Traductions de la Bible en français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Traductions de la Bible.

Cet article décrit les traductions de la Bible en français. Les premières traductions ne sont pas toujours complètes. Les traductions ont pu être effectuées à partir du latin, ou bien à partir de l'hébreu pour l'Ancien Testament, et du grec pour le Nouveau Testament.

Avant l'imprimerie[modifier | modifier le code]

Inachevée et poursuivie au XIVe siècle par Jean de Sy et les Dominicains, Jehan Nicolas, Guillaume Vivien, et Jehan de Chambly.
Traduction et compilation des Histoires scholastiques de Pierre le Mangeur, la plus grande partie de la Bible (d'une traduction libérale), et un assemblage de gloses et d'autres matériaux de plusieurs sources. Le contenu des manuscrits est variable, et des versions successives semblent y ajouter des livres de la Bible qui manquaient à la traduction de Guyart.
  • 1377, Bible de Charles V
Traduction de Raoul de Presles dédiée au roi Charles V

Après l'imprimerie[modifier | modifier le code]

Traductions du XVe siècle[modifier | modifier le code]

1476, le Nouveau Testament[modifier | modifier le code]

Imprimé par Le Roy, Guillaume ; traduit à partir de la Vulgate latine : Pierre Farget (éditeur) et Julien Macho (éditeur) (trad. Guyart des Moulins), Nouveau Testament, Lyon, Buyer, Barthélemy (libraire),‎ 1476, [304] f. non signés. p. (lire en ligne)

1487, la Bible de Jean de Rély[modifier | modifier le code]

Imprimée pour la première fois à Paris et rééditée au moins dix fois dans les cinquante années qui suivirent. Il s'agit d'une Bible historiée, comme il est écrit au folio 353, éditée à partir d'un manuscrit tardif de la Bible historiale de Guyart des Moulins ou Desmoulins.

Traductions du XVIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1528, Ancien Testament de Jacques Lefèvre d'Étaples.
À partir de la Vulgate, imprimé à Anvers 1530, 1534, 1541. Révisée par Nicolas de Leuze (Anvers, 1548). Il s'agit de la première traduction intégrale des écritures hébraïques en français.
  • 1535, Bible d'Olivétan : première traduction réalisée à partir des textes originaux en hébreu et en grec.
Il introduit le mot Éternel pour rendre le tétragramme. Pierre Robert, dit Olivétan, est probablement un cousin de Jean Calvin, qui préface en latin l'ouvrage. La traduction est accompagnée de nombreuses notes d'érudition. Le Nouveau Testament suit le texte grec « majoritaire » compilé par Érasme de Rotterdam.
  • 1543, Cinquante psaumes avec mélodies : traduction anonyme des psaumes réalisée par Clément Marot.
  • 1560, Bible de Genève de Jean Calvin : en suivant la Bible d'Olivétan.

Traduction du XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1667, Nouveau Testament d'Antoine et Isaac Lemaître de Sacy "Selon l'édition Vulgate, avec différences du grec" ; les différences sont décrites dans d'abondantes notes marginales.
Imprimé à Amsterdam sous le nom de Gaspard Migeot libraire à Mons.
Blaise Pascal, et des écrivains influents tels que Robert Arnauld d'Andilly, Pierre Nicole, Pierre Thomas du Fossé, sous la férule du maître d'œuvre Louis-Isaac Lemaître de Sacy ont participé à la traduction de la Bible, traduction dite de Port-Royal (voir Logique de Port-Royal pour l'influence sur la syntaxe et la grammaire de la langue française).
  • 1696, Le Nouveau Testament de David Martin : révision de la Bible de Genève accompagnée de notes.

Traductions du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1702, Nouveau Testament de Richard Simon, oratorien qui a consacré sa vie à de nombreux travaux d’exégèse et de recherche critique sur le texte de la Bible. Il pratiquait le grec, l’hébreu, l’araméen (langue du Christ), connaissait les méthodes d’exégèse traditionnelle du judaïsme.
  • 1707, La Sainte Bible de David Martin : révision de la Bible de Genève accompagnée de notes. En ligne sur Martin 1707
  • 1707-1726, La Sainte Bible de Augustin Calmet : commentaire littéral sur tous les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament ; 1707 : la Genèse, 1726 : l'Apocalypse.
  • 1741, Bible de Charles de Cène, pasteur réfugié aux Provinces-Uies,

Traductions du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1847, Ancien Testament, H.-A. Perret-Gentil : en 2 vol., d'après le texte hébreu
  • 1876, Traduction nouvelle avec Notes et Commentaires par Edouard Reuss, traduction inspirée des méthodes exégétiques allemandes, en 17 volumes, plus un volume de tables générales. La publication s'échelonna de 1876 à 1881.
  • 1877, Le Nouveau Testament selon la Vulgate : traduit en français avec des notes par l'abbé Jean Baptiste Glaire, P. Didot.
  • 1880, Le Nouveau Testament et La Bible de Louis Segond : cette version originelle est devenue introuvable puisqu'elle a subi une révision en 1910 (après le décès de Louis Segond). La nouvelle version (Segond-1910) a été (et continue d'être) la plus largement utilisée par les protestants francophones[1]. Elle fait partie des Bibles en français dont le texte est actuellement dans le domaine public.
  • 1887, Les Saints Évangiles, traduction nouvelle : par Henri Lasserre. Revêtue de l'imprimatur.
  • 1899 L'Ancien et le Nouveau Testament avec une traduction française en forme de paraphrase par le R.P. de Carrières et les commentaires de Ménochius de la Compagnie de Jésus, Onzième édition, Lille, Edition A. Taffin-Lefort ; Paris, Éditions Roger et F. Chernoviz ; Édition X. Rondelet et Cie.
  • 1900, La Bible annotée Traduction et commentaire de l'Ancien Testament ; ouvrage collectif par une équipe de théologiens de Neuchâtel, sous la direction de Frédéric Godet (traduction de Félix Bovet).

Traductions du XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1902, La Bible du Rabbinat de Zadoc Kahn : avec de nombreux collaborateurs. Éditée en bilingue hébreu–français.
  • 1904, La Bible Fillion de Louis Claude Fillion : Primitivement destinée aux séminaristes. « Fillion s’en tient à une lecture traditionnelle des textes bibliques. Il utilise un langage précis et sans ostentation, ce qui constitue un avantage certain[1]. »
  • 1904, La Bible du chanoine Augustin Crampon : « L'abbé Crampon conserva la transcription Jéhovah du tétragramme YHWH Il essaye de préserver « une exactitude savante et minutieuse qui reproduise jusqu’aux nuances[1]. ». L'édition originale comportait six tomes avec le texte latin de la Vulgate en regard de sa traduction française. Une version en un seul volume (sans le texte latin), destinée à un large public, fut publiée dès 1904 et rencontra un grand succès auprès des catholiques jusqu'en 1950 (le but poursuivi était de concurrencer[réf. souhaitée] la Bible du protestant Louis Segond).
    • Cette Bible en un volume fut entièrement recomposée typographiquement (l'imprimerie ayant été détruite durant la première guerre mondiale) et par la même occasion corrigée et légèrement révisée, ceci en 1923. Le nom de Dieu Jéhovah est remplacé par Yahweh dans cette nouvelle édition améliorée. C'est cette édition de 1923 qui fut rééditée en 1989 par les Éditions DFT (Argentré-du-Plessis) qui la maintiennent toujours en disponibilité (plusieurs retirages).
  • 1910, version synodale de la Société biblique française (fondée en 1818).
  • 1910, La Sainte Bible, actuellement considérée comme la Bible Segond, en fait une révision réalisée après la mort de Louis Segond. En ligne sur BibleGateway.com
  • 1918, La Bible du Centenaire : sous la direction d'Alfred Lods et de Maurice Goguel, elle fête le centenaire de la Société Biblique. C'est la première édition protestante avec introductions et note faisant le point sur les travaux historiques et critiques de la science biblique de cette époque.
  • 1950 La Sainte Bible : par les moines de l'abbaye de Maredsous (Belgique), éditions Zech, Braine-le-Comte. Il s'agit de la première traduction catholique moderne de la Bible. Elle sera rééditée par les éditions Brepols en 1978 avec la collaboration de l'abbaye de Hautecombe. Une nouvelle édition sous le titre de Bible Pastorale paraîtra chez Brepols en 1997. Elle se trouve intégralement accessible avec un puissant moteur de recherche dans Internet depuis 2004: voir www.biblewww.net.
  • 1951, La Sainte Bible : nouvelle édition publiée[3]
  • 1953, Le Nouveau Testament par Emile Osty et Joseph Trinquet (Editions Siloé, Paris), nouvelle édition revue corrigée et augmentée.
  • 1955, La Bible de Jérusalem sous la direction de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem. « Réalisée par les meilleurs spécialistes des études bibliques, elle est actuellement la plus répandue en France et fait figure de “classique”[4]. » Première révision 1973. Voir 1998 (Seconde révision).
  • 1956, La Sainte Bible, Version Synodale, Huitieme revision, Lausanne, Societe biblique auxiliaire du Canton de Vaud.
  • 19561959, L'Ancien Testament d’Édouard Dhorme : Bibliothèque de la Pléiade : (NRF). « Fruit d’un travail collectif, la traduction très littérale de l’Ancien Testament sous la direction d’Édouard Dhorme (un des meilleurs sémitisants français de l'époque), offre des solutions intéressantes pour rendre non seulement le sens du texte, mais aussi sa forme. »[1]. « Pour ceux qui n'ont pas accès aux langues originales dans lesquelles la Bible fut rédigée, cette traduction reste un bon instrument de travail[5]. » Voir description à : Alliance biblique française.
  • 1970, La Bible Osty, du chanoine Émile Osty associé à Joseph Trinquet (Éditions Rencontre – Lausanne ; puis Le Seuil en 1973, pour l'édition complète en un volume). Elle se distingue par sa grande fidélité à l'original hébreu et araméen (sens du texte et genres littéraires scrupuleusement respectés) pour l'Ancien Testament et au grec pour le Nouveau Testament. De plus, cette bible bénéficie d'introductions très détaillées aux différents livres bibliques ainsi que de substantielles notes en bas de page (mise en contexte socio-historique ; explications d'allusions obscures ; précisions géographiques...) pour parvenir à comprendre le texte biblique dans toute sa subtilité. Voir description à: Alliance biblique française.

Le chanoine Emile Osty a été, pendant de longues années, professeur d’Écritures Saintes à l'Institut Catholique. Quant à Joseph Trinquet, il a enseigné l'Exégèse Biblique au Grand Séminaire de Paris.

  • 1997, révision de la Bible en Français Courant.
  • 1997, Bible Pastorale: nouvelle édition de La Sainte Bible traduite par les moines de l'abbaye de Maredsous (Belgique) et publiée pour la première fois en 1950. La Bible Pastorale conserve la traduction originelle (1950) du P. Georges Passelecq (initialement appelé P. Paul - nom religieux) mais les introductions, annotations, tables liturgiques, lexique, sont entièrement nouveaux. Publiée par les éditions Brepols, elle est distribuée électroniquement sur Internet (www.biblewww.net) par Informatique & Bible (Abbaye de Maredsous, Belgique) depuis 2004 avec un puissant moteur de recherche (knowhowsphere).
  • 2000, La Bible Parole de Vie. « Les traducteurs utilisent le travail du linguiste Georges Guggenheim qui dans les années 1950 a défini, à la demande de l’Unesco, les limites du « français fondamental » (utilisation d'un vocabulaire de base d'environ 3500 mots) [1]. » Voir description à : Alliance biblique française.
  • 2000, révision de la Bible du Semeur sous la direction d'une quinzaine de théologiens évangéliques francophones. Voir description à : Alliance biblique française.

Traductions du XXIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 2001 : La Bible d'Alexandrie ; le Pentateuque en un seul volume.
  • 2001, La Bible, nouvelle traduction de Bayard Presse : Inspirée par une recommandation de Vatican II qui recommandait non seulement d'ouvrir largement l'accès de la Bible aux chrétiens, mais demandait explicitement de faire des éditions à l'usage des non-chrétiens. « Il est difficile de caractériser globalement ces traductions, que l'on devrait parfois appeler "ré-écritures", les traducteurs en partenariat ayant suivi leurs propres cheminements, sans avoir cherché à coordonner leurs travaux[9]. » Voir description à: Alliance biblique française.
  • 2004 Édition nouvelle de La Bible expliquée, désormais double (une version pour chacun des canons catholique et protestant) et augmentée de 4000 notices explicatives en plus des commentaires , destinées au public moyen, visant à améliorer grandement la compréhension du texte. Jean-Louis d'Aragon salue les « qualités de [sa] présentation »[10] ; Paul-Irénée Fransen lui reproche la modernité de la langue, « en gommant systématiquement les hébraïsmes[11]. » C'est une bible qui a adopté la traduction par équivalences (pour être compréhensible de tous en ce XXIe siècle) et non une traduction littérale voire universitaire qui ne s'adresserait qu'à des spécialistes...
  • 2007, Ancien Testament interlinéaire : édition de l'Alliance biblique universelle, rassemblant le texte hébreu de la Biblia Hebraica Stuttgartensia accompagné d'une traduction littérale, ainsi que la TOB et La Bible en français courant.
  • 2011 ZeBible[13] : Le texte de la Bible est le français courant, incluant les deutérocanoniques entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Publiée par l'alliance biblique française[1] à destination des jeunes. Les annotations et commentaires dans la marge et non en bas du texte facilitant notamment la lecture. Voir description à : Alliance biblique française
  • 2013, Nouvelle traduction officielle liturgique, publiée par les évêques catholiques francophones, à l'usage des assemblées et de la lecture publique[14],[15].
  • 2014, Bible de Maredsous : nouvelle édition revue par les moines bénédictins de l'Abbaye de Maredsous, publiée en grands caractères[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Versions de la Bible en français », sur La Bible, Alliance biblique française,‎ mars 2007.
  2. Bible Darby, édition 1980, Éditions et publications chrétienne, préface, page V.
  3. sous le patronage de la Ligue Catholique de l'Évangile et la direction du cardinal Lienart, avec le concours de Henri Renard, doyen de la faculté de théologie de Lille, A. Clamer, consultant de la Commission Biblique, A. Coppens, professeur à l'Université de Louvain, A. Gelin, professeur aux Facultés Catholiques de Lyon, R. Leconte, professeur aux facultés Catholiques de Lille, J. Starcky, professeur à l'Institut catholique de Paris, Daniel-Rops, agrégé de l'Université.
  4. Présentation des Éditions du Cerf
  5. Pierre Gibert, Comment la Bible fut écrite, Centurion-Bayard, 1995.
  6. a et b Francine Kaufmann, « Traduire la Bible et le Coran à Jérusalem : André Chouraqui »,‎ 1998.
  7. Interface no  2000/79, 4e trimestre 2000)Portrait d’une Bible : la Bible de Chouraqui, « une traduction décapante »
  8. Les Témoins de Jéhovah – Prédicateurs du Royaume de Dieu, p. 608.
  9. Thomas P. Osborne, Autour de "La Bible : Nouvelle traduction" de Bayard Presse [1]
  10. « La Bible expliquée », Jesuites.
  11. Paul-Irénée Fransen, « Interface », BE, Cibmaredsous,‎ décembre 2004.
  12. « Qu'est-ce que la Segond 21 ? », Univers de la Bible.
  13. « Ze Bible », Alliance biblique.
  14. Une nouvelle traduction de la Bible pour la liturgie, La Croix 15 novembre 2013
  15. Lire en ligne la traduction officielle liturgique sur le site de l'AELF
  16. « Bible de Maredsous », sur site de l'Abbaye de Maredsous (consulté le 30/08/2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Lortsch, Histoire de la Bible en France, 1910. [lire en ligne]
  • Jean-Marie Auwers (Dir.), La Bible en français. Guide des traductions courantes, coll. Connaître la Bible, n°11-12, Bruxelles, Lumen Vitae, 2002, 2e éd. augmentée, 144 p., ISBN 2-87324-170-5.
  • P.-M. Bogaert et R.-F. Poswick (Dir.), Les Bibles en français. Histoire illustrée du moyen âge à nos jours", Turnhout-Paris, Brepols, 1991, 280 p., ISBN 2-503-50059-5.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Diverses Bibles en ligne
Bible en livre audio