Trois Hiérarques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois Hiérarques
(Tri Sviatitelia - Три Святителя)
Image illustrative de l'article Trois Hiérarques

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine impériale russe Marine impériale de Russie, 6e flotte de la mer Noire, Pavillon de la marine soviétique Marine soviétique (1918), Marine ukrainienne (1917-1919)
Quille posée 4 septembre 1891
Lancement 12 novembre 1892
Armé août 1896
Statut démoli en 1922
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 115,14 mètres
Maître-bau 22,25 m
Tirant d'eau 8,66 m
Déplacement 13 318 tonnes
Propulsion 2 moteurs à triple expansion verticale (TEV), 14 chaudières cylindriques à charbon
Puissance 11 308 ch
Vitesse 17 nœuds (31 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage blindage Harvey ceinture en acier 406-457 mm

Ponts : de 76 - 229 mm Tourelles : 406 mm, casemates 406 mm, kiosque 305 mm Aéronefs :

Armement 4 x 305 mm montés sur deux tourelles jumelles à l'avant et à l'arrière

8 × 152 mm 4 × 120 mm 2 × 64 mm 10x 47 mm 40x 37 mm 6 tubes lance-torpilles de 457 mm

Autres caractéristiques
Équipage 753 officiers et membres d'équipage
Chantier naval chantier naval de Nikolaïev
Port d'attache Sébastopol

Le Trois Hiérarques, en russe : Tri Sviatitelia - Три Святителя, est un cuirassé pré-Dreadnought construit pour la Marine impériale de Russie. Il prit part à la Première Guerre mondiale.

La construction du Trois Hiérarques débuta le 4 septembre 1891 au chantier naval Nikolaïev, son lancement eut lieu le 12 novembre 1893, il fut mis en service en août 1898. Entre 1911 et 1912, il fut modernisé en cale sèche (armement). Capturé par les Allemands le 1er mai 1918, il fut remis aux Britanniques après l'armistice, le 24 novembre 1918. Afin d'empêcher son utilisation par l'Armée rouge, des charges explosives furent posées sur ordre du commandant anglais près des machines entre le 22 avril et 24 avril 1919 : celles-ci furent très endommagées. En 1919 le Trois Hiérarques fut rayé des effectifs de la Marine soviétique. Il fut démantelé en 1922.

Historique[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle (fin des années 1890), les bâtiments de guerre de référence étaient le Sinop et le Douze Apôtres. Mais ces navires furent vite dépassés techniquement et militairement. En septembre 1891, au chantier naval Nicolaïev en présence de « Son Altesse impériale le grand-duc Alexeï Alexandrovitch » une décision fut prise concernant la construction d'un navire de type anglais. Ce navire fut nommé Trois Hiérarques (en l'honneur des trois docteurs en théologie vénérés dans l'Église orthodoxe : saint Basile le Grand, saint Grégoire de Nazianze, et le patriarche saint Jean Chrysostome). La construction de ce nouveau bâtiment de guerre marqua une étape importante dans l'histoire de la marine russe.

Carrière dans la Marine impériale de Russie[modifier | modifier le code]

Naval Ensign of Russia.svg

Il fut construit sur le modèle du Navarin, mais les ingénieurs parvinrent à éviter les carences de ce dernier. Il fut décider de renoncer à une taille déraisonnable. Le Trois Hiérarques put atteindre un déplacement de 12 480 tonnes, le blindage fut plus conséquent, quatre plaques de blindage furent installées sur les tourelles (plaques usinées à Saint-Chamond en France), l'armement fut importé de l'usine Vickers en Grande-Bretagne - l'usine britannique honora la date de livraison fixée lors de la commande. Aux essais, malgré une surcharge de 900 tonnes, le cuirassé développa une vitesse de 17,7 nœuds au lieu des 16 nœuds prévus lors de la construction. « Lors de sa mise en service dans la flotte de la mer Noire, le Trois Hiérarques était non seulement le navire le plus puissant de la Flotte Impériale de Russie mais également le plus puissant du monde. »[1]

Entre 1911 et 1912 le Trois Hiérarques fut mis en cale sèche dans le port de Sébastopol, une modernisation de l'armement embarqué fut effectuée : les 4 × 120 mm, les 10 × 47 mm furent ôtés et remplacés par des canons de 152 mm, placés sur le ponts et la casemate supérieure[2], deux canons de 47 mm étant conservés comme canons de salut.

Le Trois Hiérarques, le Libertaire et d'autres navires de la Marine ukrainienne à Sébastopol, 1918

Affecté au 6e escadron de la flotte de la mer Noire, au cours de la Première Guerre mondiale, le Trois Hiérarques participa à de nombreuses opérations navales. Il mena des actions au large des côtes turques, il prit part à la protection d'autres bâtiments de guerre russes. Lors de la bataille du cap Sarytch, le 18 novembre 1914, le Trois Hiérarques fut engagé dans un combat contre le croiseur de bataille allemand SMS Goeben, mais une mauvaise visibilité empêcha de voir les navires allemands naviguant dans le sillage de l’Evstafii.

Le 10 mai 1915, les deux cuirassés s'affrontèrent de nouveau à l'entrée du Bosphore : le combat dura vingt minutes à une distance de 16 kilomètres. Les impacts furent très faibles. Les navires de la flotte russe ne furent atteints par aucun projectile, tandis que le croiseur SMS Goeben recevait trois obus de 305 mm ; un de ses canons de 150 mm fut détruit. Ces dommages le forcèrent à se retirer.

Du 23 janvier au 5 avril 1916, le cuirassé effectua différentes opérations offensives[2]. La même année, ce bâtiment de guerre bloqua le Bosphore afin d'appuyer une opération amphibie à Trabzon. Le 17 décembre 1917 le Trois Hiérarques fut converti en navire de la Croix-Rouge.

Carrière dans la Marine soviétique[modifier | modifier le code]

Naval Ensign of the Soviet Union.svg

Après la Révolution russe, le Trois Hiérarques fut incorporé dans la Marine soviétique. En mars 1918, il resta ancré dans le port de Sébastopol. Après la signature du traité de Brest-Litovsk, le 1er mai 1918 les Allemands prirent possession du cuirassé. Après la signature de l'armistice entre l'Allemagne et les forces alliées, le 24 novembre 1918, le cuirassé russe fut remis aux autorités britanniques. Le 21 novembre 1925 il fut démantelé[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. dic.academic.ru
  2. a et b flot.sevastopol.info
  3. flot.sevastopol.info

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :