Beurre de karité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vente de beurre de karité dans la commune de Tafiré, au nord de la Côte d'Ivoire.

Le beurre de karité est une huile végétale comestible extraite des fruits du karité, un arbre poussant principalement dans les savanes arborées de l'Afrique de l'Ouest et centrale. Le nom ghariti signifie « arbre à beurre » en wolof du Sénégal et est à l'origine du nom français « karité ».

Le beurre de karité est principalement utilisé dans la cuisine en Afrique et dans l'industrie du chocolat en Europe (comme substitut au beurre de cacao). Il est aussi connu en Afrique, en Europe et aux États-Unis pour ses propriétés cosmétiques assouplissantes et nourrissantes pour la peau qui le font rentrer dans la composition de nombreux produits cosmétiques et aussi pharmaceutiques.

Matière première[modifier | modifier le code]

Le fruit, appelé également karité, se présente sous la forme de grappes de fruits ovoïdes de couleur vert sombre à brun mesurant entre quatre et huit centimètres de long et pesant entre 10 et 57 g[1].

C'est une baie charnue et comestible[2] renfermant une, voire deux amandes dures (comparable à une graine d'avocat i.e. son noyau), d'une teinte blanchâtre, entourée(s) d'une coque mince et de pulpe.

Les fruits de karité sont ramassés entre mai-juin et mi-septembre par des femmes[3],[4],[5].

Fabrication[modifier | modifier le code]

Une femme brisant la coque des noix (en arrière-plan : des noix de karité et du beurre de karité) (Burkina Faso)

Tant la récolte des fruits que l’extraction du karité voire sa commercialisation à l'échelle locale sont principalement effectuées par des femmes africaines en zone rurales[6],[7] d'où son surnom d'« or des femmes » (même si la filière internationale du karité est essentiellement dominée par des hommes)[8],[7],[9].

Une fois les fruits ramassés (juin-septembre), ceux-ci sont débarrassés de leur pulpe, ce qui permet d'obtenir alors une noix qu'on fait sécher. On récupère ensuite l’amande en concassant les noix. On la lave et on la laisse sécher dans la coque intacte pour éviter l'acidification (augmentation de la teneur en acides gras libres) de l'amande dues à l'action des micro-organismes. Bien préparées les amandes peuvent ainsi se conserver un an sans dégradation.

La récolte des fruits et la préparation des amandes demande une heure de travail par kilo d'amandes sèches.

Ensuite, on concasse l'amande, la torréfie et on la moût pour obtenir une pâte épaisse. Après traitement, trois kilos d'amande donnent environ un kilo de beurre[10].

Il existe trois méthodes pour extraire le beurre de l'amande contenue dans le fruit du karité.

La méthode traditionnelle[modifier | modifier le code]

La pâte épaisse obtenue va être mélangée à de l’eau et vigoureusement barattée. Les femmes brassent la pâte obtenue avec de longues spatules, tandis que le mélange chauffe.

L’immersion dans l’eau bouillante va permettre de séparer le beurre des autres composants de l’amande, notamment les impuretés qui se déposent au fond du récipient. Une fois retiré, le beurre flottant en surface est malaxé avant d’être cuit longuement afin de permettre à l’eau de s’évaporer et aux impuretés de se déposer. L’huile (en fait le beurre liquide) ainsi obtenue sera filtrée avant d’être conditionnée. On obtient ainsi du beurre de karité artisanal mais la chaleur altère quelque peu ses qualités.

Quant aux impuretés restées en bas, ces dernières sont récupérées pour former des boules, qui serviront de combustible pour faire chauffer de nouvelles marmites.

Le résultat s'élève à 30 à 35 % de beurre par poids sec de noix[11].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'extraction par pression à froid[modifier | modifier le code]

Les amandes sont simplement broyées dans une presse, à une température inférieure à 80 °C. Cette méthode mécanique ne permet pas d'extraire la totalité du beurre présent dans la noix mais c'est la méthode qui permet d'avoir la meilleure qualité puisque les principes actifs du beurre de karité sont préservés.

L'extraction par solvant[modifier | modifier le code]

Les amandes sont broyées puis on utilise un solvant, l'hexane. Le beurre encore contenu dans les amandes se dissout dans l'hexane. Ensuite, on laisse l'hexane s'évaporer et on récupère le beurre de karité. Cette méthode est la plus rentable mais le beurre de karité obtenu est de qualité inférieure.

Le résultat s'élève jusqu’à 45 % de beurre par poids sec de noix[11].

En Occident[modifier | modifier le code]

La plus grande partie de la production de beurre ou composants du beurre est issue d'importations sous forme d'amandes transformées en Occident et en Asie, ce qui prive les pays producteurs et les transformatrices traditionnelles d'une part importante de la plus-value de la filière[12]. « Le beurre de karité est extrait à l’aide de procédés industriels, principalement en Europe, puis séparé en deux fractions : une fraction de graisse végétale (stéarine) – vendue pour la formulation d’équivalents ou d’améliorants du beurre de cacao (CBE/CBI) et de margarines – et une fraction d’huile, utilisée comme base bon marché dans la production de margarines, ainsi que comme composante d’aliments fourragers »[11]. Cette oléine est aussi revendue aux fabricants de cosmétiques, et malgré des campagnes intensives de marketing sur l'effet bénéfique du secteur dans l'autonomisation des femmes, il représenterait 50 % du karité utilisé dans la filière cosmétique[12].

Composition[modifier | modifier le code]

Le beurre de karité contient cinq principaux acides gras (triacylglycérides) : l'acide palmitique, stéarique, oléique, linoléique, et arachidique. Parmi ceux-ci, les acides stéarique et oléique atteignent environ 85 à 90 %, selon les provenances.

La proportion relative des acides stéarique et oléique influence la consistance du beurre[14]. L'acide stéarique donne une consistance solide, tandis que l'acide oléique donne une consistance molle ou même liquide. Ainsi, le beurre de karité provenant du plateau Mossi (Burkina Faso) et celui issu du nord du Ghana ont une teneur plus élevée en acide stéarique et sont donc généralement plus durs ; celui en provenance d'Ouganda est liquide et nécessite un fractionnement pour devenir beurre ; les beurres de karité d'Afrique de l'Ouest sont plus variables dans leur consistance[14].

Outre ses acides gras, le beurre de karité contient des catéchises, des vitamines E, A, acides gras essentiels[15], des triterpènes[16].

Selon l'origine[modifier | modifier le code]

La provenance géographique du beurre de karité influence sa composition[14]. En effet, plusieurs études dont une de l'université Ben Gourion du Negev[17] montre « une variabilité élevée entre les provenances de différentes régions africaines et un effet significatif du climat sur les niveaux de α-tocophérol » (forme de la vitamine E). « La teneur totale en tocophérols (α, β, γ et δ) dans 102 échantillons de beurre de karité de 11 pays varie de 29 à 805 μg/g de beurre de karité, avec une moyenne de 220 μg/g. L'α-tocophérol, la forme principale détectée, constitue en moyenne 64 % de la teneur totale en tocopherol ». Le karité des arbres de « Vitellaria situés dans des climats chauds et secs ont les plus hauts niveaux d'α-tocophérol (par exemple, une moyenne de 414 ng / g dans des échantillons de N'Djamena, Tchad). Les concentrations les plus faibles de α-tocophérol (sont) trouvées dans des échantillons provenant de régions montagneuses froides, en particulier dans le nord du pays (une moyenne de 29 µg/g) »[17]. La même remarque s'applique pour la teneur en acide stéarique et en alcool triterpénique (principalement amyrines, lupéol et butyrospermol), selon une étude japonaise[18].

L'acide oléique est dominant dans le beurre de karité en provenance d'Ouganda alors que l'acide stéarique est dominant ceux d'Afrique occidentale, d'après une étude italienne portant sur 150 régions des Mali, Burkina Faso, Nigeria et Ouganda[19].

Des résultats français montrent « les différences entre l'Afrique de l'Est et de l'Ouest dans la composition de la graisse des noix de karité : les noix de l'Est (ont) une teneur en graisse et en acide oléique significativement plus élevée » à partir des prélèvements de « 624 arbres dans cinq pays africains (Sénégal, Mali, Burkina, Ghana et Ouganda) »[20].

Groupe scolaire Almamy Timbo.jpg

Aspect[modifier | modifier le code]

La consistance du beurre de karité dépend de son origine géographique donc de sa teneur en acides gras[14]. En général, le beurre solide est d'aspect cireux à température ambiante. Il devient huileux au-delà de 34 °C. Son point de fusion s'élève à 28 et 35 °C. Sa couleur va du blanc crème au jaune crème[21].

Qualité[modifier | modifier le code]

La qualité d'un beurre de karité dépend du terroir de provenance, de son climat, de la qualité des amandes mais surtout du mode de conservation[22] des noix de karité (en empêchant la germination des graines) et du mode de production du beurre (traditionnel, mécanisé ou semi-mécanisé, industriel). Les laboratoires de contrôle de la qualité des produits exportés pour garantir le respect des spécifications définies par les clients étrangers prennent généralement en compte des indicateurs de qualité concernant l’humidité, l’acidité libre et le taux d’impuretés[23].

Il n'existe pas à ce jour de standard de qualité mondialement reconnue, chaque entreprise ayant ses propres critères.

Certains producteurs choisissent par exemple de ne pas laisser les noix sécher au soleil mais de les fumer pour les sécher alors que cela dégrade grandement la qualité du beurre obtenu en ayant chargé les noix en hydrocarbures[11].

L'Alliance globale du Karité (ou Global Shea Alliance, AGK)[24] réunissant tous les acteurs de l'industrie du karité a pour but de définir des standards qui manquent cruellement à la filière au détriment des 16 millions de productrices de karité d'Afrique et l'organisme ProKarité d'instruire les femmes sur les méthodes pour une production de meilleure qualité qui serait plus lucrative[25].

Un beurre de karité de qualité n'a pas une mauvaise odeur, se conserve plus longtemps et est plus riche en éléments précieux[26].

De nombreux organismes participent à la promotion des exportations du beurre de karité[27].

Certification[modifier | modifier le code]

Les classifications et labels du beurre de karité pour le commerce international se multiplient du fait de l'attrait des pays occidentaux pour ce produit mais ne se superposent pas toujours[9]. On trouve ainsi différentes certifications[28] :

  • Biologique : issu de systèmes durables d’exploitation entretenus en l’absence d’intrants chimiques (pesticides, fongicides, engrais, etc.) ; les produits peuvent être étiquetés « 100 pour cent biologique », « biologique » ou « à base de produits biologiques » (Ecocert[22]) ;
  • Commerce équitable ou éthique : issu de productions aux conditions sûres de travail, avec préfinancement, des prix plus élevés que ceux pratiqués sur le marché local pour les produits destinés au marché international et l’absence de main d’œuvre esclave ou de travail des enfants ;
  • Assurance qualité : pour un produit contrôlé par un tiers de la qualité tel un laboratoire qui se conforme aux normes internationales ;
  • Traçabilité : pour un produit où toutes les étapes du processus de production (transactions d’achat, différentes étapes de la transformation, main d’œuvre utilisée, dates de transformation, emplacements, etc.) figurent[29] sur un « certificat d’origine » (Ecocert) ;
  • (en)GlobalGAP (ex EurepGAP)[30] : norme européenne depuis 1997 pour déterminer les facteurs de Bonnes pratiques agricoles (BPA) comme la Gestion intégrée des cultures (ICM), la Désinsectisation intégrée (IPC), le Système de gestion de la qualité (QMS), l’analyse des risques-points critiques pour leur maîtrise (HACCP), la santé, la sécurité et le bien être du travailleur, la pollution et la gestion de la protection de l’environnement.

Il existe notamment « le Projet d’Appui Technique à la Filière Karité (ProKarité[22]) lancé en 2004, qui est soutenu par le Fonds commun pour les produits de base (CFC,(en)« Common Fund for Commodities») et le Gouvernement néerlandais, avec un appui technique de la FAO (OAA). Mis en œuvre par le CIRAF, le projet ProKarité vise à élaborer un programme de certification des produits basé sur un ensemble harmonisé de paramètres et de normes de qualité à établir aux niveaux régional et international »[26] tels que ONAC, PAF (Projet d’Appui aux Filières Bio Alimentaires), ECOCERT, etc.[31]

Usages[modifier | modifier le code]

Alimentaire[modifier | modifier le code]

Jeune vendeuse de beurre de karité dans les rues de Tafiré, Côte d'Ivoire

Le beurre de karité est considéré comme une graisse saine[32].

Environ 90 % de la production mondiale de beurre de karité sont destinés à un usage alimentaire principalement dans l'industrie du chocolat et autres confiseries. En particulier en Europe (et non pas aux Etats-Unis[27]), ce beurre « est utilisé comme substitut au beurre de cacao[33] en raison des propriétés physiques et chimiques similaires[15] pour l'enrobage des chocolats et des bonbons, pour modifier les points de fusion ou créer des textures prisées par les consommateurs »[32]. Il entre également dans la composition de biscuits et pâtes feuilletées pour les humains mais aussi comme élément dans l'alimentation fourragère pour les animaux[27].

En Afrique, dans les régions où il est produit, on l'utilise comme un beurre classique ou une huile comestible de friture en cuisine ou ajouté aux sauces comme liant et pour en modifier le goût[34].

Il présente l'avantage de se conserver sans agent de conservation[33] grâce à ses quantités relativement importantes d'insaponifiables (4-11%) et tocophérols qui permettent d'assurer la stabilité aux huiles et graisses[15].

Cosmétique et pharmaceutique[modifier | modifier le code]

Beurre de karité du Burkina Faso à usage de soin

Les 10 % restants de la production mondiale de beurre de karité sont à destination de l'industrie cosmétique[32] et la demande ne cesse de croître. Les industries cosmétiques et pharmaceutiques consomment ainsi chaque année entre 2 000 et 8 000 tonnes de beurre de karité[11]. En Europe, des centaines de produits en contiennent, mentionné bien en évidence sur l’étiquette »[11],[35].

Propriétés[modifier | modifier le code]

De nombreuses études se sont penchées sur les propriétés du beurre de karité[34] :

On peut notamment citer une coentreprise danoise (AstionPharma[48]) qui « utilise actuellement des insaponifiables de karité pour produire un traitement anti-inflammatoire contre l’arthrite et une crème pour le traitement local de l’eczéma et d’autres lésions cutanées (notamment dues à l’herpès) » et commercialise un « produit «nutraceutique» à base de karité qui a la capacité, cliniquement démontrée, de réduire le cholestérol chez l’homme »[11],[26].

Une étude conjointe (chinoise, américaine et espagnole) récapitulative parue en 2017[49] met en évidence les effets bénéfiques des composants de certaines huiles végétales par l'application sur la peau (voie topique) et si elle reconnaît au beurre de karité des vertus anti-inflammatoires et anti-oxydantes, elle est plus mesurée dans la possibilité qu'il puisse réparer la barrière cutanée en cas d'atteinte et avance qu'il n'existe aucune preuve concrète de l'effet spécifique du traitement topique par le beurre de karité contre le vieillissement de la peau, la cicatrisation des plaies ou allant dans le sens de propriétés anti-cancérigènes[49].

Le beurre de karité favoriserait aussi une augmentation de la circulation capillaire locale, ce qui permettrait une réoxygénation tissulaire et améliorerait l'élimination des déchets métaboliques[réf. nécessaire].

Savons au beurre de karité, Burkina Faso

Hygiène[modifier | modifier le code]

  • En tant que corps gras dans la fabrication de savons[34]
  • Comme fixateur pour coiffure[50].

Autres[modifier | modifier le code]

  • En tant qu'huile pour lanterne dans les zones rurales[34],[39] ;
  • Pour la fabrication de bougies ou en tant que cire d'étanchéité[50] ;
  • A des fins culturelles lors des cérémonies comme les naissances, les mariages et les funérailles[34] ;
  • Dans son récit de voyage au milieu du XIVe siècle, l'explorateur marocain Ibn Battuta indique que le beurre de karité entre dans la composition d'une chaux pour recouvrir les murs de certaines habitations au Mali[51],[52].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Honfo, Fernande & H.N., Akissoe & Linnemann, Anita & Mohamed, Soumanou & Boekel, Martinus. (2014). « Nutritional Composition of Shea Products and Chemical Properties of Shea Butter: A Review ». Critical reviews in food science and nutrition. 54. 673-686. 10.1080/10408398.2011.604142. Lire en ligne
  2. « Fiche, Gouvernement du Canada »
  3. (de) « Die Rohstoffe – Sheakoladen – Finigrana » (consulté le )
  4. P. N. Lovett, « 5 - Shea butter: Properties and processing for use in food », dans Specialty Oils and Fats in Food and Nutrition, Woodhead Publishing, coll. « Woodhead Publishing Series in Food Science, Technology and Nutrition », (ISBN 9781782423768, lire en ligne), p. 125–158
  5. Honfo, Fernande & H.N., Akissoe & Linnemann, Anita & Mohamed, Soumanou & Boekel, Martinus. (2014). « Nutritional Composition of Shea Products and Chemical Properties of Shea Butter: A Review ». Critical reviews in food science and nutrition. 54. 673-686. 10.1080/10408398.2011.604142. Lire en ligne
  6. (en) Judith Carney et Marlène Elias, « African Shea Butter: A Feminized Subsidy from Nature », Africa, vol. 77, no 1,‎ , p. 37–62 (ISSN 1750-0184 et 0001-9720, DOI 10.3366/afr.2007.77.1.37, lire en ligne, consulté le )
  7. a et b Thomas W. Kuyper, Mamoudou Traoré, Fadiala Dembelé et Sietze Vellema, « Analyse d'une plate-forme d'innovation dans la filière karité au Mali », Cahiers Agricultures, vol. 26, no 4,‎ , p. 45001 (ISSN 1166-7699 et 1777-5949, DOI 10.1051/cagri/2017029, lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Fold N, Reenberg A. 1999. « In the shadow of the 'chocolate war': local marketing of shea nut products around Tenkodogo, Burkina Faso ». Geografisk Tidsskrift / Danish Journal of Geography Special Issue 2: 113–123.
  9. a et b (en) Elias M, Saussey M. 2013. « ‘The Gift that keeps on giving’: unveiling the paradoxes of fair trade shea butter ». Sociologia Ruralis 53(2): 158–179.
  10. [vidéo] Tout sur le beurre de karité : bienfaits, fabrication, qualité au Burkina Faso par Les Amis du Consulat du Burkina Faso de Nice, réalisation Bernard Chalamon, 2014-2015.
  11. a b c d e f g h et i E.T. Masters, J.A. Yidana et P.N. Lovett, FAO - Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, « Le commerce et la gestion forestière durable », Vol. 55 2004/4, sur www.fao.org, Revue internationale des forêts et des industries forestières, (consulté le )
  12. a et b Karen Rousseau, Political ecology du karité - Relations de pouvoir et changements sociaux et environnementaux liés à la mondialisation du commerce des amandes de karité - Cas de l’Ouest du Burkina Faso (Thèse de doctorat), AgroParis Tech, (lire en ligne), p. 32-33
  13. Davrieux, F., Allal, F., Piombo, G., Kelly, B., Okulo, J.B., Thiam, M., Diallo, O.B. & Bouvet, J.-M. (2010) Near Infrared Spectroscopy for High-Throughput Characterization of Shea Tree (Vitellaria paradoxa) Nut Fat Profiles. Journal of Agricultural and Food Chemistry, 58, 7811-7819.
  14. a b c d et e (en) Steven Maranz, Zeev Wiesman, Johan Bisgaard et Giorgio Bianchi, « Germplasm resources of Vitellaria paradoxa based on variations in fat composition across the species distribution range », Agroforestry Systems, vol. 60, no 1,‎ , p. 71–76 (ISSN 1572-9680, DOI 10.1023/B:AGFO.0000009406.19593.90, lire en ligne, consulté le )
  15. a b c et d (en) Alander, J. (2004). « Shea butter-a multifunctional ingredient for food and cosmetics ». Lipid Technol. 16. 202-205. Lire en ligne
  16. a b c et d (en) Tzu-Kai Lin, Lily Zhong et Juan Luis Santiago, « Anti-Inflammatory and Skin Barrier Repair Effects of Topical Application of Some Plant Oils », International Journal of Molecular Sciences, vol. 19, no 1,‎ (ISSN 1422-0067, PMID 29280987, PMCID 5796020, DOI 10.3390/ijms19010070, lire en ligne, consulté le )
  17. a et b (en) Steven Maranz et Zeev Wissman (The Phyto-Oleochemical Laboratory, The Institutes for Applied Research, Ben-Gurion University of the Negev, Israel), « Influence of Climate on the Tocopherol Content of Shea Butter » [« Influence du climat sur le contenu Tocopherol du beurre de karité »], Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 52, no 10,‎ , p. 2934–2937 (ISSN 0021-8561 et 1520-5118, DOI 10.1021/jf035194r, lire en ligne, consulté le )
  18. Toshihiro Akihisa, Nobuo Kojima, Naoko Katoh et Yuki Uchimura (College of Science and Technology, Nihon University), « Triterpene alcohol and fatty acid composition of shea nuts from seven African countries », Journal of Oleo Science, vol. 59, no 7,‎ , p. 351–360 (ISSN 1347-3352, PMID 20513968, lire en ligne, consulté le )
  19. (en) Daria Di Vincenzo, Steve Maranz, Arnaldo Serraiocco et Raffaella Vito (Istituto Sperimentale per la Elaiotecnica, Città Sant'Angelo (PE), Italie), « Regional variation in shea butter lipid and triterpene composition in four African countries », Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 53, no 19,‎ , p. 7473–7479 (ISSN 0021-8561, PMID 16159175, DOI 10.1021/jf0509759, lire en ligne, consulté le )
  20. (en) Fabrice Davrieux, François Allal, Georges Piombo et Bokary Kelly (CIRAD, Performance of Tropical Production and Processing Systems Department, Montpellier), « Near infrared spectroscopy for high-throughput characterization of Shea tree (Vitellaria paradoxa) nut fat profiles », Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 58, no 13,‎ , p. 7811–7819 (ISSN 1520-5118, PMID 20518501, DOI 10.1021/jf100409v, lire en ligne, consulté le )
  21. « Etat des lieux des actions menées dans la filière karité », op. cit., p. 98
  22. a b et c IRSAT (Institut de recherches en sciences appliquées et technologies), Pro-Karité (Projet d'appui technique à la filière karité), Département de Technologie Alimentaire (DTA), « Etat des lieux des actions menées dans la filière karité », par Magali SAUSSEY (Doctorante en Sociologie), Serge P. Firmin KONSEIGA (Ingénieur d’Etat en Industries Agroalimentaires), dir. Dr Bréhima DIAWARA (Coordonnateur National du projet Pro-karité, Chef du DTA), janvier 2005. Lire en ligne
  23. « Etat des lieux des actions menées dans la filière karité », op. cit., p. 16-17
  24. « Notre Mission », sur globalshea.com, Site de GSA (consulté le )
  25. « Etat des lieux des actions menées dans la filière karité », ProKarité, op. cit., dont pp. 93-98 : Retranscription du film Le karité aujourd'hui, y a l'argent dedans, Table Filière Karité (TFK), Projet d’Appui aux Filières Bio Alimentaires (PAF), avril 2002
  26. a b c d e et f E.T. Masters, J.A. Yidana, P.N. Lovett, « Rendre la gestion plus rationnelle grâce au commerce : les produits du karité en Afrique », UnaSylva, vol. 55, 2004, pp. 46-52 [PDF] Lire en ligne
  27. a b et c USAID, WATH, « La chaîne de valeur du beurre de karité », Synthèse d'étude et recommandations pour WATH, Rapport Technique WATH n° 1 par John Holtzman, novembre 2004
  28. « Guide à l’exportation du beurre de karité », CCIMA, Projet du programme régional ouest africain de l'USAID, par Peter Lovett, Emily Miller, Philip Mensah, Vanessa Adams et Catherine Kannenberg au Centre pour le Commerce en Afrique de l’Ouest (WATH). 2006. Lire en ligne
  29. Depuis le 1 janvier 2005, l’Union européenne exige que tous les produits agricoles soient traçables de source (Reg. 178, janvier 2002) et certaines procédures douanières exigent aussi des documents minimaux sur la traçabilité comme un certificat d'origine.
  30. « Control Union Inspections France », sur www.control-union.fr (consulté le )
  31. « Etat des lieux des actions menées dans la filière karité », op. cit., p. 20-21
  32. a b et c « Survol de l'industrie », sur globalshea.com (consulté le )
  33. a et b « Le beurre de karité a tout bon ! », sur Portail Afrique!, (consulté le )
  34. a b c d e et f (en) John Audu (Federal University of Agriculture, Makurdi | UAM · Department of Agricultural and Environmental Engineering), « Effect of extraction methods on food and biodiesel properties of shea-nut oil (Vitellaria paradoxa) », février 2018
  35. « Substances toxiques dans les cosmétiques : Maui Moisture Shea butter conditioner - Revive & hydrate for dry damaged hair », sur www.quechoisir.org (consulté le )
  36. « Beurre de karité brut non-raffiné, extraction naturelle, origine Burkina Faso, issu du commerce équitable FLO/Max Havelaar », Fiche produit, 2006
  37. A. Warra, « Fat Quality and Cold Saponification of Shea Nut (Vitellaria paradoxa) Fat Extract », Journal of Scientific Research and Reports, vol. 3, no 5,‎ , p. 660–667 (ISSN 2320-0227, DOI 10.9734/jsrr/2014/7339, lire en ligne, consulté le )
  38. a et b (en) Jiradej Manosroi, Aranya Manosroi, Eliot T. Masters et Harukuni Tokuda, « Anti-Inflammatory and Chemopreventive Effects of Triterpene Cinnamates and Acetates from Shea Fat », Journal of Oleo Science, vol. 59, no 6,‎ , p. 273–280 (ISSN 1345-8957 et 1347-3352, DOI 10.5650/jos.59.273, lire en ligne, consulté le )
  39. a et b (en) Honfo, Fernande & H.N., Akissoe & Linnemann, Anita & Mohamed, Soumanou & Boekel, Martinus. (2014). « Nutritional Composition of Shea Products and Chemical Properties of Shea Butter: A Review ». Critical reviews in food science and nutrition. 54. 673-686. 10.1080/10408398.2011.604142. Lire en ligne
  40. Elodie DHALLUIN, Faculté des Sciences Pharmaceutiques et biologiques de Lille, « Optimisation de la prise en charge de la dermatite atopique par la gestion de la corticophobie du pharmacien à l’officine », (thèse) 18 avril 2018, p. 57. Lire en ligne
  41. a et b (en) N. Olson, D. Stechschulte et S. Essengue Belibi, « The Use of Shea Butter as an Emollient for Eczema », Journal of Allergy and Clinical Immunology, vol. 123, no 2,‎ , S41 (ISSN 0091-6749 et 1097-6825, DOI 10.1016/j.jaci.2008.12.1100, lire en ligne, consulté le )
  42. a et b Marie-Claude Martini, Introduction à la dermopharmacie et à la cosmétologie, Cachan, Lavoisier, , 500 p. (ISBN 978-2-7430-1270-0, lire en ligne)
  43. Camille Dubois, « Prise en charge de la dermatite atopique et intérêt des probiotiques dans son traitement », Sciences pharmaceutiques. 2017. dumas-01639838, (thèse) p. 98. Lire en ligne
  44. Bayer HealthCare, « Prise en charge de la dermatite atopique », communiqué de presse, 2018. Lire en ligne
  45. Marie Demiot, Université de Poitiers, Faculté de Médecine et de Pharmacie, « Le psoriasis : physiopathologie, traitements et bénéfices des soins thermaux à La Roche Posay », novembre 2014 (thèse). Lire en ligne
  46. Clémence VITRE, Université de POITIERS, Faculté de Médecine et de Pharmacie, « Psychodermatologie Appliquée au psoriasis et à la dermatite atopique », (thèse doctorat en pharmacie) 14 avril 2014, p. 96. Lire en ligne
  47. Quelques produits de soins contenant du beurre de karité utilisés pour le psoriasis : Xérial P (kératolytique) / contre la dermatite atopique : Lipikar AP, Xémose (émollient)
  48. (da) « Astion Pharma - Behandling af eksem - Hudens skjold mod eksem », sur Astion Pharma (consulté le )
  49. a et b (en) Tzu-Kai Lin (Kaohsiung Chang Gung Memorial Hospital et Chang Gung University College of Medicine - Taiwan), Lily Zhang (California State University - Los Angeles) et Juan Luis Santiago (Hospital General Universitario - Ciudad Real), « Anti-Inflammatory and Skin Barrier Repair Effects of Topical Application of Some Plant Oils », International Journal of Molecular Sciences, vol. 19, no 1,‎ (ISSN 1422-0067, PMID 29280987, PMCID 5796020, DOI 10.3390/ijms19010070, lire en ligne, consulté le )
  50. a et b (en) Emmanuel Y. Wornyoh, Pradeep L. Menezes, and Michael R. Lovell (Department of Mechanical Engineering & Department of Industrial Engineering, University of Wisconsin-Milwaukee, USA), « THE TRIBOLOGICAL PERFORMANCE OF GREEN SHEA BUTTER », Proceedings of the ASME/STLE 2011 International Joint Tribology Conference, IJTC2011, October 23-26, 2011, Los Angeles, California, USA. Lire en ligne
  51. Fauvelle-Aymar François-Xavier, Hirsch Bertrand, « Voyage aux frontières du monde. Topologie, narration et jeux de miroir dans la Rihla de Ibn Battûta », Afrique & histoire, 2003/1 (Vol. 1), p. 75-122. Lire en ligne
  52. P. N. Lovett, « 5 - Shea butter: Properties and processing for use in food », dans Specialty Oils and Fats in Food and Nutrition, Woodhead Publishing, coll. « Woodhead Publishing Series in Food Science, Technology and Nutrition », (ISBN 9781782423768, lire en ligne), p. 125–158

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :