Tillières-sur-Avre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune de Maine-et-Loire, voir Tillières
Tillières-sur-Avre
La mairie de Tillières-sur-Avre.
La mairie de Tillières-sur-Avre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Verneuil-sur-Avre
Intercommunalité Communauté de communes interrégionale du Pays de Verneuil-sur-Avre
Maire
Mandat
Michel François
2008-2008
Code postal 27570
Code commune 27643
Démographie
Population
municipale
1 131 hab. (2011)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 32″ N 1° 03′ 26″ E / 48.7589, 1.0572 ()48° 45′ 32″ Nord 1° 03′ 26″ Est / 48.7589, 1.0572 ()  
Altitude Min. 128 m – Max. 179 m
Superficie 16,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte administrative de l'Eure
City locator 14.svg
Tillières-sur-Avre

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Tillières-sur-Avre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tillières-sur-Avre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tillières-sur-Avre

Tillières-sur-Avre est une commune française, située dans le département de l'Eure en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tillières-sur-Avre, comme son nom l'indique, est traversée par l'Avre, qui est un affluent de l'Eure et donc un sous-affluent de la Seine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une motte féodale avec habitation datant du IXe siècle, transformée par le duc Richard II de Normandie en place fortifiée par des palissades, fossés, mortier et des moellons. La région du Drouais au Nord de la rivière Avre (et donc appartenant au duché de Normandie) fut accordée en 1003 par le duc Richard II comme dot pour le mariage de sa sœur Mahaut (Mathilde) au comte Eudes de Chartres (Eudes II de Blois). Sa sœur mourut sans héritier en 1006, et donc le duc estima que la terre accordée en dot lui revenait de fait. Ce que contesta le comte Eudes. Une bataille eut lieu à Tillières entre les Normands et les Français (Eudes de Blois, Hugues III du Maine) et où les Français furent mis en totale déroute. Hugues, le dernier à partir du champ de bataille, s'enfuit à bride abattue, son cheval creva sous lui quelques lieues plus loin, il se débarrassa de toute son armure, armes, en les cachant dans des fourrés ... et se déguisa en berger avec des vêtements trouvés sur place. Les Normands qui l'interrogèrent pour avoir des nouvelles du fuyard qu'ils poursuivaient ne le reconnurent pas, et c'est seulement la nuit venue que Hugues gagna à pieds nus et en berger ses terres ...

Ensuite les parties ravagèrent les contrées de leurs adversaires, et selon Guillaume de Jumièges, la guerre prit fin en 1014 par le traité de paix de Coudres. On tomba d'accord (et on ne pouvait faire autrement) que la frontière définitive serait l'Avre: Tillières (sur la rive gauche) redevint normande, Dreux reste française. Tillière fit face jusqu'au XIIIe siècle au Thymerais et à la menace des puissants barons de Châteauneuf-en-Thymerais fidèles aux rois de France qui possédaient non loin de là du château de Brezolles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Tillières-sur-Avre

Ces armes peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

d'argent à la bande d'azur chargée de trois billettes d'or et accompagnée de deux lions de gueules, celui de la pointe contourné

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Gilles CONAN puis Christiane Vasse    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 131 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
925 408 899 1 007 1 125 1 283 1 304 1 280 1 301
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 252 1 229 1 422 1 242 1 203 1 121 1 240 1 140 1 096
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 094 1 108 1 149 1 300 1 539 1 423 954 1 307 1 310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 164 1 163 1 267 1 174 1 185 1 179 1 211 1 131 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Wendehausen

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :