Bernard-Germain de Lacépède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laville, Ville-sur-Illon et Lacépède.
Bernard-Germain de Lacépède
B G de Lacépède.jpg
Fonctions
Député
Membre du Sénat conservateur
Pair de France
Grand chancelier de la Légion d'honneur (d)
Pair de France (d)
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Abréviation
LacépèdeVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Activités
Autres informations
Domaine
Membre de
Mouvement
Genre artistique
Distinction
Blason Bernard Germain de La Ville-sur-Illon (1756-1825) Comte de Lacépède.svg

blason

signature de Bernard-Germain de Lacépède

signature

Bernard Germain Étienne de Laville-sur-Illon, comte de Lacépède (parfois appelé de la Cépède), né le [1] à Agen et mort le à Épinay-sur-Seine (Seine), est un zoologiste et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Sa famille est d’une vieille noblesse d’Agen. Orphelin de mère[2] très tôt, c’est son père, Jean-Joseph Médard, comte de La Ville, qui se charge de son éducation. Il hérite du nom de Lacépède d’un oncle qui lui lègue sa fortune à condition qu'il conserve son patronyme.

Musicien[modifier | modifier le code]

D'une nature peu sociable, il se consacre tout d'abord à l'étude de la philosophie et de la musique. Violoncelliste, il entretient par ailleurs une correspondance avec Gluck (1714-1787). Il soumet un opéra, Omphale, à Gluck, qui lui en fait compliment. Il se rend à Paris, à dix-neuf ans, en 1777 et fait paraître en 1785 une Poétique de la Musique, traité dans lequel il défend le caractère « signifiant » de la musique vocale, faisant peu de cas de la musique instrumentale pure[3].

Naturaliste[modifier | modifier le code]

Il se lie d'amitié avec Buffon (1707-1788) qui l'encourage à étudier l'histoire naturelle. Ambitieux, voulant se faire connaître soit par la musique, soit par la science, il fait paraître en 1781 un Essai sur l’électricité naturelle et artificielle et en 1784 une Physique générale et particulière.

Il collabore alors à l’Histoire Naturelle de Buffon et publie de nombreux ouvrages dans ce domaine, notamment sur la faune marine. Il fait paraître, en 1788-1789, son Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares et des serpens. Il s'agit du premier ouvrage d'envergure sur les amphibiens et les reptiles destiné à un large public. Mais ses illustrations sont médiocres et son livre n'améliore pas la taxinomie de ces animaux. Le travail de Josephus Nicolaus Laurenti (1735-1805), pourtant plus ancien (1768), est bien supérieur. Malgré ces défauts, l'œuvre de Lacépède contribue à favoriser l'étude de ces animaux.

Il fuit Paris en proie aux excès de la Terreur et il est alors remplacé au Jardin du roi à Paris (devenu le Muséum national d'histoire naturelle) par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844)[4]. Il se réfugie dans le village de Leuville sur Orge (91). En 1795, il devient Secrétaire Perpétuel de l'Académie des sciences. Il est reçu à l’Académie de Rouen le .

Entre 1798 et 1803 il fait paraître un important ouvrage sur les poissons intitulé Histoire naturelle des poissons. Lacépède s'inspire largement des notes et des collections laissées par Philibert Commerson (1727-1773). Il écrit Histoire des cétacés en 1804. Son impact sur l'ichtyologie est immense. Ainsi, Constantine Samuel Rafinesque (1783-1840) s'appuie sur ses clés analytiques lorsqu'il décrit de nouveaux genres.

Il devient conservateur du cabinet de curiosités du Jardin du Roi à Versailles.

Lors de la transformation du Jardin du Roi (de Paris) en Muséum national d'histoire naturelle, Lacépède est absent de Paris car il craint pour sa vie du fait d'être noble et d'avoir exercé des activités politiques. Il n'est donc pas intégré au Muséum. Ce n'est que lorsque la chaire des vertébrés est scindée en deux, qu'il reçoit la nouvelle chaire d'ichtyologie et d'herpétologie. Mais il abandonne peu à peu l'histoire naturelle, ses activités politiques l'occupant de plus en plus. Officieusement, il abandonne tout enseignement au Muséum dès 1803 et est remplacé par André Marie Constant Duméril (1774-1860).

Homme politique[modifier | modifier le code]

Lacépède commence sa carrière d'homme politique en étant député de Paris à l'Assemblée législative (1791-1792). Il en sera Vice-président le 17 novembre 1791, puis Président du 28 novembre au 9 décembre 1791. Ayant fui les excès de la Terreur, il revient à Paris après la Chute de Robespierre le 9 thermidor an II. Après le 18 brumaire, il est désigné pour faire partie du Sénat conservateur dès sa création le , et sera nommé secrétaire de cette assemblée lors de la première session le lendemain.

Il devient le le premier grand chancelier de la Légion d'honneur, poste qu'il perdra le après la Restauration

Il sera désigné par la suite Président du Sénat conservateur à deux reprises (du au puis du au ).

Il est titulaire de la Sénatorerie de Paris, est fait pair de France une première fois en 1814, une seconde fois lors des Cent-Jours, une troisième fois en 1819.

Franc-maçon lors de l'ancien régime, il fut membre de la loge des « Neuf Sœurs » et vénérable maître d'honneur de la loge des « Commandeurs du Mont-Thabor »[5].

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Légion d'honneur[8] :
    • Grand aigle de la Légion d'honneur (13 pluviôse an XIII : ) ;
    • Grand chancelier de l'Ordre (1803-1814, Cent-Jours) :

      « Le grand Chancelier a séance au grand Conseil, et est dépositaire du Sceau.
      S. Ex. présente à S. M. I. et R. les candidats pour les nominations et promotions relatives à la Légion d'Honneur ; signe et fait expédier les Brevets ; présente les Diplômes à la signature de S. M. ; donne les Décorations au nom de S. M, ou transmet les délégations nécessaires aux membres qui doivent les donner ; prend les ordres de S. M. au sujet des ordres étrangers conférés à des François ; transmet, les autorisations pour les accepter ; présente à S. M. le travail relatif aux gratifications extraordinaires des membres de la Légion, à l'exercice de leurs droits politiques, à leur adjonction à des collèges électoraux de département ou d'arrondissement ; à l'admission des filles des membres de la Légion d'Honneur, dans les maisons impériales Napoléon ; prend les mesures nécessaires pour l'exécution du décret de discipline des membres de la Légion d'Honneur; dirige et surveille l'administration des domaines de la Légion, etc. etc. etc.
       »

      — Almanach impérial : pour l'année M. DCCC. X, présenté à S. M. l'Empereur et Roi, par Testu, À Paris, rue Hautefeuille, n°l3, chez Testu et Cie, imprimeurs de Sa Majesté, (lire en ligne)

  • Grand chancelier, à titre provisoire, de l'ordre des Trois-Toisons d'Or (1809-1810).
  • Chevalier de l'ordre de la Couronne de Westphalie[9] ;

Liste sélective des œuvres[modifier | modifier le code]

  • Essai sur l'électricité naturelle et artificielle (1781) (lire en ligne).
  • Physique générale et particulière (1782-1784).
  • Théorie des comètes, pour servir au système de l'électricité universelle (1784).
  • La poétique de la musique (1785).
  • Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares et des serpens (1788-1789).
  • Vues sur l'enseignement public (1790).
  • Histoire naturelle des poissons (1798-1803).
  • Tableau des divisions, sous-divisions, ordres et genres des mammifères (1798).
  • La Ménagerie du Muséum national d'histoire naturelle (1801).
  • Histoire naturelle des cétacés (1804).
  • Ellival et Caroline (1816).
  • Charles d'Ellival et Alphonsine de Florentino (1817).
  • Vue générale des progrès de plusieurs branches des sciences naturelles, depuis la mort de Buffon… (1818)

Publications posthumes[modifier | modifier le code]

  • Histoire générale, physique et civile de l'Europe, depuis les dernières années du Ve siècle jusque vers le milieu du XVIIIe (1826).
  • Histoire naturelle de l'homme, précédée de son éloge historique par M. le Baron G. Cuvier (1827).
  • "Œuvres du comte de Lacépède, comprenant l'histoire naturelle des quadrupèdes ovipares, des serpents, des poissons et des cétacés" (Paris, Pillot, 1830 à 1833, 12 volumes avec 400 gravures sur acier).

Hommages, honneurs[modifier | modifier le code]

Une rue du 5e arrondissement de Paris porte son nom[10], aux côtés de quelques grands scientifiques français (Monge, Laplace, Lagrange, Cuvier, Descartes etc)

Une rue et un groupe scolaire d'Epinay-sur-Seine portent également son nom. Une rue de Luxeuil-les-Bains (quartier du Mont-Valot) en Haute-Saône porte aussi son nom.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr La Ville-sur-Illon (de Lacépède).svg

« Le comte de l'Empire descendait d'une illustre maison de Lorraine qui a formé de nombreuses branches, aujourd'hui éteintes, et dont les armes étaient :
D'or à la croix de gueules, au chef de sinople, chargé d'une bande d'argent, chargée de trois roses de gueules.[6] »

— Albert Révérend, Armorial du Premier Empire, titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier.

Orn ext comte sénateur de l'Empire GCLH.svg
Blason Bernard Germain de La Ville-sur-Illon (1756-1825) Comte de Lacépède.svg
Armes du comte Laville-sur-Illon de la Cépède et de l'Empire

Écartelé ; au premier des comtes-sénateurs ; au deuxième, de gueules à trois barres d'or, au chef cousu d'azur chargé de trois étoiles du second ; au troisième bandé d'azur et d'or de six pièces à la bordure de gueules, au franc-canton d'argent; au quatrième d'or, à une bande de gueules chargée de trois alérions d'argent (qui est de Lorraine ancien[11]) ; sur le tout, en abîme, d'or à la croix de gueules au chef de sinople, à la bande d'argent, chargée de trois roses de gueules.[12],[6],[11],[13]

On trouve aussi 
Ecartelé : au I, du quartier des comtes sénateurs ; au II, de gueules à trois bandes d'or, un chef d'azur chargé de trois étoiles du second ; au III, bandé d'azur et d'or ; au IV, d'or, à la bande de gueules, chargée de trois alérions d'argent (de Lorraine) ; sur-le-tout, d'or à une Croix de Lorraine de gueules surmontée d'un comble de sinople, une bande d'argent chargée de trois roses de gueules brochante.[10]
Orn ext Comte (baron-pair) GCLH.svg
Blason Bernard Germain de La Ville-sur-Illon (1756-1825) pair de France.svg
Armes du comte de Lacépède, baron-pair,
Les deux premiers quartiers furent modifiés sous Louis XVIII[11] 

Écartelé : aux 1 et 4, d'or, à la bande de gueules, ch. de trois alérions d'argent, au lambel d'azur, brochant sur le premier quartier; au 2, de gueules, à l'aigle d'argent, becquée, membrée et couronnée d'or; au 3, bandé d'or et d'azur, à la bordure de gueules et au canton d'or. Sur le tout d'or à la croix de gueules, au chef de sinople, ch. d'une bande d'argent, surch. de trois roses de gueules.[14],[7],[15]

Supports 
Deux aigles[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de baptême du 27 décembre 1756 de Bernard-Germain-Étienne de Laville - Archives départementales de Lot-et-Garonne en ligne (Agen/Saint-Hilaire/BM 1743-1759 ; page 251-252/295)
  2. Acte de sépulture du 29 août 1757 de Marie de Lafont, épouse de Jean Joseph Medard de Laville - Archives départementales de Lot-et-Garonne en ligne (Agen/Saint-Hilaire/S 1747-1781 ; page 89/300)
  3. Jean Mongrédien, La musique en France des Lumières au Romantisme, Harmoniques/Flammarion 1986, p. 255
  4. Stéphane Schmitt (2006). Aux origines de la biologie moderne. L’anatomie comparée d’Aristote à la théorie de l’évolution, Belin (Paris), collection Belin Sup Histoire des Sciences - Biologie : 464 p. (ISBN 2-7011-3511-7)
  5. Pierre Mollier, « Les débuts de la Légion d'Honneur et la Franc-maçonnerie », in: La Franc-maçonnerie sous l'Empire : un âge d'or ?, Paris, Dervy 2007.
  6. a, b, c, d et e Vicomte Albert Révérend (1844-1911), Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, vol. 3, Paris, (4 vol. in 2) Au bureau de L'Annuaire de la noblesse, (lire en ligne)
  7. a et b François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Lay Peers, sur www.heraldica.org, (consulté le 18 juin 2011)
  8. « Cote C/0/38 », base Léonore, ministère français de la Culture
  9. de« Lot der Versteigerungen », Royaume de Westphalie - Ensemble d'environ 50 lettres…, sur www.auction.fr (consulté le 28 novembre 2011)
  10. a et b Arnaud Bunel, « [[Armorial]] des [[réseau viaire de Paris|rues de Paris]] », Vème Arrondissement, sur www.heraldique-europeenne.org (consulté le 11 juillet 2011)
  11. a, b et c Alcide Georgel, Armorial de l'Empire français : L'Institut, L'Université, Les Écoles publiques, (lire en ligne)
  12. a et b « BB/29/974 page 22. », Titre de comte accordé à Bernard, Germain, Etienne Laville sur Illon de la Cépède. Bayonne ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  13. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc., Encyclopédie Roret, , 340 p. (lire en ligne)
  14. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887
  15. a et b « De La Ville, comte De Lacépède, (Bernard-Germain-Étienne) », dans Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. VIII, [détail de l’édition] (lire en ligne), p. 362-366

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Pour approfondir 
  • Stéphane Schmitt, « Lacepède’s syncretic contribution to the debates on natural history in France around 1800 », Journal of the History of Biology, vol. 43, 2010, pp. 429-457.
  • « Lacépède (Bernard-Germain-Étienne de Laville-sur-Illon, comte de) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore] ;
  • Sanson Alphonse, « Lacépède (Bernard-Germain-Étienne de Laville, comte de) », dans A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. I, [détail de l’édition] (notice BnF no FRBNF37273876, lire en ligne), p. 298-303  ;
  • « De La Ville, comte De Lacépède, (Bernard-Germain-Étienne) », dans Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. VIII, [détail de l’édition] (lire en ligne), p. 362-366 ;
  • Georges Cuvier, Éloge historique de M. le comte de Lacépède, lu dans la séance publique de l'Académie royale des sciences le 5 juin 1826, dans Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, Gauthier-Villars, Paris, 1829, tome 8, p. CCXII-CCXLVIII (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Lacepède est l’abréviation habituelle de Bernard-Germain de Lacépède en zoologie.
Consulter la liste des abréviations d'auteur en zoologie