Portail:Herpétologie

Le projet « Herpétologie » lié à ce portail
Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Portail Le Projet Discuter Identifier un reptile ou un amphibien
 
Bienvenue sur le portail de l’herpétologie !

L’herpétologie est la branche de la zoologie qui a pour objet l'étude des reptiles et des amphibiens. Elle aborde leur classification, leur écologie, leur comportement, leur physiologie, leur anatomie ainsi que les espèces fossiles. Bien que ces deux groupes d'animaux soient différents, leur étude était et reste encore souvent couplée. Il n'existe d'ailleurs pas de terme pour désigner l'étude des seuls reptiles ou des seuls amphibiens.

Le présent portail regroupe 23 359 articles sur ce sujet.

 
« Grenouille : Reptile muni de pattes comestibles. » Ambrose Bierce, Le dictionnaire du Diable

Un article d'herpétologie au hasard :
Oxyrhopus formosus


Images au hasard

Naultinus grayii est un gecko endémique de Nouvelle-Zélande
Anaxyrus americanus, le Crapaud d'Amérique, est un amphibien de la famille des Bufonidae qui se rencontre aux États-Unis et au Canada
 
_
_

Lumière sur…

Crocodile de l'Orénoque.
Crocodile de l'Orénoque.

Le Crocodile de l'Orénoque (Crocodylus intermedius) est une espèce de crocodiliens de la famille des Crocodylidae. Il est considéré comme le plus grand prédateur de l'écosystème de l'Orénoque et de ses affluents, et plus généralement comme le plus grand prédateur d'Amérique latine, avec une taille pouvant aller jusqu'à 7 mètres. Il est endémique du bassin de l'Orénoque, situé en Colombie et au Venezuela et ne fréquente que les eaux douces. Les populations les plus importantes de crocodiles de l'Orénoque se situent au niveau des ríos Cojedes et Capanaparo.

Il est caractérisé par un museau plus effilé que celui des autres espèces de crocodiles, à l'exception de celui des gavials. Son tronc, robuste et aplati, est plus large, au niveau de la partie centrale, qu'aux extrémités. La surface dorsale est recouverte de plaques osseuses tandis que les flancs et le ventre n'ont pas d'ostéoderme. Ses plaques ventrales présentent des organes sensoriels inter-tégumentaires qui permettent de détecter les changements dans la pression osmotique de l'eau. Trois variations de couleur de peau pour le Crocodile de l'Orénoque sont mentionnées : « amarillo » avec le dos et les côtés clairs, « mariposo » avec le dos gris-vert et des taches noirâtres, et « negro » avec le dos et les côtés gris sombre ou noirâtres.

Le Crocodile de l'Orénoque est considéré comme une espèce opportuniste, du fait qu'il consomme une grande variété de proies, bien qu'il ait une préférence pour un régime piscivore. Il se nourrit de poissons, de grenouilles, de serpents, d'oiseaux et de mammifères. Si les adultes n'ont pas de prédateur naturel, à l'exception de l'Homme, il en est tout autrement pour leurs œufs qui ont pour principal prédateur le Tégu commun. Quant aux nouveau-nés, ils servent fréquemment de proies à plusieurs espèces d'oiseaux et de poissons carnivores.

Les populations de Crocodiles de l'Orénoque ont été décimées dans une grande partie de leur aire de distribution en raison d'une surexploitation commerciale, de 1930 jusque dans les années 1960. Depuis les années 1970, des mesures de sauvegarde sont mises en place, en Colombie et au Venezuela. Le Crocodile est ainsi élevé dans des fermes dédiées, avec pour objectif sa réintroduction dans son habitat naturel. Depuis 1996, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) considère qu'il s'agit d'une « espèce en danger critique d'extinction » (CR), après l'avoir classée en 1982 en tant qu'« espèce en danger » (EN). En 2013, environ 1 500 spécimens à l'état sauvage sont dénombrés au Venezuela et moins de 200 en Colombie.

 

Index thématique

Origine et évolution des amphibiens

La phylogénie exacte des tétrapodes n'a pu être établie qu'assez récemment, avec des découvertes telles que celle, au début des années 2000, de Tiktaalik roseae, vertébré fossile du Dévonien supérieur mais légèrement antérieur à Acanthostega et Ichthyostega. Les tétrapodes se diversifient énormément au cours du Carbonifère, atteignant les deux mètres de longueur pour certaines espèces, mais restent fortement liées au milieu aquatique, comme Hynerpeton ou Greerpeton, jusqu'au Carbonifère inférieur. En effet, il y a de cela près de 340 millions d'années, les amniotes s'émancipent de l'eau en évoluant leur amnios, puis connaissent une explosion radiative. Cela fait des amphibiens les animaux modernes les plus proches de ces tétrapodes primitifs, bien qu'ils s'en soient aujourd'hui éloignés.

Palaeobatrachus gigas

Ils sont représentés de nos jours par :

  • Les gymnophiones : Ils sont les premiers à diverger, leur plus lointain ancêtre connu étant Eocaecilia, qui possédait encore des pattes. Il a récemment été suggéré que les cécilies pourraient être plus proches des amniotes que les autres amphibiens.
  • Les urodèles : Gerobatrachus hottoni pourrait être le premier batracien connu, ancêtre donc des urodèles comme des anoures, mais le plus vieil ancêtre connu des urodèles actuels est Karaurus, un animal du Jurassique de 20 cm trouvé au Kazakhstan.
  • Les anoures : Triadobatrachus, un fossile proche des anoures actuels, sans en être l'ancêtre, n'a pas donné de descendance aujourd'hui. Le premier vrai anoure connu est Vieraella, qui vivait au Jurassique, il y a de cela 200 millions d'années.

Origine et évolution des reptiles

L'ordre des Reptilia (les reptiles au sens usuel du terme) n'est plus reconnu aujourd'hui. Il est remplacé par l'ordre des Sauropsida ou sauropsides, qui comprend à la fois les oiseaux et ce qu'on appelle communément les reptiles.

Ce sont les théropodes qui se sont différenciés pour donner naissance aux sauropsides. Les plus anciens fossiles connus des sauropsides, clairement distingués des mammifères, sont datés d'environ −315 Ma. Les sauropsides, principalement les dinosaures, formaient la partie la plus importante des animaux de grande taille au Mésozoïque, jusqu'à la transition Crétacé-Tertiaire il y a 66 Ma. Après cette crise, les mammifères récupérèrent les niches écologiques correspondantes, mais pas celles des oiseaux qui eux aussi se diversifièrent.

Les reptiles tels que l'étudie l'herpétologie correspond donc aux descendants des sauropsides, les oiseaux exclus. Cela regroupe les animaux terrestres à température variable (ectothermes) et dont le corps est recouvert par des écailles.

Ils sont représentés de nos jours par :

  • Les crocodiliens dont l'origine est située parmi un sous-groupe d'archosauriens terrestres du Trias ancien, il y a environ 240 Ma.
  • Les rhynchocéphales.
  • Les squamates.
  • Les testudines (tortues) dont les fossiles des chéloniens les plus anciens datent de la fin du Trias. La plus grande diversité des espèces de Testudines date de la fin du crétacé. Les tortues n'ont que peu évolué et cette évolution a surtout porté sur la réduction du nombre d'os du crâne.

Anatomie et biologie des amphibiens

Le terme amphibien signifie « qui vit dans deux éléments », en référence à la métamorphose observée chez une majorité d'anoures mais aussi chez les urodèles, par laquelle la larve aquatique (à de rares exceptions près comme Arenophryne rotunda) passe à la forme adulte, amphibienne. La larve, dépourvue de pattes, ne se déplace que grâce à sa queue et vit de ses réserves vitellines, avant que la bouche ne se forme. La métamorphose consiste entre autres en l'apparition de pattes, la disparition des branchies au bénéfice de poumons (certaines espèces ont tout de même la faculté de respirer en partie ou en totalité par la peau), la formation de tympans externes, du système digestif complet et la régression de la queue chez les grenouilles et autres crapauds. Cependant cette métamorphose n'est pas observables chez tous les amphibiens, certaines espèces demeurant aquatique ou terrestres, et les larves des urodèles et des cécilies ressemblant grandement aux adultes la métamorphoses est moins spectaculaire.

Les amphibiens ne supportent que les habitats humides, idéalement les forêts tropicales. Lors de la reproduction le mâle féconde les œufs au fur et à mesure que la femelle les pond, dans l'eau ou dans des nids mousseux pour les espèces arboricoles, mais certaines espèces sont ovovivipares voire vivipares. Les espèces d'amphibiens utilisent souvent la stratégie r, avec de nombreux œufs laissés à leur sort et dont peu arrivent à maturité mais chez certaines espèces, la stratégie K est adoptée et les œufs reçoivent des soins des parents.

Anatomie et biologie des reptiles

Bien qu'ayant toujours continué à évoluer, certaines caractéristiques se retrouvent chez tous les reptiles. Les reptiles actuels sont poïkilothermes et ont conservé le même condyle occipital situé à l'arrière du crâne et assurant l'articulation avec la première vertèbre, alors que chez les amphibiens et les mammifères, il est double. De nombreux reptiles muent et leur peau n’est pas « recyclée ». Cette caractéristique n'est presque plus visible pour de nombreuses espèces de tortues et de crocodiliens. Sauf exception (par exemple la tortue luth), ils conservent une peau recouverte d'écailles. Presque tous les reptiles sont ovipares (pondent des œufs), mais certains sont vivipares ou ovovivipares.

À l'exception des crocodiliens, les reptiles présentent un cœur dont les deux ventricules ne sont pas complètement séparés. Toutefois, même avec un ventricule non divisé, le mélange de sang artériel et veineux est minime. Les tortues, elles, possèdent deux oreillettes et un seul ventricule.

Les comportements protecteurs parentaux sont particulièrement développés chez certains serpents (Pythonidae et Elapidae) ainsi que chez les crocodiliens et complètement absents chez d'autres espèces comme les tortues marines ou la plupart des lézards.

Ce sont des animaux tétrapodes, qui possèdent donc quatre membres, même si au cours de leur évolution les pattes se sont atrophiées plus ou moins complètement chez les serpents (bien que certains, comme les boïdés en aient encore des vestiges) et certains lézards comme l'orvet.

Classification des amphibiens

Les amphibiens (classe des Amphibia ou Lissamphibia) sont représentés par près de 7 550 espèces, et comportent les ordres suivants :

  • Les anoures (grenouilles, rainettes et crapauds), avec environ 6 640 espèces, toutes sans queue à la forme adulte et plus adaptées que les urodèles à la vie sur terre. Certaines sont remarquables pour leurs pattes postérieures développées leur permettant de sauter, ou de leur faculté à secréter du mucus, souvent associée à de vives couleurs, prévenant de leur toxicité.
  • Les urodèles (salamandres et tritons), avec environ 700 espèces, caractérisées par la présence d'une queue sont souvent adaptées à demeurer dans l'eau, et qui marchent en dandinant sur la terre ferme.
  • Les gymnophiones (cécilies), avec environ 210 espèces, qui n'ont pas de pattes, rappellent les vers de terre et vivent dans le sol humide des forêts tropicales ou dans les étangs et ruisseaux.

Les batraciens sensu lato en sont un synonyme, mais peuvent plus précisément ne désigner qu'anoures et urodèles.

Classification des reptiles

Les reptiles, environ 10 390 espèces, étaient auparavant classés dans la classe des Reptilia. Cette classe est désormais désuète, et remplacée par la classe des Sauropsida.

Celle-ci regroupe à la fois les oiseaux et les « reptiles ». Toutefois l'herpétologie s'intéresse aux reptiles au sens ancien du terme, ce qui correspond aux ordres suivants :

Les crocodiliens (Crocodilia) comprennent les alligators (Alligatoridae, 8 espèces), les crocodiles (Crocodylidae, 16 espèces) et les gavials (Gavialidae, 1 espèce).

Les rhynchocéphales (Rhynchocephalia) ne comportent qu'une seule espèce vivant en Nouvelle-Zélande.

Les squamates (Squamata), de loin les plus nombreux, comprennent les Amphisbaenia (les amphisbènes), les Autarchoglossa (les lézards), les Gekkota (les geckos), les Iguania (les iguanes et les caméléons), et les Serpentes (serpents).

Les tortues (Testudines) se décomposent en deux groupes : les Cryptodires avec la grande majorité des tortues connues, et les Pleurodira se rencontrant dans l'hémisphère sud et qui se différencient principalement des premières par une articulation du cou différente.

Menaces sur les amphibiens

Menaces sur les reptiles

Bien que moins menacés globalement que les amphibiens, certaines espèces de reptiles régressent ou disparaissent. Les causes sont multiples :

  • les reptiles sont majoritairement insectivores, et souffrent indirectement des pesticides massivement répandus sur les cultures ;
  • l'urbanisation détruit les habitats de certains reptiles, et sépare des groupes, réduisant la diversité des populations ;
  • la capture (pour le commerce, principalement) d'espèces affaiblies met en danger certaines populations.


Herpétologie, herpétologistes

L'homme et les amphibiens et reptiles

Reptiles et amphibiens comme nouveaux animaux de compagnie (NAC) :

Dans l'art

La grenouille dans la littérature :

Autres :

Mythologie, croyances

Les amphibiens sont peu représentés dans les croyances et les mythologies. On retiendra surtout la deuxième des dix plaies d'Égypte, une invasion de grenouilles semblable à une pluie d'animaux. On prête aussi populairement à ce batracien la réputation de météorologues.

Les reptiles sont nettement plus représentés, et ce dans toutes les cultures :

  • Les dragons, et en particulier les dragons occidentaux et orientaux. Les dragons sont symboles de puissance, d'avidité, de sagesse, de destruction, voire du mal, selon les cultures.
  • Les serpents, sous de nombreuses formes (amphisbènes, basilics, guivres, hydres, chimères, Vāsuki…). Ils représentent la froideur, l'esprit calculateur (ou la sournoiserie), le danger, le mal (et même le Mal), mais aussi la connaissance, l'intelligence, la longévité voire la vie éternelle, et même la guérison (symbolique du caducée).
  • Les lézards, eux, sont nettement moins représentés.

Voir aussi la catégorie des reptiles légendaires.

Amphibiens célèbres ou de fiction

Reptiles célèbres ou de fiction

Reptiles célèbres :

Voir aussi la catégorie des tortues connues.

Reptiles imaginaires :

 

Le saviez-vous ?

Setæ d'un Gecko tokay

Les setæ sont des poils très denses (plusieurs milliers par mm2) à base de kératine, extrêmement fins, de l'ordre de 0,2 à 0,5 μm. Ces franges à l'extrémité des setæ engendrent des interactions avec le support à l'échelle moléculaire (forces de Van der Waals). Le total de ces micro-forces offre une adhérence très grande, permettant aux geckos arboricoles de grimper sur tous supports verticaux (murs, verre…) et même de marcher au plafond à la recherche de proies.

 

Derniers articles