3e groupe de reconnaissance de division d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
3e groupe de reconnaissance de division d'infanterie
3e GRDI
Création août 1939
Dissolution 1940
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Groupe de reconnaissance
Rôle Reconnaissance
Garnison Épernay
Ancienne dénomination 9e régiment de dragons
Anniversaire Saint-Georges
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Offensive de la Sarre
Combats en Belgique
Bataille de France
Décorations Croix de guerre 1939-1945 avec palme
Commandant historique lieutenant-colonel Jacqueminot de Ham
Chef d'escadron Mozat

Le 3e groupe de reconnaissance de division d'infanterie ou 3e GRDI est une unité militaire française de la Seconde Guerre mondiale.

GRCA et GRDI[modifier | modifier le code]

Les groupes de reconnaissance des corps d’armée (GRCA) et des divisions d’infanterie (GRDI) formés par des escadrons mixtes de cavalerie (motorisée et hippomobile) ont été créés par note de l’état-major de l’armée le 6 mai 1923, pour assurer aux grandes unités (corps d’armée, divisions d’infanterie, régions fortifiées) :

  • La recherche du renseignement
  • La prise de contact avec l’ennemi
  • La sûreté

Origine du 3e GRDI[modifier | modifier le code]

Le 3e groupe de reconnaissance de division d'infanterie a été créé à partir des effectifs du 9e régiment de dragons d'Épernay comme le 92e groupement de reconnaissance de division d'infanterie[1].

De type motorisé avec automitrailleuses, le 3e GRDI sera créé en août 1939, puis rattaché à la 12e DIM.

  • L’état-major et le peloton de commandement étaient dirigés par le lieutenant-colonel Jacqueminot de Ham, et ses adjoints le chef d'escadron Mozat[2] et du lieutenant Boulesteix.
  • L’escadron hors-rang (EHR) était à la charge du capitaine Delanoue,
  • le groupe d'escadons de découverte sous les ordres du capitaine de Lannoy se composait de :
    • l'escadron d'automitrailleuses de découverte du capitaine de la Serre
    • 1er escadron moto du capitaine Sonolet
  • le groupe d'escadons de reconnaissance sous les ordres du capitaine de Cabarrus se composait de :
    • l'escadron d'automitrailleuses de reconnaissance du capitaine de Vaux.
    • 2e escadron moto du lieutenant de Warenghien.
    • L'escadron mitrailleuses et canons de 25 mm du Capitaine Poulin.

Rattaché à la 1re armée française commandée par le général Blanchard, il fut placé à la disposition du 5e corps d'armée (CA) du général de corps d'armée Bloch.

Ce corps d'armée se composait des :

C’est à la 12e DIM que le 3e GRDI sera affecté, avec les :

Historique[modifier | modifier le code]

Offensive de la Sarre
Drôle de guerre
Combats en Belgique et bataille de France
Entrée du fort des Dunes.
  • nuit du 30 mai au  : l'escadron hors-rang (EHR) et l'escadron de mitrailleuses et canons, s'extirpent de la poche de Lille et parviennent, par leurs propres moyens à partir de Moncheaux à rejoindre Poperinge en Belgique, puis le fort des Dunes à Leffrinckoucke où ils participent à la défense de la place de Dunkerque.
  • 2 juin 1940 : à 18 h 15 un bombardier lance une bombe qui tue le général Gaston Janssen commandant la 12e DIM et une partie de son état-major.
  • 3 juin 1940 : à 17 h 30 a lieu un violent bombardement aérien de 19 bombardiers qui attaquent le fort avec des bombes de gros calibre. Une centaine d'hommes, au moins, périssent sous les décombres dont plusieurs officiers, sous-officier et soldats du 3e GRDI.
  • 4 juin 1940 : les escadrons sont capturés faute de moyens d’embarquement.

Batailles et combats[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

Collective à l’ordre de l’Armée avec attribution de la croix de guerre avec palme.

« Magnifique unité, remarquablement manœuvrière et entrainée, animée du plus bel esprit offensif, qui, sous les ordres du Chef d'Escadrons Mozat, a, dès le début de la campagne, pris l'ascendant sur l'ennemi. En Belgique, en mai 1940, a couvert à trois reprises le décrochage difficile de la Division, empêchant par des contre-attaques hardies l'ennemi de prendre contact des arrière-gardes, lui infligeant de lourdes pertes et lui détruisant de nombreux engins blindés.
Cette citation comporte l'attibution de la Croix de Guerre avec Palme.
Le 22 novembre 1940 »

Le général Janssen a personnellement cité à l'ordre de l'Armée le 3e GRDI.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémorial des groupes de reconnaissance 1939-1940.
  2. venant du 26e GRDI.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]