Le sous-sol homogène et argileux donne des terres froides et difficiles à travailler, jadis propices au développement des herbages.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mesdavid en 1129, de Mansodavid en 1147[1].

De l'oïl mes « maison de campagne, ferme » et l'anthroponyme David[1] ou de « Media Via » (moitié chemin entre Sées et Argentan)[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la commune est liée à celle de son château qui défendait le passage de l'Orne au croisement de deux voies antiques. La place-forte, érigée au XIIe siècle fut démantelée en 1630 et a cédé à la place à un château du XVIIIe siècle (V. ci-dessous).

Le plus ancien seigneur connu est Hugues de Médavy gouverneur d'Alençon en 1113.

En 1822, Médavy (280 habitants en 1821[2]) absorbe Le Repos (155 habitants[3]) au sud-ouest de son territoire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 Antoine Karcher SE  
mars 2008 En cours Vincent Six[4] SE Conseiller agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 152 habitants[Note 2], en augmentation de 0,66 % par rapport à 2011 (Orne : -1,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %). La population est de 157 habitants alors que la commune en comptait plus de 400 en 1822.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
275242334280303306300301303
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
304265241236218206200204194
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
192197177203174162204205184
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
155151152159169154149151152
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Médavy : reconstruit de 1705 à 1723 sur les ruines d’une ancienne forteresse dont subsistent deux tours du XVe siècle, la tour Saint-Pierre et la tour Saint-Jean (transformée en chapelle). Trois ponts permettent d’accéder à la cour d’honneur. Le château est entouré de jardins à la française.
  • Église prieurale Notre-Dame-du-Repos[8].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Formations dialectales (suite) et françaises - page 1665
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Le Repos », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 27 octobre 2015)
  4. Réélection 2014 : « Vincent Six repart pour six ans avec une équipe réduite », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 avril 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie, CRAHM, 2007 (ISBN 978-2-902685-39-4) p. 291-294

Liens externes[modifier | modifier le code]