Aische-en-Refail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aische-en-Refail
Aische-en-Refail
Photo prise à Aische-en-Refail
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Namur
Commune Éghezée
Code postal 5310
Démographie
Gentilé Aischois(e)
Population 1 106 hab. (11/08/2008)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 36′ nord, 4° 50′ est
Superficie 891 ha = 8,91 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Province de Namur
Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Aische-en-Refail
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Aische-en-Refail
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Aische-en-Refail

Aische-en-Refail [ɛʃɑ̃ʁəfaj][1] (en wallon Yache) est une section de la commune belge d'Éghezée située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

La chapelle de la Croix-Monet

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien de l'abbaye de Lobbes au IXe siècle[modifier | modifier le code]

Ascur ou Asca — c'est-à-dire Aische-en-Refail avec cinq autres localités du pagus de Hesbaye — est une des 43 localités citées dans le polyptyque ou pouillé de l’abbaye de Lobbes en 868-869 — ordonné par le roi carolingien Lothaire II (855-869) —  pour récupérer les biens dispersés par un intrus. [2]


Un témoin contemporain du tremblement de terre de 1755

Fin 1755, un tremblement de terre — suivi d’un tsunami — détruisit la ville de Lisbonne faisant 50 000 victimes. Rares sont les attestations à l’époque dans nos régions ; cependant, on cite le témoignage intéressant d’un certain Jacquemin, cultivateur à Aische-en-Refail : "Du tremblement de terre du 1er novembre 1755; les secousses ont duré huit minutes."

M. Pierre Alexandre, chef de travaux à l’Observatoire Royal de Belgique, mentionne en outre plusieurs témoignages contemporains dont l’un à Lille (département du Nord) : le médecin Boucher signale qu’ "on aperçut dans notre petite rivière de la Deule un mouvement extraordinaire : on assure qu'en quelques endroits les eaux se sont partagées, ayant été poussées vers la rive, et que l'on a vu à découvert le fond de la rivière"[3].


Patrimoines[modifier | modifier le code]


Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur Aische-en-Refail.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 105.
  2. Chanoine C-G. Roland, Histoire généalogique de la maison de Rumigny-Florennes, Annales de la Société Archéologique de Namur, 1891, réédition de 1982, p. 117, note.
  3. André Lépine, « L’entité de Cerfontaine vue par … (15), le chapitre "Cerfontaine. Le séisme de 1755 et la fontaine du Tchafour" », cahier du Musée de Cerfontaine n° 175,‎

Bibliographie[modifier | modifier le code]

E. Del Marmol, « Notices historiques sur les villages d'Aische-en-Refail et de Liernu », Annales de la Société Archéologique de Namur, vol. I,‎ , p. 260-330

Lien externe[modifier | modifier le code]