Serge Bardy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bardy.

Serge Bardy
Fonctions
Député de la 6e circonscription de Maine-et-Loire

(5 ans)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe
Groupe politique SRC puis SER
Prédécesseur Hervé de Charette (NC)
Successeur Nicole Dubre-Chirat
Biographie
Date de naissance (71 ans)
Lieu de naissance Mésanger (Loire-Atlantique)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
DVG
Parti socialiste
Profession Cadre commercial (en retraite)

Serge Bardy, né le à Mésanger (Loire-Atlantique), est un homme politique français, membre du Parti socialiste. Il est député de la sixième circonscription de Maine-et-Loire de 2012 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de la Loire-Atlantique, Serge Bardy est né à Mésanger, au nord d'Ancenis. Ses parents étaient commerçants.

Il commence sa carrière professionnelle avec un CAP de mécanicien automobile. Il se reconvertit ensuite en passant un CAP puis un brevet d'électronique. En 1972, il devient technicien chez Bull à Angers (Maine-et-Loire) et obtient un Diplôme Universitaire de Technologie (DUT) pour adulte.Il termine sa carrière comme cadre supérieur, responsable d'un centre de profit[1].

Serge Bardy réside à Beaucouzé (Maine-et-Loire) depuis 1982[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Adhérent du Parti Socialiste depuis 1975, il en est le premier secrétaire de Maine-et-Loire de 2003 à 2009[3]. Il s'engage aussi comme délégué du personnel au sein de la Confédération française démocratique du travail (CFDT)[1], syndicat réformiste. Il quitte le Parti socialiste en Mars 2018 et rejoint le Mouvement de Benoït Hamon : Génération-s-

De 2004 à 2010[réf. souhaitée], il siège au Conseil régional des Pays de la Loire. Évincé de la direction du PS de Maine-et-Loire après le Congrès de Reims fin 2008, il ne figure pas sur la liste aux élections régionales de 2010[1].

Lors des élections législatives de 2012, il décide de se présenter sur la sixième circonscription de Maine-et-Loire. Entrant en dissidence avec le Parti socialiste qui attribue la circonscription à une candidate d'Europe Écologie Les Verts[4], il se présente alors sous l'étiquette divers gauche, avec pour suppléante Claudine Rabin, adjointe aux affaires sociales de Beaupreau[5]. Il est déjà candidat dans cette circonscription (comme suppléant) en 2002 puis titulaire en 2007, année où il est battu par Hervé de Charette au second tour[1]. Le , il est élu député de la sixième circonscription de Maine-et-Loire battant au second tour Hervé de Charette, député depuis vingt-quatre ans de cette circonscription historiquement de centre-droit[6]. À l'Assemblée Nationale, il s'investit au sein de la Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire[5] ainsi que dans divers groupes d'études dont il est Vice-président.

Le 9 janvier 2014, le Premier ministre lui confie une mission interministérielle[7] sur le déploiement de l'économie circulaire dans la filière du papier recyclé. Cette mission fait suite à son intérêt et son engagement auprès des acteurs de l'Économie Sociale et Solidaire investis dans la collecte et le tri du papier, à la présence dans sa région d'usines papetières et à sa préoccupation de préserver en France une filière verte d'avenir qui emploie encore à l'heure actuelle plus de 200 000 personnes. Son rapport intitulé France terre d'avenir de l'industrie papetière[8] lui vaut d'être récompensé de la Marianne d'or 2014 du développement durable[9].

Le 25 juin 2014, sur décision du Bureau National, il est réintégré au Parti socialiste.

Le 2 février 2016, il apparaît dans le documentaire Cash Investigation d'Elise Lucet, en compagnie des dirigeants de la société Syngenta[10]. La journaliste pointe la relation « trouble » entre le député, membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire, et le fabricant de pesticides[11]. Il s'est expliqué de sa présence à cette émission dans le Courrier de l'Ouest, [12]

Soutien de Benoît Hamon, il a participé à sa campagne lors de la primaire citoyenne de 2017[13]. Il participe également à sa campagne[14] pour l'élections présidentielle de 2017.

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (fr) Sébastien Grosmaître, « Serge Bardy, député en Anjou contre vents et parti », sur ouest-france.fr,
  2. « Biographie • Serge Bardy », sur canalblog.com, (consulté le 19 juin 2012)
  3. « Angers-Mauges. Serge Bardy, candidat socialiste, pas PS », sur ouest-france.fr, (consulté le 19 juin 2012)
  4. « Angers-Mauges. Candidature dissidente : Serge Bardy exclu du parti socialiste », sur ouest-france.fr, (consulté le 19 juin 2012)
  5. a et b Assemblée nationale, « Serge Bardy », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 30 juin 2012)
  6. Fabienne Beranger, « Maine et Loire : Hervé de Charette battu », sur france3.fr,
  7. « Site internet de Serge Bardy »
  8. « France, terre d'avenir de l'industrie papetière », sur Ministère du développement durable, (consulté le 24 janvier 2015)
  9. « Marianne du développement durable », sur Les Marianne de la République française, (consulté le 24 janvier 2015)
  10. « Télé. Le député Serge Bardy épinglé dans Cash investigation », sur Ouest-France.fr (consulté le 3 février 2016)
  11. « Santé. Les pesticides et leurs dangers, le point en Maine-et-Loire », sur Courrier de l'Ouest (consulté le 3 février 2016)
  12. « Anjou. Epinglé dans l’émission "Cash Investigations" : Serge Bardy s'explique », Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne)
  13. « Primaire de la gauche : Martine Aubry et ses proches « voteront » pour Benoît Hamon », lemonde.fr, 23 janvier 2017.
  14. « Invité de la rédaction. Serge Bardy (PS) : "Hamon n'est pas un coupeur de têtes" », Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :