Tsarevitch (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tsarevitch (homonymie).
Tsarevitch (Цесаревич)
Image illustrative de l'article Tsarevitch (cuirassé)
Le Tsarevitch lors de la bataille de la mer Jaune

Autres noms Grazhdanin (Гражданин)
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine impériale russe Marine impériale de Russie, 1er escadron du Pacifique, Marine soviétique, flotte de la Baltique
Quille posée 1er mai 1899
Lancement 10 février 1901
Armé 21 mars 1903
Statut Rayé des effectifs de la Marine sociétique en 1918, démantelé en 1924-1925 en Allemagne
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 118,5 mètres
Maître-bau 23,2 m
Tirant d'eau 8,5 m
Déplacement 12 915 tonnes, 13 122 tonnes (max)
Propulsion 2 moteurs à 4 cylindres à triple expansion verticale (TEV), 20 chaudières Belleville
Puissance 16 000 ch
Vitesse 18,5 nœuds (34,5 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Krupp ceinture: 150-230 mm

Ponts : 57 mm Tourelles : 305 mm, tourelles secondaires : 150 mm, kiosque: 254 mm Barbette

Armement 4 × 305 mm, 12 × 152 mm, 19 × 75 mm, 4 × 47 mm, 6 tubes lance-torpilles (457 mm)
Rayon d'action 10 200 kilomètres à 10 nœuds (19 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 28 officiers et 750 marins
Chantier naval Compagnie des Forges et Chantiers de la Méditerranée à la Seyne-sur-Mer à Toulon (France)
Port d'attache Port-Arthur,

Le Tsarevitch, en russe : Цесаревич, est un cuirassé construit en France par la Compagnie des Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer pour la Marine impériale de Russie. Il doit son nom au titre réservé à l'aîné des fils du tsar et héritier du trône impérial de Russie. Il préfigura la classe Borodino.

Le Tsarevitch fut affecté au 1er escadron de la flotte du Pacifique. Il prit part à la Guerre russo-japonaise (1904-1905). Lors de la bataille de la mer Jaune, le 10 août 1904, le Tsarevitch fut le navire amiral de Wilgelm Karlovitch Vitgeft. Au cours de la Première Guerre mondiale, il prit part à de nombreuses opérations en mer Baltique. En décembre 1908, lors du terrible séisme de Messine (28 décembre 1908), il prêta assistance à la population.

Historique[modifier | modifier le code]

La construction et l'achat du Tsarevitch furent le résultat de la signature d'une convention militaire franco-russe en juillet 1892.

Service dans la Marine impériale de Russie[modifier | modifier le code]

Guerre russo-japonaise[modifier | modifier le code]

En décembre 1903, le Tsarevitch fut affecté dans la flotte d'Extrême-Orient. Il fut l'un des trois navires torpillés lors de l'attaque surprise des Japonais à Port-Arthur le 8 février 1904. Réparé, avec d'autres navires russes, le cuirassé effectua plusieurs opérations en mer.

Bataille de la mer Jaune[modifier | modifier le code]
Le Tsarevitch à quai à Tsingtao après la bataille de la mer Jaune le 10 août 1904 — dommages visibles sur le cuirassé

Le matin du 10 août 1904, le 1er escadron du Pacifique quitta Port-Arthur afin de forcer le blocus et rallier Vladivostok. Le 1er escadron du Pacifique se composait des cuirassés Retvizan, Tsarevitch (navire amiral), Pobeda, Peresvet, Sebastopol et du Poltava, escortés de 4 croiseurs et 14 torpilleurs. La flotte japonaise commandée par l'amiral Togo se composait des cuirassés Mikasa, Fuji et Shikishima, des croiseurs blindés Nissin et Kasuga, de 8 croiseurs, 18 destroyers et 30 torpilleurs.

À 12 heures, le corps principal des cuirassés japonais tenta de bloquer les navires russes au large de la péninsule du Shandong. À 13 heures eurent lieu les premiers échanges de tirs, le combat naval dura une heure. Les bâtiments de guerre russes parvinrent à sortir du port. L'amiral Togo commença une longue poursuite, au sud-est, il parvint à dépasser la ligne de bataille russe. À 16 heures 20, le combat repris, les échanges de tirs des deux parties varièrent de 9 000 à 10 000 mètres. Les deux flottes subirent des dommages. À 18 heures, à l'issue de la bataille, l'amiral Wilgelm Karlovitch Vigeft fut tué sur le pont du Tsarevitch par un obus ennemi. Douze minutes plus tard, de nouveaux projectiles s'abattirent sur le navire amiral, tuant le commandant de bord, endommageant le gouvernail et le pont du cuirassé. Gouvernail coincé, le Tsarevitch amorça un virage très serré. Les autres bâtiments de la flotte russe, ignorant le drame, suivirent le sillage du Tsarevitch, la flotte russe finit par se disperser et perdit la bataille. À la nuit tombante, le manque de munitions poussa l'amiral Togo à rompre le combat. Il se replia vers l'est. Avant son retrait, l'amiral japonais ordonna aux destroyers et aux torpilleurs d'attaquer la flotte russe, mais la plupart de ces attaques furent repoussées.

La plupart des bâtiments de guerre russes (5 cuirassés, un croiseur, 9 destroyers) put regagner Port-Arthur. Le Tsarevitch, très endommagé, et trois destroyers furent internés à Tsingtao jusqu'à la fin du conflit.

La particularité de cette bataille, cruciale dans le cours de cette guerre, est qu'aucun des navires impliqués n'y fut coulé.

Au terme du conflit russo-japonais, le Tsarevitch fut transféré dans un port de la Baltique afin de subir des réparations. En 1906, il fut affecté dans la flotte de la Baltique.

En décembre 1908, lors du terrible séisme de Messine (28 décembre 1908), il prêta assistance à la population.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Entre 1910 et 1911, le Tsarevitch fut mis en cale sèche au Chantier de la Baltique afin de procéder à diverses réparations.

Lors de la Première Guerre mondiale, le Tsarevitch prit part à de nombreuses opérations militaires en mer Baltique contre la flotte impériale allemande. En 1916, le cuirassé prit part à la défense de Riga.

Le Tsarevitch en 1912-1914

Service dans la Marine soviétique[modifier | modifier le code]

Après la Révolution russe, le nouveau gouvernement renomma le Tsarevitch. Désormais, il porta le nom de Grazhdanin (Гражданин, en français « Citoyen »). Sous ce nom, le 17 octobre 1917, il participa à la bataille du détroit de Muhu (opération Albion). Au cours de ce combat naval, le Grazhdanin affonta le SMS König et le SMS Kronprinz. Le cuirassé, ayant subi de graves dommages, fut ancré dans le port d'Helsinki dans l'attente de réparations. Du 18 janvier au 20 janvier 1918, le bâtiment de guerre se rendit d'Helsinki à Kronstadt.

En mai 1918, le Grazhdanin fut amarré dans le port de Kronstadt, où il resta jusqu'en 1924. Trop endommagé, il ne fut pas incorporé dans la nouvelle flotte soviétique. À la fin de la Guerre civile russe, il fut vendu à l'Allemagne et démantelé (1924-1925).

Sources[modifier | modifier le code]

  • R.M. Melnykov : Cuirassés de type Borodino
  • R.M. Melnykov «Cesarevitch» Partie 1. Battleship escadron 1899-1906
  • V.M. Tomitch les navires de guerre de la Marine Impériale de Russie (1968) Volume 1, Battleships

From Conway's All the World's Fighting Ships 1860 - 1905 , 1979

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :