Vittel (eau minérale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vittel (homonymie).
Vittel
Image illustrative de l'article Vittel (eau minérale)

Pays d’origine Drapeau de la France France
Ville d’origine Vittel
Société Nestlé Waters
Date de création 1857
Type Eau plate
Site web www.vittel.com/

Vittel est une marque d'eau minérale appartenant à Nestlé Waters, division Eaux du groupe suisse Nestlé depuis 1992. Elle a appartenu à la famille fondatrice, les Bouloumié, pendant quatre générations, des années 1880 au début des années 1990. Son histoire se confond avec celle du thermalisme et débute en 1854 avec l'achat d'une fontaine par Louis Bouloumié à Vittel dans le département des Vosges. Vittel est une cité thermale dès l’époque gallo-romaine.

Vittel fait partie de la Société des eaux de Vittel, comprenant Hépar et Contrex.

Propriétés et composition analytique[1][modifier | modifier le code]

  • Résidu sec à 180 °C : 1084 mg/l
  • pH : 7,6
Élément Formule Teneur (mg/l)
Bicarbonates HCO3- 384
Calcium Ca2+ 240
Chlorures Cl- 8
Fluorures F- 0,16
Magnésium Mg2+ 42
Nitrates NO3- 4,4
Potassium K+ 1,9
Sodium Na+ 5,2
Sulfates SO42- 400
  • Vittel appartient au groupe des eaux moyennement minéralisées.

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1854 : Louis Bouloumié (né en 1812, à Rodez), ancien homme politique et avocat de formation, rachète le 13 décembre 1854 la source de Gérémoy, réputée diurétique, et un pré de 80 ares, à Vittel dans les Vosges, au cultivateur, Charles Rifflard. Rien ne le prédestinait à devenir entrepreneur. Substitut du procureur du roi Louis-Philippe au Tribunal de Villefranche d’Aveyron, procureur du roi à Béziers, il démissionne car ses idées républicaines sont incompatibles avec ses fonctions. Devenu avocat, il est élu conseiller municipal de Rodez en 1846, participe à la Révolution de 1848 et crée le journal "l’Aveyron Républicain", ce qui lui vaut de nombreux déboires. Partisan du général Cavaignac, candidat malheureux contre Louis-Napoléon Bonaparte aux élections présidentielles de 1848, il figure sur les "listes noires" du coup d’État de Napoléon III le 2 décembre 1851. Plusieurs fois incarcéré, il est condamné puis expulsé du territoire français. C’est à ce moment-là que, exilé à Barcelone, il s’intéresse à la nature et la biologie. Gravement malade des reins, du foie et de l’estomac, il est autorisé à revenir sur le territoire français. Placé sous le régime de "haute surveillance de police", il fait plusieurs cures à Vittel et Contrexéville en 1852, 1853 et 1854, et constate les bienfaits des eaux minéralisées.
Publicité parue dans le Guide Joanne (1905)
  • 1855 : autorisation gouvernementale d'exploiter la source.
  • 1856 : création de la station thermale de Vittel. Pour permettre aux curistes de poursuivre leur cure à domicile, il a l'idée de mettre l'eau minérale de Vittel en bouteille.
  • 1857 : mise en bouteille en grès.
  • 1869 : décès de Louis Bouloumié. Reprise de la source par son fils aîné Amboise (né le 25 novembre 1843, à Toulouse), qui fut d'abord avocat à Toulouse et le secrétaire d'Émile Ollivier de 1865 à 1868.
  • 1875 : Première ligne d'embouteillage. Les bouteilles de l'époque sont en grès.
  • 1882 : Création de la Société générale des eaux minérales de Vittel (SGEMV), regroupant Vittel et Hépar[2].
  • 1898 : le premier million de bouteilles est atteint.
    • Les bouteilles sont désormais en verre.
  • 1903 : décès d'Amboise Bouloumié.
    • 3 millions de bouteilles tous formats sont produites par an.
  • 1913 : Jean Bouloumié succède à son père Amboise à la direction de la station thermale.
    • Le cap des 10 millions de bouteilles tous formats est atteint dans l'année.
  • 1921 : 14 millions de bouteilles tous formats sont produites dans l'année.
  • 1929 : Jean Bouloumié succède à son oncle Pierre ( 1884-1929 ), frère cadet d'Ambroise, médecin militaire, à la tête du conseil d'administration de la Société des Eaux.
  • 1930 : une unité d'embouteillage ultramoderne est construite avec quatre lignes automatisées de 6000 bouteilles/h.
  • 1947 : 34 millions de bouteilles tous formats sont produites.
  • 1951 : les 100 millions de bouteilles sont atteints.
  • 1952 : décès de Jean Bouloumié. Sa succession est assurée par sa sœur Germaine Bouloumié ( 1888-1981 ).
  • 1960 : la production annuelle atteint les 233 millions de bouteilles tous formats.
  • 1968 : la première bouteille en PVC.
  • 1969 : le groupe suisse Nestlé entre dans son capital, à hauteur de 30 %.
  • 1970 : début de Vittel aromatisée.
  • 1974 : la bouteille ronde devient carrée.
  • 1978 : lancement de l'atomiseur d'eau Vittel dans sa nouvelle gamme cosmétique.
  • 1979 : Guy de la Motte-Bouloumié, neveu de Germaine, prend la succession de la source.
  • 1984 : lancement de la ligne de soins Vittel.
  • 1986 : lancement d'une crème de nuit et d'un démaquillant pour yeux.
  • 1988 : lancement d'un gel gommant et d'un lait démaquillant.
  • 1989 : La société des eaux de Vittel rachète et relance la production de l'eau minérale Quézac[3].
  • 1990 : la milliardième bouteille est produite.
    • L'Oréal, avec sa division Lascad, signent un accord de licence mondiale d'exploitation et de commercialisation de la gamme cosmétique.
  • 1992 : Nestlé rachète Vittel et l'intègre dans sa division Eaux : Nestlé Waters, qui comprend Perrier, Contrex et Hépar.
  • 1994 : la première bouteille en PET.
  • 1997 : début de la collection Vittel aromatisée.
  • 2000 : lancement de Vittel fruit, composée d'eau et de jus de fruit.
  • 2001 : les thermes sont cédés au groupe Partouche.
  • 2006 : nouveau logo et nouvelle étiquette sur les bouteilles [4].
  • 2008 : rachat des thermes par la commune de Vittel.
  • 2011 : Lancement d'une nouvelle bouteille contenant du plastique végétal[5].
  • 2013 : nouvelle étiquette sur les bouteilles.
  • 2014 : participation au Tour de France 2014

Publicité[modifier | modifier le code]

Véhicule publicitaire lors du Tour de France 2014.

En 2005, Vittel se paie les services de David Bowie pour promouvoir son eau minérale à travers un spot hautement symbolique : boire Vittel raffermit "la jeunesse de votre corps".

En 2013, Logic Design conçoit la nouvelle identité packaging de Vittel, qui s’exprime au travers d’une symbolique de jaillissement d’eau, key visual identitaire formé par le V de Vittel et constituant le bloc marque avec Vittel en vertical[6].

Économie[modifier | modifier le code]

* Présent dans plus de 100 pays.
  • 1800 bouteilles de Vittel consommées par minute dans le monde.
  • 15 lignes d’embouteillages avec des cadences jusqu’à 35 000 bouteilles/heure.
  • 900 millions de bouteilles tous formats par an.
  • 90 % sont commercialisés en Europe dont 49 % en France, 20 % en Allemagne, 12 % en Belgique, 10 % en Grande-Bretagne.
  • Vittel est aussi une gamme de cosmétique produit et commercialisé par l'Oréal sous licence.
  • L'usine d'embouteillage réalise plus de 2 milliards de bouteilles par an pour les marques Vittel, Contrex et Hépar. Elle est reliée par des pipelines avec l'usine Contrex à Contrexéville à quelques kilomètres de Vittel qui continue à embouteiller l'eau Contrex. Cela permet d'embouteiller Contrex indifféremment dans l'usine de Vittel ou Contrex.
C'est aussi l'eau officielle du Tour de France depuis 2008.

[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :