Street Fighter (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Street Fighter.

Street Fighter : L'ultime combat

Titre québécois Le Bagarreur de rue
Titre original Street Fighter
Réalisation Steven E. de Souza
Scénario Steven E. de Souza
Acteurs principaux
Sociétés de production Capcom Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Japon Japon
Genre Action
Sortie 1994
Durée 102 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Street Fighter : L'ultime combat[1] est un film américain réalisé par Steven E. de Souza, sorti en 1994. C'est une adaptation cinématographique de l'univers et les personnages de la série de jeux vidéo Street Fighter édités par Capcom.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1995. Le Shadaloo, pays asiatique, est en proie à la guerre civile depuis 7 mois. La rébellion est menée par le général M. Bison. Suite à une nouvelle attaque, il prend 63 membres d'une organisation humanitaire en otages, ainsi que trois soldats, dont Carlos « Charlie » Blanca (ami du colonel Guile). Dans un message télévisé, Bison impose un délai de 72 heures à l'Organisation des Nations unies pour le versement d'une rançon de 20 milliards de dollars contre leur libération.

De son côté, le colonel Guile monte une opération afin de mettre Bison hors d'état de nuire. Il doit préparer l'offensive alors que certaines personnes préfèreraient la négociation. De plus Guile doit arrêter le clan Shadaloo mené par l'ancien champion de Muay thaï, Sagat. Ce dernier, devenu trafiquant, organise avec l'aide de son meilleur homme Vega des combats clandestins. Ils sont tous deux arrêtés, tout comme Ryu et Ken, deux jeunes karatéka tout juste sortis du dojo. Les deux jeunes hommes souhaitent cependant négocier leur libération avec le colonel Guile. Celui-ci accepte à la condition qu'ils l'aident à s'infiltrer dans la base secrète de Bison. Dans l'ombre, une organisation secrète mise en place par la journaliste Chung-Li Zang, tente elle aussi d'arrêter Bison ; celui-ci serait responsable de la mort de son père…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre français complet : Street Fighter : L'ultime combat
  • Titre original : Street Fighter
  • Titre québécois : Le Bagarreur de rue[1]
  • Réalisation : Steven E. de Souza
  • Scénario : Steven E. de Souza
  • Musique : Graeme Revell
  • Photographie : William A. Fraker
  • Montage : Edward M. Abroms, Donn Aron, Dov Hoenig, Anthony Redman et Robert F. Shugrue
  • Décors : William J. Creber
  • Costumes : Deborah Kramer
  • Production : Edward R. Pressman, Kenzo Tsujimoto, Akio Sakai, Sasha Harari et Tim Zinnemann
  • Sociétés de production : Capcom Entertainment
  • Distribution :
Drapeau des États-Unis États-Unis : Universal Pictures
Drapeau de la France France : Columbia TriStar Films
Drapeau des États-Unis États-Unis : 23 décembre 1994
Drapeau de la France France : 12 avril 1995

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce qu'indique le générique de début, le film n'est pas vraiment fondé sur Street Fighter II mais Super Street Fighter II: The New Challengers, tous les personnages de ce dernier y apparaissant à l'exception de Fei-Long "remplacé" par le personnage de Sawada.

Dans une interview donnée à GamePro, Steven E. de Souza avoue qu'il n'a pas voulu faire un film classique d'arts martiaux, mais plutôt un mélange Star Wars, James Bond et un film de guerre[2].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été principalement tourné dans l’État du Queensland en Australie, notamment à Gold Coast et Brisbane[3]. Quelques extérieurs ont été tourné à Bangkok en Thaïlande pour simuler le pays fictif de Shadaloo.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Street Fighter Soundtrack

Bande originale par divers artistes
Sortie 6 décembre 1994
Enregistré 1994
Durée 57:19
Genre Rap, rock
Producteur 88 X Unit, King Tech, Chris Large, Mr. Freaknasty, The Pharcyde, Paris, CMT, E-A-Ski, Joe Quixx, Easy Mo Bee, Chuck D, D'Mag, Lay Law
Label Priority Records
Critique

La bande originale de Street Fighter est un album publié par Priority Records. Elle contient principalement des chansons de rap. L'album rencontre un bon succès aux États-Unis : il se classe notamment 135e au Billboard 200 et 34e au Top R&B/Hip-Hop Albums. Le titre "Something Kinda Funky" se classe 39e au Hot Rap Songs.

Un album reprenant les compositions originales de Graeme Revell est sorti en décembre 1994 sur le label Varèse Sarabande[5].

Liste des titres[modifier | modifier le code]

  1. "Street Fighter"- 4:59 (Ice Cube)
  2. "Come Widdit"- 4:50 Ahmad, Ras Kass & Saafir)
  3. "One on One"- 3:30 (Nas)
  4. "Pandemonium"- 4:21 (The Pharcyde)
  5. "Street Soldier"- 4:27 (Paris)
  6. "Something Kinda Funky"- 4:14 (Rally Ral)
  7. "It's a Street Fight"- 3:51 (B.U.M.S.)
  8. "Life as…"- 2:48 (LL Cool J)
  9. "Do You Have What It Takes?"- 4:36 (Craig Mack)
  10. "Straight to My Feet"- 4:00 (Hammer & Deion Sanders)
  11. "Rumbo in da Jungo"- 2:49 (Public Enemy & Wreck League)
  12. "Rap Comando"- 3:14 (Anotha Level & Shaylin Walsh)
  13. "Worth Fighting For"- 4:38 (Angélique Kidjo)
  14. "Something There"- 5:02 (Chage and Aska)

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a reçu de très mauvaises critiques des spectateurs, qu'ils soient fans du jeu vidéo ou non. Les personnages sont adaptés un peu trop librement selon les fans : ainsi, Dhalsim devient un scientifique de laboratoire, les personnages de Charlie Nash et Blanka sont mélangés, Honda est Hawaiien, Sagat est plus petit que le personnage original, Guile n'a pas l'accent américain bien que vivant aux États-Unis et Ryu n'est pas le personnage principal.

Le film est présent dans la liste des pires films de tous les temps sur AlloCiné.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Street Fighter est le dernier film de Raúl Juliá. L'acteur portoricain mourut peu avant la fin du tournage. Le film lui est dédié. Au début du générique de fin, on voit un message disant « Raul, vaya con Dios » : « Raul, Que Dieu t'accueille dans son paradis ».
  • Une nouvelle adaptation a vu le jour en 2009 : Street Fighter: Legend of Chun-Li. Au départ, Jean-Claude Van Damme était censé reprendre le rôle de Guile, mais il a préféré décliner l'offre.
  • Le film a fait l'objet de l'épisode de Ciné Raté n°1.
  • C'est le 1er film où Patrice Baudrier fait la voix Française de Van Damme, qui depuis double l'acteur dans tous ses films (sauf le Grand Tournoi qui est doublé par Jean-Philippe Puymartin & 1 épisode de Friends où Gérard Rinaldi se charge de la voix de l'acteur.

Distinction[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Le film est tiré de la série de jeux Street Fighter. Le film connaîtra lui-même une transposition en jeu vidéo, The Movie, qui n'a pas eu de succès car elle n'égalait pas les jeux originaux. Une version pour borne d'arcade a également été commercialisée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]