Good Morning, Vietnam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Good Morning, Vietnam

Réalisation Barry Levinson
Scénario Mitch Markowitz
Acteurs principaux
Sociétés de production Touchstone Picture
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Guerre du Vietnam et la censure
Sortie 1987
Durée 120 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Good Morning, Vietnam est un film américain avec Robin Williams, réalisé par Barry Levinson et produit par Touchstone Pictures ayant eu sa première sortie le 23 décembre 1987 aux États-Unis[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Viêt Nam, 1965 : la guerre du Viêt Nam a commencé depuis presque deux ans. L'animateur radio Adrian Cronauer arrive directement de Crète à Saïgon. Il vient prendre un poste à la radio de la zone démilitarisée, Radio-Forces Armées Saigon, et est accueilli par son futur adjoint, le première classe Edward Garlick. Cronauer n'est lui aussi qu'un simple soldat de l'aviation, mais c'est déjà un animateur au succès reconnu, et c'est pour cela que le général Taylor l'a spécialement fait venir de Crête. A la radio, il fait la connaissance de ses collègues, et de ses deux supérieurs directs : le lieutenant Hauk, qui commande l'équipe des animateurs, et le sergent-major Dickerson, qui commande la station. Hauk est un incompétent, peu respecté des hommes qu'il a sous ses ordres, et son incompréhension du goût du public et du sens de l'humour le ridiculise encore plus. Dickerson est un ancien des forces spéciales, militaire de carrière mais réformé à cause d'un problème médical, et est beaucoup plus vachard que son subordonné envers le manque de respect dû à son rang. Entre lui et Cronauer, peu enclin au "service-service", les frictions sont présentes dès le premier jour.

Cronauer se montre à la hauteur de sa réputation : faisant des imitations de vedettes connues, jouant de calembours ou interprétant différents personnages loufoques, et passant de la musique "non recommandée", il ouvre toujours son émission par un "Good morning, Vietnam" assourdissant. Hauk ne comprend pas son humour, ne supporte pas sa musique, mais le reste de la station est emballé, et les GI's encore plus. Dans le même temps, Cronauer fait la connaissance de Jimmy Wah, tenancier du bar préféré des soldats. Il rencontre également une jeune fille, Trinh, qui semble insensible à son charme. Cronauer la suit jusqu'à sa classe d'anglais, et en échange d'un pot-de-vin, prend la place du professeur : à la place d'un anglais littéraire, il enseigne à sa classe de Vietnamiens l'argot des rues, ce qui améliore considérablement la motivation des élèves, d'âges très disparates.

Tuan, un autre élève, repère vite le manège de Cronauer et met le holà : il est le frère de Trinh, et se méfie des Américains comme Cronauer qui veulent séduire les jeunes filles de son pays. Pour le mettre dans sa poche, Cronauer l'invite à boire une bière chez Jimmy. Malheureusement, deux GI's irrités par Cronauer prennent à partie Tuan, ce qui déclenche une bagarre. Cronauer est sévèrement réprimandé par Dickerson, mais celui-ci ne peut vaincre l'apparente désinvolture de l'animateur. Quant à Hauk, il ne supporte plus la façon de Cronauer d'annoncer les nouvelles et la météo, faisant des blagues et des calembours qui ne lui plaisent pas du tout. Bien qu'Adrian ne lise que ce qui lui est permis de révéler, ses interventions irrévérencieuses froissent les sensibilités du lieutenant. Mais le public est conquis, et les appels d'encouragement à la station se multiplient. Cronauer commence à jouer avec la limite, en inventant des nouvelles fabriquées de toutes pièces, puis en ridiculisant une intervention de l'ex-vice-président Nixon, en trafiquant la bande de son discours. Le général Taylor, malgré la demande conjointe de Hauk et de Dickerson, le couvre, estimant qu'il fait beaucoup de bien aux soldats, qui se pressent autour du transistor lors de ses interventions à 6h et 16h. Il ordonne notamment à Dickerson d'arrêter ses récriminations contre l'animateur, tout chef de la station qu'il est.

Cronauer continue ses cours d'anglais, et décroche un rendez-vous "privé" avec Trinh. En fait de privé, Trinh est accompagnée par une dizaine de membres de sa famille, qui jouent les chaperons. Trinh elle-même ne semble pas très enthousiaste devant les efforts de l'Américain, et lui explique qu'ils ne peuvent pas avoir une relation normale, compte tenu de leurs différences. Mais alors qu'Adrian est attablé chez Jimmy, Tuan lui conseille de venir avec lui car Trinh le demande. Cronauer sort du bar juste avant que celui-ci n'explose, tuant deux soldats. L'animateur est secoué par ce drame, qui se passe juste avant son temps d'antenne. Arrivé à la station, il a ordre de ne pas parler de l'attentat, "non officiel" selon l'Armée. Il dépasse cette fois-ci la limite, en s'enfermant dans le studio et en parlant de l'explosion, et des morts et blessés qui en ont découlé. C'est Dickerson qui met fin lui-même à l'émission, et obtient la mise à pied de Cronauer, remplacé au pied levé par Hauk, en attendant de trouver un remplaçant. Pendant que Cronauer prend un peu de temps pour visiter le village de Trinh et Tuan, Hauk, fier d'avoir enfin son émission, fait des imitations stupides à l'antenne, et ne passe que de la polka, à la place du rock 'n' roll que Cronauer préférait. En très peu de temps, les GI's font savoir leur gigantesque mécontentement face à ce changement de ton, mécontentement qui est partagé et relayé par l'ensemble du reste de l'équipe des animateurs. Taylor réintègre rapidement Adrian, mais celui-ci ne souhaite pas reprendre, en ayant assez de la censure imposée par la station. C'est face à de jeunes soldats en route pour Nha Trang, pour lesquels il fait une intervention "live", qu'il accepte de retourner à son poste.

Pendant ce temps, la guerre s'amplifie : les troupes américaines passent de 75 000 à 400 000 hommes. La police et l'armée sud-vietnamienne matent la contestation dans le sang. Cronauer est alors envoyé en mission à An Lac, avec Garlick. C'est Dickerson qui a autorisé la mission, malgré l'opposition viscérale de Hauk envers tout ce qui peut impliquer Cronauer ; Dickerson sait que les routes vers An Lac sont contrôles par les Vietcongs, mais y envoie tout de même ses deux hommes. Leur jeep saute sur une mine, et les rebelles tentent de les débusquer. Ils sont sortis de la jungle par Tuan, venu les trouver après avoir appris où ils se trouvaient, et c'est un Huey qui les ramènent à Saigon. A la station, Dickerson tient sa revanche, et annonce à Adrian qu'il doit faire ses valises : le renseignement a découvert que Tuan, alias Phan Duc Tho, est un Vietcong, notamment recherché pour l'attentat du bar de Jimmy. Son amitié avec Cronauer oblige Taylor à le lâcher et le renvoyer au pays. Dickerson n'aura pas le temps de savourer sa victoire, puisque Taylor le fait muter à Guam. Adrian se précipite voir Trinh, afin qu'elle prévienne son frère, en danger de mort. Ils rejoignent Tuan, et lui et Cronauer s'expliquent vertement : pour Adrian, Tuan a trahi son amitié et sa confiance, alors qu'il était son meilleur ami au Viêt Nam. Tuan lui répond que sa mère, son frère ainé sont morts à cause des Américains, qui sont venus de loin pour tuer son peuple ; il n'est pas l'ennemi, pour lui c'est Adrian l'ennemi, et il a été assez idiot pour lui sauver la vie par deux fois.

Cinq mois après son arrivée à Saïgon, Cronauer repart donc aux États-Unis, non sans avoir organisé une partie de softball avec sa classe, et avoir dit au revoir à Trinh. Il laisse également une bande-son à Garlick : ses adieux aux troupes, que son adjoint passe lui-même à l'antenne, et qui sont tout aussi irrévérencieux qu'avant.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Sorties au cinéma[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[2].

Réception[modifier | modifier le code]

Le film a été un grand succès commercial, rapportant 123 922 370 $ au box-office américain, ce qui le place au quatrième rang des films sortis en 1987 ayant le plus rapporté aux États-Unis[3].

Il a obtenu de très bonnes critiques, recueillant 91 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7,3/10 et sur la base de 32 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[4]. En 2008, le magazine Empire l'a classé à la 363e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste d'informations provient de l'Internet Movie Database[6].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film est basé sur les expériences réelles d'un disc jockey américain ayant eu un succès avec une émission de radio, empreinte de musique rock 'n' roll, sur la radio des forces armées[1].
  • Le film a été tourné principalement à Bangkok puis pour la dernière semaine de tournage à Phuket en Thaïlande, afin de filmer sur une île, les scènes dans la jungle tropicale et le village vietnamien[1].
  • Il a été parodié par les Nuls avec "Good Morning, Vatican" puis par les Guignols de l'info avec "Good Morning, Kaboul" et dans le film Street Fighter avec "Good Morning Shadaloo".

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]