Altruisme réciproque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'altruisme réciproque dans le cadre de la biologie de l'évolution caractérise une coopération altruiste entre deux organismes, reposant sur l'aide proposée à perte et sans condition par chacun des organismes, et créant un bénéfice commun.

Définition[modifier | modifier le code]

Selon la théorisation du concept, proposée en 1971 par le biologiste et sociobiologiste américain Robert Trivers, cette notion d'altruisme caractérise le fait :

  • qu'un organisme exerce une action bénéfique envers un autre sans pouvoir en obtenir un retour direct ou contrôlé,
  • que lorsqu'un ou plusieurs autres organismes font de même, ces pratiques créent une situation favorable.

Les logiques de l'altruisme réciproque se distinguent de l'échange mutuellement consenti par le fait qu'il ne peut être amorcé que par un don à perte, sans recherche de contrôle de la situation. Des mécanismes de régulation sont identifiés, le plus évident étant qu'un geste altruiste qui coûte trop -en l'absence de bénéfice- finit par disparaître.

Exemples[modifier | modifier le code]

  1. Le partage de nourriture dans les groupes: Le partage consenti par ceux qui ont un excédent permet à l'ensemble du groupe de mieux équilibrer les disettes ou de s'organiser pour un approvisionnement plus rentable.
  2. Le partage de fichiers sur internet, qui repose au préalable sur le fait que chacun partage effectivement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Le Gnomunisme applique l'altruisme réciproque à tout ce qui est immatériel.