Barsac (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Barsac
Barsac (Gironde)
La mairie (fév. 2010).
Blason de Barsac
Blason
Barsac (Gironde)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Intercommunalité Communauté de communes Convergence Garonne
Maire
Mandat
Dominique Cavaillols
2020-2026
Code postal 33720
Code commune 33030
Démographie
Gentilé Barsacais
Population
municipale
2 067 hab. (2018 en diminution de 1,05 % par rapport à 2013)
Densité 143 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 36′ 37″ nord, 0° 18′ 47″ ouest
Altitude Min. 3 m
Max. 21 m
Superficie 14,48 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Landes des Graves
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Barsac
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Barsac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barsac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barsac
Liens
Site web www.barsac.fr

Barsac (Barçac en gascon) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Barsacais et les Barsacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la rive gauche de la Garonne et traversée par le Ciron, la commune se trouve à 27 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 8,5 km au nord-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 6 km au sud-est de Podensac, chef-lieu de canton[2].

Les communes limitrophes en sont Cérons au nord-ouest, Illats à l'ouest, Pujols-sur-Ciron au sud-ouest, Preignac au sud-est ; sur la rive droite de la Garonne, se trouvent Loupiac à l'est et Cadillac au nord sur environ un km.

Communes limitrophes de Barsac

Cérons
Cadillac
Rive droite                
Illats Barsac de la                        
Garonne         Loupiac
Pujols-sur-Ciron Preignac

La principale voie de communication routière est la route départementale D 1113, ancienne RN 113 (Bordeaux-Marseille), qui mène, vers le nord-est, à Cérons et Podensac et au-delà à Bordeaux et, vers le sud-ouest, à Preignac et au-delà à Langon. Deux routes départementales commencent à partir de cette D 1113 et mènent toutes deux vers le sud-ouest, la D 118 vers Illats et Landiras et la D 114 vers Pujols-sur-Ciron.
L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est le no 2 de Podensac, distant de 6 km vers l'ouest-sud-ouest.
L'accès no 1 de Bazas à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 22 km vers le sud.

La commune dispose d'une gare SNCF sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 13 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 833 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Sauternes », sur la commune de Sauternes, mise en service en 1896[9] et qui se trouve à 9 km à vol d'oiseau[10],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,4 °C et la hauteur de précipitations de 825,2 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bordeaux-Mérignac », sur la commune de Mérignac, mise en service en 1920 et à 37 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[13], à 13,8 °C pour 1981-2010[14], puis à 14,2 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Barsac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[16],[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (82,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (64,9 %), terres arables (14,9 %), forêts (8,9 %), zones urbanisées (7,7 %), eaux continentales[Note 6] (2,2 %), zones agricoles hétérogènes (1,4 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville de Barsac apparait sous différentes formes dans les documents au Moyen Âge :

  • En 1242 : Berzac dans un acte émis par le roi d'Angleterre Henri III[22].
  • En 1274 : Barssiaco dans un acte où Petrus Bertrandi, chevalier résidant sur le territoire de la prévôté de Barsac, prête hommage au roi d'Angleterre Édouard Ier[23].
  • En 1277 : Berzaco à l'occasion de la nomination de Johan Ferre comme prévôt royal par Édouard Ier[24].
  • En 1285 : Barsaco ou Barssaco lors de l'affermage de la charge de prévôt royal par Édouard Ier à Johan Alegre pour 145 livres bordelaises[25],[26].
  • En 1356 : Brassak dans une lettre de Sir John Wingfield adressée à Richard de Stafford au sujet de la campagne militaire du Prince Noir en Guyenne[27].

Etymologie[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage sur la Toponymie générale de la France, le professeur Ernest Nègre indique que le nom de Barsac est composé de deux éléments. Le premier est une base venant d'un anthroponyme, nom propre d'origine germanique Bertus et le second du suffixe -iacum[28].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Trois objets de bronze, un poignard à quatre rivets et un autre à deux rivets ainsi qu'une pointe de lance, ont été recueillis entre 1952 et 1982, dans une carrière d’extraction d’argile à briques située en bordure de la rive droite du Ciron, dans une prairie au lieu-dit Tournet. Ils ne proviennent pas du même dépôt car leur patine est différente. Les deux poignards étaient probablement utilisés comme couteaux de poche. Ces trois objets témoignent des influences de la civilisation des Tumulus du Bronze moyen du sud-ouest de l’Allemagne[29].

Deux dépôts monétaires découverts en 1848 (l'un comprenant 300 pièces de bronze datant de l'époque des Antonins, l'autre près de 1400 monnaies dont l'époque n'est pas connue[30]) attestent de la présence romaine sur le territoire de la commune.

Plusieurs découvertes archéologiques sont attribuables à l'antiquité gallo-romaine ou mérovingienne : la commune était en effet traversée par la voie romaine reliant Bordeaux (Burdigala) et Agen (Aginnum} [31].

Cette voie romaine est toujours visible au lieu-dit Peybale[32].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Chef-lieu de la prévôté royale de Barsac, dont la juridiction s'étendait au Moyen Âge sur une grande partie de la « terre Gasque ».

Du XIIIe siècle au XVe siècle, la prévôté de Barsac fait partie du Duché d'Aquitaine contrôlé alors par le roi d'Angleterre.

Au début du XIIIe siècle, autour de 1208, le roi d'Angleterre Jean Sans Terre accorde à Jean de Canaud l'autorisation de bâtir un moulin à l'embouchure du Ciron près de la Garonne (sur le site de l'actuel moulin du pont toujours visible au bord de la route départementale 1113 entre Barsac et Preignac)[33].

Le 8 février 1254, le roi d'Angleterre Henri III autorise les habitants de Barsac (hominibus de Berzac) à clore et fortifier leur ville[22].

Durant la Guerre de Cent Ans, le 22 janvier 1356, lors d'une campagne militaire en Guyenne, Sir John Wingfield, chevalier combattant au sein de l'armée du Prince Noir, indique dans une lettre avoir pris plusieurs villes fortifiées dont celle de Barsac[27].

Époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles)[modifier | modifier le code]

Carte de Barsac au XVIIIe siècle[34]

Au XVIIe siècle, la prévôté royale de Barsac regroupe les paroisses de Barsac, Cérons, Preignac, Pujols, Sauternes, Bommes, Saint-Selve, Saint-Morillon et Villagrains. Mais en 1643, le roi Louis XIII démembre la prévôté pour offrir le droit de justice sur les paroisses de Saint-Selve, Saint-Morillon et Villagrains à Guillaume de Guérin, seigneur du Puch[35].

En 1770, la crue de la Garonne cause une inondation très importante au point de submerger l'église Saint Vincent. Des centaines de Barsacais doivent trouver refuge à l'étage de la tribune avant d'être secourus par des marins[36].

Sous le règne de Louis XV, l'ingénieur et géographe Pierre de Belleyme cartographie la Guyenne à l'échelle 1/43 200. La ville de Barsac apparait sur le fascicule 34 de la Carte de Guyenne[37].

Le 17 avril 1770, une crue millénaire de la Garonne, aussi appelée la Grande Souberne des Rameaux, inonde entièrement la commune[38]. Une marque dans l'Eglise de Saint-Vincent indique encore le niveau de la crue.

Pour plus d'information sur l'état de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[39].

À la Révolution, la paroisse de Saint-Vincent de Barsac forme la commune de Barsac[40].

Époque contemporaine (XIXe siècle à nous jours)[modifier | modifier le code]

Mars 1930. Crue de la Garonne sur la route nationale 113, actuelle Avenue Aristide Briand.[41]

En mars 1838, suite à une crue de la Garonne, un pied d'eau inonde la route royale traversant le bourg[42].

En juin 1840, lors d'une crue de la Garonne, plusieurs milliers d'habitants des villes de Barsac, Preignac et Toulenne se coordonnent pour renforcer les digues en urgence et éviter une inondation des bourgs[43].

Au milieu du XIXe siècle, la ville de Barsac est réputée en France pour sa fabrication de tonneaux[44],[45].

Le 6 mars 1930, une crue centennale de la Garonne atteint 11,90 mètres dans la commune. La Garonne s'étend au delà de la voie ferrée jusqu'aux châteaux Piada, Coutet, Menauta et Myrat. Près de 500 habitations sont sinistrées[38].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Barsac se blasonnent ainsi :

Écartelé de gueules et d'azur, au premier au château du lieu d'argent, le corps central couvert, ouvert et ajouré de sable, la tour dextre ronde, couverte et girouettée, ouverte et ajourée du même, la tour senestre carrée, ajourée aussi de sable, le tout surmonté d'une fleur de lys d'or et soutenu d'une mer du même, au deuxième et au troisième au chevron écimé parti d'or et d'argent, surmonté d'une feuille de vigne du même, accompagné de trois grappes de raisin aussi d'or, au quatrième au clocher carré d'argent, mouvant de la pointe, à quatre colonnes maçonnées de sable, essoré en dôme du même, sommé d'un clocheton aussi d'argent essoré en dôme aussi de sable sommé d'une croisette latine du même, le clocher ouvert de deux portes et ajouré d'un oculus d'or, le clocheton de deux fenêtres du même ; au besant d'or, brochant sur le tout, frappé d'une lettre V capitale soudée d'argent mouvant de la pointe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Barsac a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[46].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Jean Bernadet    
         
mars 1965 1985 René Minville DVD  
1985 mars 1989 Georges Danglade RPR  
mars 1989 juin 1995 Emmanuel Pouchepadass PS  
juin 1995 mars 2001 Françoise Mussotte Apparentée RPR  
mars 2001 décembre 2004 Liberto Paniagua Apparenté PCF  
décembre 2004 janvier 2016 Philippe Meynard[47] MoDem puis FED-UDI Conseiller régional d'Aquitaine depuis 2010
Président de la communauté de communes du canton de Podensac (2008-2014)
janvier 2016 En cours Dominique Cavaillols[48] MoDem puis FED-UDI  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Convergence-Garonne depuis le 1er janvier 2017.

Auparavant, entre 2003 et 2016, la commune appartenait à la communauté de communes de Podensac.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[49]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[50].

En 2018, la commune comptait 2 067 habitants[Note 7], en diminution de 1,05 % par rapport à 2013 (Gironde : +6,4 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5832 4482 5342 7922 8962 8462 8062 8362 894
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 8302 9592 9172 8912 8762 9433 0092 9982 974
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9562 8492 7192 6132 6992 5142 3652 1502 320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 3472 2982 0192 0852 0581 9481 9591 9621 964
2013 2018 - - - - - - -
2 0892 067-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[51] puis Insee à partir de 2006[52].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution et structure de la société en 2018[modifier | modifier le code]

Population par grandes tranches d'âges[53]
2008 % 2013 % 2018 %
Ensemble 1964 100,00 2089 100,00 2067 100,00
0 à 14 ans 349 17,80 381 18,20 395 19,10
15 à 29 ans 283 14,40 292 14,00 272 13,20
30 à 44 ans 450 22,90 468 22,40 457 22,10
45 à 59 ans 418 21,30 433 20,70 445 21,50
60 à 74 ans 247 12,60 312 14,90 336 16,30
75 ans ou plus 217 11,00 203 9,70 162 7,80

Engagement durant les guerres XIXe siècle à nous jours[modifier | modifier le code]

Nombre d'habitants de Barsac servant dans l'armée tombés au champ d'honneur entre 1853 et 1945[54]
Nombre de décès répertoriés
Guerre de Crimée (1853-1856) 13
Campagne d'Italie (1859) 1
Guerre Franco-Allemande (1870-1871) 3
Guerre Franco-Chinoise (1881-1885) 1
Seconde Expédition de Madagascar (1895) 1
Première Guerre Mondiale (1914-1918) 86
Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) 7

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1299 personnes, parmi lesquelles on comptait 1005 actifs, soit 77,36 % d'actifs dont 70,4 % ayant un emploi et 6,96 % de chômeurs[53].

Population active de 15 à 64 ans selon la catégorie socioprofessionnelle en 2018[53]
Nombre en 2018 dont actifs ayant un emploi
Ensemble 1005 905
Agriculteurs exploitants 20 20
Artisans, commerçants, chefs d'entreprises 85 85
Cadres et professions intellectuelles supérieures 105 105
Professions intermédiaires 265 240
Employés 235 210
Ouvriers 290 245

Entreprises et activités[modifier | modifier le code]

Viticulture : barsac, sauternes (vignoble de Sauternes), graves.

Maïsiculture en bord de Garonne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'église Saint-Vincent construite au XVIIIe siècle, classée monument historique depuis 1908[55] : façade très sobre, clocher avec dôme d'ardoise ; mobilier XVIIIe siècle : maître-autel et retable de Vernet[56], boiseries de chœur de Simon, fonts en marbre de Quéva, tribune d'orgue de Mollié, boiseries de Combes dans la sacristie, retable de Barthélemy Cabirol.
    L'un des murs du porche intérieur de l'église présente une curiosité : à environ un mètre au-dessus du sol, un trait indique une crue exceptionnelle de la Garonne avec la mention « LE 7 AVRIL ANO 1770 DEBORDEMANT[57] ».
  • Château de Bastard XVIIe siècle.
  • Château de Rolland, vestiges médiévaux[58].
  • Châteaux du vignoble sauternais, appellation barsac.
  • Nombreuses maisons du XVIIIe siècle dans le village.
  • Chemin de Croix. Voie empierrée au XVIIIe siècle.
  • La digue de la Garonne. Elle protège la commune des crues de la Garonne. Elle est construite entre 1855 et 1856. Ce n'est alors qu'une simple digue en terre gazonnée s'élevant à 8,35 mètres de hauteur s'étirant sur plus de 5 kilomètres. Mais après les inondations du 6 mars 1930, la digue est rehaussée à 9 mètres et recouverte de sacs de ciment[59]. Depuis le 20 avril 2020, la communauté de communes Convergence-Garonne est la gestionnaire de l'ouvrage[60].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marie-Thérèse Charlotte de Lamourous (1754-1836), née à Barsac le 1er novembre 1754, directrice de la Miséricorde de Bordeaux au service de laquelle elle fonde la congrégation des Sœurs de la Miséricorde.
  • Tony Frank né Christian Danglade, né à Barsac en août 1946, artiste de variétés avec son groupe de musiciens, a animé de nombreux galas dansants en France dans les années 1960 et 1970. Passionné par les arts du cirque et forains il collectionne tout ce qui se rapporte à ce thème qu'il expose dans divers lieux culturels, Photographe et chroniqueur dans des revues spécialisées, il œuvre à valoriser les arts du cirque par l'intermédiaire d'une association loi 1901 le « Centre d'Enseignement et de Valorisation des Arts du Cirque » (CEVAC). En 1981, il est président fondateur de l'École de Cirque de Bordeaux[61].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Wöllstein (Allemagne) depuis 1966[62]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de Barsac sur habitants.fr, consulté le 4 juillet 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 33,3 km pour Bordeaux, 8,1 km pour Langon et 5,6 km pour Podensac. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 26 août 2011.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Sauternes - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Barsac et Sauternes », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Sauternes - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Barsac et Mérignac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. a et b Charles Bémont, Rôles gascons, Tome 2, 1273-1290., Paris, Imprimerie Nationale, (lire en ligne), n°219, p.61
  23. Charles Bémont, Recueil d'actes relatifs à l'administration des rois d'Angleterre en Guyenne au XIIIe siècle : (recogniciones feodorum in Aquitania), Paris, Imprimerie Nationale, , 580 p. (lire en ligne), p. 286
  24. Charles Bémont, Rôles gascons. Tome 2, Paris, (lire en ligne), n°138, p.35
  25. Charles Bémont, Rôles gascons. Tome 2, Paris, (lire en ligne), n°835, p.234
  26. Charles Bémont, Rôles gascons. Tome 2, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), n°853, p.237
  27. a et b Jean Creton, Les chroniques de Jean Froissart. Tome 3, Paris, Verdières, 1824-1826 (lire en ligne), p. 116
  28. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, volume 2, Genève, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-00133-5), p. 750
  29. Julia ROUSSOT-LARROQUE, « POIGNARDS ET POINTE DE LANCE EN BRONZE DE BARSAC (Gironde) », Bulletin de Société Préhistorique Française, tome 70, 1973, CRSM, n°13, (consulté le ).
  30. Eloi Dubroca, « Description des médailles romaines dans la commune de Barsac (Gironde) », Recueil des actes de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux,‎ , p. 99-113 (lire en ligne)
  31. Hubert Sion, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule 33-1 : La Gironde, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, , 1re éd., 360 p. (ISBN 978-2-87754-028-5), p. 247..
  32. Mairie de Barsac, « Voie romaine à Barsac » (consulté le )
  33. Michel Laville, Les Maîtres du Ciron, Langon, Editions Siriona, , 258 p. (ISBN 978-295487722-8), p. 20
  34. Pierre de Belleyme, Carte de Guyenne, (lire en ligne), Feuillet 34
  35. Jacques Baurein, Variétés bordeloises ou Essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux, Bordeaux, Feret et fils, , p. 157
  36. Gazette de France, Paris, Imprimerie royale, (lire en ligne), p.144
  37. Pierre de Belleyme, Carte de la Guyenne, 1785 à 1840 (lire en ligne), Numéro 34
  38. a et b Guillaume Pascaud, Visages de Barsac.En prose et en vers, en chiffres et en musique, présentés par un viticulteur barsacais, , p. 90
  39. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), articles 5.XXIII et 5.XXIV, pages 154-164
  40. Historique des communes, p. 4, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 10 avril 2013.
  41. Photo issue de la collection privée de Me Corentin Méa.
  42. « Départemens », Le Figaro,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  43. « Action des habitants de Barsac, Preignac et Toulenne pour combattre la crue de la Garonne », Journal politique et littéraire de Toulouse et de la Haute-Garonne,‎ (lire en ligne)
  44. Claude Ladrey, La Bourgogne : revue œnologique et viticole, Dijon, (lire en ligne), p. 454
  45. Jules de Gères, Actes de l'Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, Paris, E. Dentu, (lire en ligne), p. 49
  46. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19 décembre 2009.
  47. Commune de Barsac sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 4 juillet 2011.
  48. « Conseil municipal de Barsac (33) : Dominique Cavaillols succède à Philippe Meynard », sur Sud Ouest, .
  49. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  50. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  51. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  52. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  53. a b et c INSEE, « Insee, RP2008, RP2013 et RP2018, exploitations principales, géographie au 01/01/2021 », sur www.insee.fr (consulté le )
  54. Guillaume Pascaud, Visages de Barsac.En prose et en vers, en chiffres et en musique, présentés par un viticulteur barsacais, , p. 126
  55. « Classement de l'église Saint-Vincent », notice no PA00083124, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 17 juillet 2010.
  56. « Classement des maîtres-autels et des retables », notice no IM33000714, base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 17 juillet 2010.
  57. Voir l'image sur Commons
  58. Voir des photos de "La Tour de Rolland", sur le site de la Société Archéologique et Historique du Sauternais et Graves.
  59. Guillaume Pascaud, Visages de Barsac.En prose et en vers, en chiffres et en musique, présentés par un viticulteur barsacais, , p. 108
  60. « Digue Barsac-Cérons »
  61. Biographie de Tony Frank
  62. « Jumelage(s) de Barsac », sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du Ministère des Affaires étrangères (consulté le ).