Sociobiologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Comparaison entre l'homme et le cochon[1].

La sociobiologie est, en sciences du vivant, l'étude des fondements biologiques présumés des comportements sociaux recensés dans le règne animal. En sa qualité de synthèse, elle fait appel à un vaste rassemblement des savoirs accumulés au fil du temps sur l'origine et l'évolution des espèces.


Dès son apparition dans les années 1970, le corpus théorique de la sociobiologie a pour mauvaise fortune de raviver de violentes guerres d'idées. Dans la population en général, les thèmes les plus enflammés portent sur l'eugénisme, le nazisme, le racisme et le sexisme.

En contrepartie, une bonne partie de la communauté scientifique se montre réceptive notamment dans les domaines reliés de près et de loin à l'entomologie. Les limites de l'expérimentation sociale ayant été démontrées, plusieurs autres disciplines choisissent d'en reprendre les hypothèses à titre exploratoire, les redressent, les nourrissent et en construisent de nouvelles.

Dans l'ensemble, la synthèse des connaissances proposée par la sociobiologie en motive plusieurs. Tant et si bien que naissent des disciplines et des champs de recherches scientifiques, par ailleurs renouvelés en permanence. Plusieurs autres domaines d'études, dont l'écologie behaviorale, les sciences sociales et humaines, s'insurgent pour certains, et pour d'autres, moins radicales et même favorables, tiennent néanmoins, encore durant la seconde décennie du XXIe siècle, à se dissocier de la sociobiologie pour cause de réputation contaminée.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme sociobiologie, en anglais Sociobiology (en), est un néologisme occidental du XXe siècle. Bien qu'il puisse avoir été utilisé avant, ailleurs et dans un contexte différent, on le retrace aux États-Unis en 1946 [2], 1948[3], et en 1962[4] ,[5],[6]. En Europe francophone, on trouve l’occurrence socio-biologie en 1906 dans un contexte unifié de jurisprudence, médecine et responsabilité sociale [7]. Finalement, le terme est repris par Edward Osborne Wilson, biologiste, entomologiste, myrmécologue, à partir de 1971[8]. En 1975, il en propose la définition formelle dans son ouvrage Sociobiology: The new synthesis.</ref>. Douze ans plus tard, soit en 1987, en parait la traduction française sous le titre [9]. Le concept de sociobiologie est accepté en sons sens premier dès sa définition en tant que théorie et couramment utilisé durant les deux premières décades du XXIe siècle.

Contexte sociodynamique[modifier | modifier le code]

Titien (allégorie du temps)
                     Points de vue

Tant la théorie que le programme de recherche de la sociobiologie tirent leurs origines d'une accumulation de données doublées d'un éparpillement des connaissances typique des années 1960-1975.

Au tournant des années 1950, la densité des savoirs et le fourmillement des idées émergent pour la plupart de disciplines bien établies. Citons à titre d'exemple, toutefois incomplet, la zoologie, l'éthologie, l'entomologie, l'écologie, la sociologie, l'anthropologie, la biologie des populations, la génétique, la psychologie évolutionniste. Cet embrouillamini risque, selon Wilson, de freiner l'avancement de la science voire d'en favoriser les dérives. Tant et si bien que la nécessité voire l'urgence de regrouper les expertises à la même enseigne, s'impose à l'esprit scientifique.

Cette mission revient à la sociobiologie, souhaite Wilson. Car, l'un des objectifs fondamentaux de cette nouvelle science consiste, justement, à tisser des liens serrés avec les savoirs antérieurs et concomitants . Cette mission revient à la sociobiologie, souhaite Wilson. Car, l'un des objectifs fondamentaux de cette nouvelle science consiste, justement, à tisser des liens serrés avec les savoirs antérieurs et concomitants. Ceinturer ces connaissances tout en tenant compte de leur mouvement perpétuel, servirait de plate-forme solidement ancrée, partant, de tremplin transdisciplinaire à la fois flexible et structuré, par ailleurs à l'affût des percées scientifiques du moment et à venir.


Filiation des idées[modifier | modifier le code]

État de la question[modifier | modifier le code]

Éthologie, sociobiologie, biosociologie ?[modifier | modifier le code]

Critiques scientifiques et Science for the People[modifier | modifier le code]

En 1989, le groupe critique créé à partir de l'Université Harvard s'associe avec l'organisation Science for the People du chapitre de Boston, puis, peu de temps après avec le groupe The Sociobiology Study Group of Science for the People (en).

Évolution du corpus théorique de la sociobiologie[modifier | modifier le code]

Problématiques du XXIe Siècle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. C. Lavater. L'art de connaître les hommes par la physionomie (1775-1778). Figure comparée avec celle du cochon. T. IX, planche 564, p. 106. Idem, planche 577, p. 134 - Les gens rudes et grossiers, comparés aux pourceaux. p. 188. Table des matières, entrée Cochon. p. 21. Image correspondante obtenue sur Wikipedia commons
  2. Chez John Paul Scott, zoologue et généticien.
  3. Chez Charles F. Hockett, linguiste évolutionniste
  4. Utilisé par Stuart A. Altmann (en) biologiste américain. Recueil d'articles présentés à un congrès tenu les 27 et 28 avril 1962 sous l'égide de la New York Academy of Sciences.
  5. (en) Stuart A. Altmann, « A Field Study of the Sociobiology of Rhesus Monkeys, Macaca Mulatta », Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 102,‎ 15 décembre 2006, p. 330-435 (DOI 10.1111/j.1749-6632.1962.tb13650.x)
  6. (en) John Buettner-Janusch, The Relatives of Man : Modern studies of the relation of the evolution of nonhuman primates to human evolution, vol. 102, The New York Academy of Science,‎ 1962, p. 183 et suivantes
  7. Georges Auguste Morache. La responsabilité : étude de socio-biologie et de médecine légale. Paris: Alcan, 1906.
  8. The Insect Societies, Chapitre 22. The Prospects for a Unified Sociobiology: This important branch of behavioral biology should be joined with population biology Edward O. Wilson. pp. 400-403 (4 pages
  9. La Sociobiologie.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :