Classe Borodino (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres classes de navires du même nom, voir Classe Borodino.
Classe Borodino (Бородино)
Image illustrative de l'article Classe Borodino (cuirassé)
L'Orel en 1905.
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 112 m
Maître-bau 23,15 m
Tirant d'eau 8 m
Déplacement 13 516 t
Propulsion 2 machines à vapeur à triple expansion
20 chaudières à tubes larges
Puissance 16 300 ch
Vitesse 17,5 nœuds (32,4 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture : 229-102 mm
Cloisons : 229 mm
Ponts : 68-38 mm
Barbettes : 254 mm max.
Réduits : 152 mm
Armement 2 × 2 canons de 305 mm (en)
6 × 2 canons de 152 mm
16 canons de 75 mm
6 TLT de 457 mm
Autres caractéristiques
Équipage 835 hommes
Histoire
Constructeurs Chantiers navals de la Baltique
Chantiers de l'Amirauté (Saint-Pétersbourg)
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine impériale de Russie
2e escadron de la flotte du Pacifique
Période de
construction
1899 - 1905
Période de service 1903 - 1917
Navires construits 5
Navires perdus 4
Navires démolis 1
Précédent Tsarevitch Classe Evstafii Suivant

Les 5 cuirassés de la marine impériale de Russie de la classe Borodino, connue aussi sous le nom Knyaz Souvorov étaient les seuls véritables cuirassés de cette flotte avant l’arrivée des dreadnoughts. Leur histoire fut particulièrement tragique.

Entrés en service à partir de 1901, ils connurent la défaite lors de la guerre contre l’Empire du Japon en 1905.

Liste des navires[modifier | modifier le code]

Voici la liste de navires et leur fin :

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Fortement inspirés du Tsarevitch construit aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer en France, ces navires étaient armés également de quatre canons de 305 mm répartis en deux tourelles blindées situées à l'arrière et à l'avant du navire et d'une artillerie secondaire également sous tourelle. Moins fortement protégés que le Tsarevitch, trois des navires de la classe Borodino sont coulés à Tsushima.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Orel qui fut capturé par les Japonais.

À l’exception du Slava qui n’était pas prêt, ces vaisseaux furent affectés à la 1re division de l’amiral Rojestvenski pour la longue expédition depuis l’Europe vers l'Extrême-Orient.

Ils étaient théoriquement capables de se mesurer à tout ce que la marine impériale japonaise pouvaient mettre en ligne. Ce n’est certainement pas dans leurs performances qu’on peut trouver les causes de la défaite russe. Le jour de la bataille, le 27 mai 1905, leur vitesse souffrit de la lenteur des autres navires de cette flotte mixte. Leur adversaire sut très bien en tirer parti.

Ils étaient de plus surchargés de charbon. Le ravitaillement en charbonnage avait posé d’énormes problèmes que l’on avait résolus en utilisant l’espace libre des ponts supérieurs pour le stockage. Il en résultat une réduction de la hauteur métacentrique qui provoqua un fort roulis et accrut si considérablement le tirant d’eau que la ceinture cuirassée était presque immergée et les batteries de canon de 76 mm, au ras de l’eau, n’était plus utilisables.

Le Knyaz Souvorov fut coulé cinq heures après avoir reçu quatre torpilles. Sa ceinture cuirassée n’avait pas été endommagée mais la force des impacts avait provoqué des fuites importantes dans la structure de soutènement de la ceinture.

L'Empereur Alexandre III et le Borodino coulèrent à la suite d’un incendie et d’une explosion à bord.

Le navire Orel, dont l’accastillage[Quoi ?] fut endommagé, se rendit et il reprit du service dans la flotte japonaise sous le nom de Iwami.

Le Slava servit dans la flotte de la mer Baltique lors de la Première Guerre mondiale et fut sabordé après la bataille du détroit de Muhu qui le vit affronter le cuirassé König de la marine impériale allemande dans le golfe de Rīga en 1917.

Historique du Borodino[modifier | modifier le code]

Construit au Chantier naval de la Nouvelle Amirauté sous la direction de l'officier mécanicien D.V. Skvortslov, le Borodino fut construit d'après les plans révisés du Tsarevitch, un cuirassé construit en France. En raison du manque de fiabilité des machines le cuirassé atteignit seulement la vitesse de 16 nœuds au lieu des 18 nœuds.

Le Borodino fut placé sous le commandement du capitaine 1er rang (grade correspondant à celui de colonel dans l'infanterie ou l'armée de l'air) Petr Iosifovitch Serebrennikov (1853-1905). Ce cuirassé prit part à la bataille de Tsoushima le 27 mai 1905. Au cours de ce combat naval, touché par les tirs japonais, le Borodino coula, 785 marins trouvèrent la mort dans ce naufrage, seul, un marin survécut au désastre.

Liste des officiers du Borodino tués à la bataille de Tsushima[modifier | modifier le code]

  1. Intendant amiral capitaine de 2nd rang Alexandre Gustavovitch von Witte
  2. capitaine de 1er rang commandant Piotr Iosifovitch Serebryannikov
  3. capitaine de 2nd rang Dmitri Sergueïevitch Makarov
  4. vérificateur mitchman Nikolaï Oskarovitch Ott
  5. Mouilleur de mines lieutenant Alexeï Fiodorovitch Gerken
  6. Mouilleur de mines lieutenant Vladimir Titovitch Matkovsky
  7. officier supérieur d'artillerie lieutenant Piotr Evguenievitch Zavalichine
  8. lieutenant d'artillerie Mikhail Eduardovitch Fuchs
  9. lieutenant Evdokim Ivanovitch Yakovlev
  10. officier de navigation lieutenant Boris Illarionovitch Tchaïkovski
  11. adjudant de navigation Konstantin Rudolfovitch De Livron
  12. lieutenant-chef Alexeï Pavlovitch prince Enikeïev
  13. Adjudant-chef Mikhaïl Alexandrovitch Taranetsky
  14. adjudant-chef Georgi Mikhaïlovitch Jolkevizch
  15. officier de quart adjudant Nikolaï Nikolaïevitch Prikot
  16. officier quart adjudant Nikolaï Alexandrovitch Protassiev
  17. officier de quart adjudant Evgeni Genrikhovitch Tsivinski
  18. officier de quart adjudant Alexandre Viktorovitch Kotchoukov
  19. Lieutenant du Régiment de hussards de la Garde impériale Leonty Pavlovitch comte Bennigsen
  20. officier de quart Boris Vladimirovitch Nedzvetsky
  21. officier mécanicien lieutenant Vassili Semionovitch Ryabinine
  22. Vladimir Konstantinovitch Nioukhalov
  23. mécanicien du navire capitaine Pavel Pavlovitch Korneïev
  24. mécanicien du navire Paul Mikhaïlovitch York
  25. mécanicien du navire Ernest Nikolaïevitch Wulf
  26. mécanicien adjoint du navire Vladimir Georguievitch Kharitonov
  27. Nikolai Stepanovitch Pevnev
  28. Ivan Ivanovitch Dzakhov
  29. Conseiller principal auprès du médecin du navire Feodor Mikhaïlovitch Loukine
  30. médecin adjoint du navire Axel Eduardovitch Gnadeberg
  31. Ingénieur naval Diodor Mikhaïlovitch Changine
  32. Aumônier du navire hiéromoine Varlaam
  33. Maître de chapelle du navire Pavel Novikov

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger Chesneau et Eugène M. Koleśnik, Conway's All the World's Fighting Ships (1860-1905),‎ 1979 [détail de l’édition]
  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921),‎ 1985 [détail de l’édition]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]