Imprimatur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

L'imprimatur (littéralement : qu'il soit imprimé !) est une autorisation officielle de publier, donnée par une autorité de l'Église catholique romaine. Elle est décrite dans le droit canonique, et donnée par l'ordinaire du lieu (l'évêque). Elle a pour origine la bulle pontificale Inter sollicitudines de 1515.

L'imprimatur de l'Église catholique romaine contient un à trois cachets, chacun suivi d'une signature : imprimi potest, nihil obstat, et imprimatur.

Nihil obstat et imprimatur

Œuvres soumises à l’imprimatur[modifier | modifier le code]

Les sections 822 à 832 (Les moyens de communication sociale et en particulier les livres) du droit canonique moderne précisent quelles sont les œuvres nécessitant une permission d'imprimer (l'imprimatur). Il s'agit de textes religieux (livres de prière, livres liturgiques, catéchismes, bibles, livres de théologie ou de droit canonique, livres d'histoire ecclésiastique, livres d'instruction religieuse), ou traitant de questions religieuses ou morales (lorsqu'ils sont distribués dans des lieux de culte), ou des réimpressions de publications de l'autorité ecclésiastique locale.

Le droit canonique permet également à l'évêque de demander que certains autres types d'écrits soient soumis à son examen.

Imprimi potest[modifier | modifier le code]

Imprimi potest (peut être imprimé) indique, dans le cas d'une œuvre écrite par un membre d'un ordre religieux, qu'elle a été lue et approuvée par le supérieur de l'ordre ou son représentant. La mention est parfois remplacée par Permissio superiorum (permission du supérieur).

Nihil obstat[modifier | modifier le code]

Nihil obstat (rien ne s'y oppose) est une approbation officielle donnée par un censeur (le censor librorum) délégué de l'Église catholique romaine pour éditer un travail traitant de la foi, de la morale, de la liturgie, un livre de prière ou encore traitant des Saintes Écritures, l'auteur étant généralement un membre du clergé ou d'un ordre religieux. La mention signifie ainsi que la publication est exempte d'erreur doctrinale et n'est pas contraire à la morale catholique.

« Par extension et plaisamment, « Mettre son nihil obstat à quelque chose », ne pas s'y opposer, ne pas y faire obstacle. » Dictionnaire de l'Académie française, 9e édition[1].

Imprimatur[modifier | modifier le code]

Imprimatur (qu'il soit imprimé) indique que l'œuvre a été autorisée à la publication par l'évêque du diocèse, ou une autre autorité ecclésiastique. Il garantit qu'elle ne contient aucun élément contraire à la foi ou la morale catholique. Il n'indique pas que l'évêque est en accord avec son contenu, ou que celui-ci est exact.

Ces autorisations sont indiquées sur une des premières pages de l'œuvre (au verso du titre ou du faux-titre), le plus souvent accompagnés de la date et du lieu de chaque signature, à l'instar de nombreux documents légaux.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Faith Facts: Nihil Obstat and Imprimatur, Catholics United for the Faith lire en ligne
  • Code de droit canonique, sections 822-832 lire en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]