Berny-en-Santerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berny.
image illustrant une commune de la Somme
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Somme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Berny-en-Santerre
Saint-Vaast.
Saint-Vaast.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Ham
Intercommunalité Communauté de communes de Haute Picardie
Maire
Mandat
Francis Leroy
2014-2020
Code postal 80200
Code commune 80090
Démographie
Population
municipale
154 hab. (2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 56″ N 2° 51′ 02″ E / 49.8656, 2.850649° 51′ 56″ Nord 2° 51′ 02″ Est / 49.8656, 2.8506
Altitude Min. 62 m – Max. 87 m
Superficie 4,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Berny-en-Santerre

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Berny-en-Santerre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berny-en-Santerre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berny-en-Santerre

Berny-en-Santerre est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Berny-en-Santerre est située dans l'est du département de la Somme, à une dizaine de kilomètres au sud de Péronne.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol et le sous-sol de la commune de Berny-en-Santerre est pour la majeure partie de nature argileuse et à l'est calcaire. On trouve également de la terre glaise à l'est[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le paysage de la commune est celui d'un plateau quelque peu vallonné à l'est[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau ne traverse la commune. La nappe phréatique est située à 25 m en dessous du niveau du sol[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique dit séquanien.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune présente un habitat groupé. Le village détruit au cours de la Grande Guerre a été entièrement reconstruit pendant l'entre-deux-guerres.

Activité économique et de services[modifier | modifier le code]

L'agriculture reste l'activité dominante de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Berny-en-Santerre
Belloy-en-Santerre
Estrées-Deniécourt Berny-en-Santerre Villers-Carbonnel
Ablaincourt-Pressoir Fresnes-Mazancourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Berni est cité en 1177 par Pierre, châtelain de Péronne dans un cartulaire d'Arrouaise. Dès 1757, Berny possède l'orthographe actuelle.

Il est possible que le nom du village provienne du vieux français Bernis (toile grossière)[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des substructions antiques ont été retrouvées sur le territoire de la commune[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Avant le milieu du XIe siècle, la seigneurie passe par alliance à la maison de Breteuil[1].

En 1090, des biens situés à Berny-en-Santerre furent parmi les premières donations faites à l'abbaye Saint-Vaast d'Arras puis à la prévôté de Mesnil-en-Arrouaise. L'abbaye Saint-Vaast garda la dîme et le patronage de la cure dépendante du doyenné de Curchy.

En 1214, Simon de Berni, seigneur du lieu devait l'hommage à Gautier, châtelain de Péronne[4].

Depuis des temps immémoriaux, c'est la coutume de Péronne qui était suivie[1].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1589, Antoine de Berny était receveur général de la Ligue en Picardie.

Au XVIIIe siècle, la seigneurie de Berny-en-Santerre était aux mains de la Maison de Rouvroy de Saint Simon[4].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, le village se trouve en première ligne, particulièrement en 1916[5]. Le 17 septembre 1916, Berny-en-Santerre fut repris par la Xe armée française qui fit 1 400 prisonniers allemands.

En mars 1918, le village fut repris par l'armée allemande au cours de la bataille du Kaiser. Il fut définitivement libéré par les armées alliées en août 1918.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Rémy Leroy    
mars 2008[6] en cours Francis Leroy   Réélu pour le mandat 2014-2020 [7]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 154 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
360 354 336 366 389 335 339 330 337
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
331 285 302 316 282 265 252 293 277
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
305 274 259 105 180 228 207 163 182
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
172 174 169 146 149 153 139 149 152
2013 - - - - - - - -
154 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts : construit en 1926 par Louis Duthoit.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, 1865 - réédition partiellesous le titre : Chaulnes et ses environs, Paris, Le Livre d'histoire Rassorts Lorisse, 2006 (ISBN 2 - 87 760 - 916 - 2)
  • Francine François-Dejuine, 1914-1924, 26 communes dans la tourmente, Inval-Boiron, La Vague verte, collection "Souvenance", 2007 (ISBN 978 - 2 - 913 924 - 99 - 4)
  • Francine François-Dejuine, 1935-1955, Mémoires de 28 communes du Santerre, Inval-Boiron, La Vague verte, collection "Souvenance", 2011, (ISBN 978 - 2 - 35 637 - 035 -8).
  • Henri Douchet « Fasol », L'Arrondissement de Péronne sous l'occupation (1914-1918), collection Jusant, Inval-Boiron, La Vague verte, 2014 (ISBN 978 - 2 - 35 637 - 059 - 4)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Notice géographique et historique sur la commune de Berny-en-Santerre, rédigée par M. Pilet, 1898/99 instituteur, Archives départementales de la Somme
  2. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, 1868-1877, Archives départementales de la Somme, Amiens
  3. Lire en ligne l'ouvrage de Jacques Garnier sur le site des Archives départementales.
  4. a, b et c Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, 1865 - réédition partiellesous le titre : Chaulnes et ses environs, Paris, Le Livre d'histoire Rassorts Lorisse, 2006 (ISBN 2 - 87 760 - 916 - 2)
  5. http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre16.html
  6. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 15 juillet 2008)
  7. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  10. Francine François-Dejuine, 1914-1924, 26 communes dans la tourmente, Inval-Boiron, La Vague verte, collection "Souvenance", 2007 (ISBN 978 - 2 - 913 924 - 99 - 4)

Ouvrages[modifier | modifier le code]