Pierre Robert Olivétan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Robert Olivétan

Nom de naissance Louys Robert
Autres noms Olivelanus
Activités Théologien
Réformateur religieux
Homme de lettres
Enseignant
Pédagogue
Naissance vers 1509
Noyon (Picardie)
Décès aout 1538
Rome
Langue d'écriture latine,hébraïque, grecque et française
Mouvement Réforme protestante
Calvinisme
Genres traduction
pédagogie

Œuvres principales

Louys Robert, plus connu sous celui de Pierre Robert Olivétan (1506,1538), était un érudit humaniste français né à Noyon vers 1506 et mort à Rome en 1538. Cousin de Jean Calvin, il fut l'auteur de la première traduction protestante de la Bible en français à partir des textes originaux (en hébreu et en grec). Né Louys Robert, il adopta le prénom de Pierre. Quant à son surnom "Olivétan", il lui vient de sa grande consommation d'huile d'olive pour s'éclairer, autrement dit de son impétuosité au travail.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1528, il dut quitter Orléans où il était inquiété pour ses idées « luthériennes ».

Il étudia le grec et l'hébreu de 1528 à 1531 à Strasbourg. Ensuite, recommandé à Guillaume Farel par Boniface Wolfhard, il fut engagé comme maitre d'école par le conseil de la ville de Neuchâtel en 1531.

Le Synode de Chanforan, qui rassembla 120 Barbes Vaudois près du village d'Angrogne du 12 au 17 septembre 1532, le chargea d'établir une traduction en français de la Bible. Les membres de l'Assemblée n'hésitèrent pas à investir dans l'affaire la somme de 500 écus d'or pour financer cette édition, à condition que Pierre Robert Olivétan reste parmi eux et qu'il continue d'exercer le métier de maitre d'école pendant qu'il établirait le texte.

La préface qu'il rédigea pour la première édition de sa traduction indique qu'il termina celle-ci « Des Alpes », le 12 février 1535.

En mars 1535, il était à Serrières pour vérifier les épreuves de l'imprimeur, puis retourna en juillet 1535 dans les Vallées vaudoises de Piémont.

De 1536 à 1538, il exerça le métier de maitre d'école à Genève où il fut aussi le précepteur des enfants du conseiller municipal Jean Chautemps.

En 1538, il voyagea en Italie. Sa mort survint probablement en août, à Rome, où il fut peut-être empoisonné. On l'apprit à Genève en janvier 1540 seulement.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Sa traduction de l'Ancien Testament s'appuya sur le texte hébreu des Massorètes, et celle du Nouveau Testament sur le texte grec d'Érasme.

Elle fut publiée le 4 juin 1535 sur les presses de l'imprimerie de Pierre de Wingle, située à Serrières et fut re-publiée la même année à Neuchâtel sous le titre La Bible Qui est toute la Saincte scripture, accompagnée d'une préface en latin de Jean Calvin. Elle est aujourd'hui connue sous le nom de « Bible d'Olivétan ».

Il introduit le terme « L'Éternel » pour traduire le tétragramme יהוה, YHWH (YAHWEH) de la bible hébraïque et opte à quelques endroits pour la forme Jéhovah.

Le travail d'Olivétan fut la base de la « Bible de Genève » de Jean Calvin, en 1560, puis de sa révision en 1588 par Théodore de Bèze et Corneille Bertram. La diaspora des émigrés protestants, appelés aussi huguenots, a diffusé cette bible dans le monde entier.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2003, l'Église Réformée de France regroupe plusieurs activités d'éditions protestantes sous le nom d'éditions Olivétan en hommage à ce traducteur. La maison d'édition est issue du Réveil (journal protestant de la région lyonnaise) qui avait repris les éditions Des bergers et des mages et la SED. (source : site internet).

Liens externes[modifier | modifier le code]