André Biard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Biard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Grand chancelier de la Légion d'honneur
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
MentonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Henri Biard (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

André Paul Pierre Biard, né le à Falaise et mort le à Menton, est un officier général français. Il est grand chancelier de la Légion d'honneur de 1981 à 1992.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Après une formation à l'École de Saint-Cyr, André Biard sert dans des régiments de tirailleurs algériens puis marocains pendant toute la période de la Seconde Guerre mondiale. En 1952, le commandant Biard entre à l'état-major des forces françaises au Viêt Nam du Nord puis, après plusieurs postes en écoles et en état-major à Paris, il sert en Algérie, dans la région de Mostaganem, comme colonel au sein de la 41e brigade, après les accords d'Évian.

Officier général[modifier | modifier le code]

Promu général de brigade en 1967, il est affecté à l'état-major de l'armée de terre et, deux ans plus tard, il commande l'École d'application de l'infanterie. Général de division, il devient en 1973, sous-chef d'état-major de l'armée de terre, puis, quelques mois plus tard, il est promu général de corps d'armée et nommé major général, le deuxième poste le plus élevé de l'armée de terre. En 1975, il devient gouverneur militaire de Metz et commande la VIe région militaire. Enfin, en août 1976, il est élevé au rang et appellation de général d'armée et commande la 1re armée à Strasbourg. En 1979, il atteint la limite d'âge de son rang et quitte le service actif.

Grand chancelier de la Légion d'honneur[modifier | modifier le code]

Membre du conseil de l'ordre de la Légion d'honneur, il est désigné pour remettre le collier de grand-maître de l'ordre à François Mitterrand, investi président de la République le . Il est nommé grand chancelier par un décret du 4 juin suivant[1] en remplacement du général Alain de Boissieu, qui avait démissionné pour ne pas avoir à remettre les insignes au nouveau chef de l'État.

Sur sa demande, il est mis fin à ses fonctions par un décret du qui le remplace par le général Gilbert Forray[2].

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]