Benoît Puga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Benoît Puga
Benoît Puga octobre 2019.jpg
Le général Benoît Puga en 2019.
Fonctions
Grand chancelier de la Légion d'honneur
depuis le
Chef de l'état-major particulier du président de la République française
-
Directeur du renseignement militaire
-
Michel Masson (d)
Sous-chef d'état-major Opérations (d)
État-major des armées (d)
-
Patrick Paimbault (d)
Jean-Pierre Teule (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Autres informations
Arme
Grade militaire
Commandement
Distinctions

Benoît Puga, né le à Saint-Mandé (Val-de-Marne), est un militaire français. Général d'armée, il est grand chancelier de la Légion d'honneur depuis le , après avoir été chef de l'état-major particulier du président de la République de 2010 à 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Benoît Puga est l'un des fils du lieutenant-colonel Hubert Puga[1], également saint-cyrien puis officier de cavalerie qui finira sa carrière comme chef de corps du 27e régiment de dragons qu'il avait engagé dans le putsch d'Alger en 1961[2].

D'une fratrie de sept enfants, un de ses frères, Denis Puga, est vicaire à la paroisse Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris.

Formation[modifier | modifier le code]

Après deux années de classe préparatoire (« corniche ») au Prytanée national militaire[3], il intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr comme élève-officier en 1973, au sein de la promotion Maréchal-de-Turenne (1973-1975).

À l'issue de sa scolarité, il choisit l'infanterie et rejoint l'École de l'infanterie à Montpellier.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Après deux années en qualité de chef de section sur chars AMX-13-SS 11, avec le grade de lieutenant, au sein du 1er groupe de chasseurs de Reims, et un séjour au sein d'une unité d'hélicoptères de reconnaissance, il rejoint le 2e régiment étranger de parachutistes à Calvi en avril 1978. Avec ce régiment, il effectue de nombreuses opérations extérieures. Il participe notamment au sauvetage de Kolwezi « Opération Bonite », en mai 1978, et intervient au Gabon en 1979, à Djibouti en 1980 et 1981, au Liban en 1982, en République centrafricaine en 1983, et enfin au Tchad (opération Manta) en 1984.

Entre et , il est successivement officier de quart au centre opérationnel de l'armée de terre, chargé de mission au sein du groupe d'études stratégiques du SGDN, stagiaire à l'École supérieure de guerre, puis au Cours supérieur interarmées.

En , il prend le commandement d'un bataillon de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, promotion Capitaine-Hamacek (89-92)[4], puis retourne en 1992 à l'état-major de l'Armée de terre, où il travaille à la réorganisation du commandement opérationnel et à la rédaction du livre blanc sur la défense.

En 1994, il est détaché en ex-Yougoslavie comme assistant militaire du général Bertrand de La Presle, puis comme conseiller militaire de Carl Bildt.

Le général d'armée Benoit Puga est titulaire de huit citations au combat, c'est à dire huit hauts faits de guerre.

En , il est désigné pour commander le 2e régiment étranger de parachutistes, avec lequel il participe notamment aux opérations Almandin[5] en République centrafricaine et Pélican au Congo.

À partir de 1998, il est successivement professeur au Collège interarmées de défense, à nouveau conseiller militaire de Carl Bildt, auditeur de l'IHEDN et du CHEM, adjoint de l'amiral chef du Centre opérationnel interarmées (COIA), et chef du Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO).

En 2004, il est nommé général commandant les opérations spéciales (GCOS).

En 2007, il est nommé sous-chef opérations au sein de l'état-major des armées.

Au conseil des ministres du , il est nommé directeur du Renseignement militaire et prend ses fonctions le .

Le , il est nommé chef de l'état-major particulier du président de la République, Nicolas Sarkozy, en remplacement de l'amiral Édouard Guillaud, nommé chef d'état-major des armées[6]. Il est maintenu à ce poste à deux reprises par François Hollande[7],[8]. Ses fonctions prennent fin le [9]. L'amiral Bernard Rogel, chef d'état-major de la Marine, lui succède. Il est l'officier général ayant battu le record de longévité (six ans) au sein de l'état-major particulier du président de la République[10].

Par décret du , il est nommé grand chancelier de la Légion d'honneur, succédant au général Jean-Louis Georgelin le suivant[11].

En , il participe à la réunion du groupe Bilderberg[12].

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[13][modifier | modifier le code]

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]