Arnouville-lès-Mantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mantes.
Arnouville-lès-Mantes
L'hôtel de ville
L'hôtel de ville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Guerville
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines
Maire
Mandat
Michel Taillard
2014-2020
Code postal 78790
Code commune 78020
Démographie
Population
municipale
864 hab. (2011)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 39″ N 1° 43′ 51″ E / 48.9108333333, 1.7308333333348° 54′ 39″ Nord 1° 43′ 51″ Est / 48.9108333333, 1.73083333333  
Altitude Min. 90 m – Max. 178 m
Superficie 9,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Arnouville-lès-Mantes

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Arnouville-lès-Mantes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnouville-lès-Mantes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnouville-lès-Mantes

Arnouville-lès-Mantes est une commune française du département des Yvelines, dans la région Île-de-France ; elle est située à environ 10 km au sud de Mantes-la-Jolie.

Ses habitants sont appelés les Arnouvillois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation d'Arnouville-lès-Mantes dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune d'Arnouville-lès-Mantes se situe sur la plateau du Mantois, dans le centre du département des Yvelines, à 10 km environ au sud de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 37 km environ au nord-ouest de Versailles, préfecture du département.

Elle est limitrophe de Breuil-Bois-Robert et Guerville au nord, de Rosay et Villette à l'ouest, de Boinville-en-Mantois et Hargeville à l'est et de Septeuil et Saint-Martin-des-Champs au sud.

C'est un terroir agricole, partiellement boisé, voué à la grande culture de céréales.

La commune est desservie par le CD 65 reliant Mantes-la-Jolie à Thoiry.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune appartient au bassin versant de la Seine, et plus précisément à celui de la Vaucouleurs, petit affluent de la Seine qui s'écoule à 3 km environ à l'ouest du village. Il n'existe aucun cours d'eau permanent dans le territoire communal, qui est cependant entamé dans sa partie ouest par des ravins, comme le ravin Pétélance, orientés vers le cours de la Vaucouleurs.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom latin Arnoni villa, attesté au IXe siècle, est devenu Arnouville en français.

Il se compose d'un nom de personne d'origine germanique, Arno, et du mot latin villa (exploitation agricole), qui donne en ancien français l'appellatif « -ville » (« ferme » , puis « village »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois seigneuries se partageaient le territoire d'Arnouville au Moyen Âge : Binanville, Souville et Arnouville.

La commune a pris le nom d'Arnouville-lès-Mantes en 1926 pour se distinguer d'Arnouville-lès-Gonesse, alors située dans le même département (Seine-et-Oise) qui a été renommée en Arnouville en 2010.

Le 24 juin 1944, un bombardier américain s'écrase sur le territoire de la commune d'Arnouville-lès-Mantes. Les sept aviateurs sautent en parachute et aucune victime n'est à déplorer[2]. La localité est libérée par l'armée américaine le 19 août 1944[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 864 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
604 619 635 665 635 660 670 635 634
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
605 603 586 549 534 520 529 510 472
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
422 453 429 396 425 353 364 399 379
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
469 450 508 551 699 742 794 864 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,5 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 25,7 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 13,4 %) ;
  • 48,6 % de femmes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 25,6 %, 45 à 59 ans = 23,8 %, plus de 60 ans = 14,4 %).
Pyramide des âges à Arnouville-lès-Mantes en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,5 
4,9 
75 à 89 ans
4,1 
8,3 
60 à 74 ans
9,8 
21,8 
45 à 59 ans
23,8 
25,7 
30 à 44 ans
25,6 
15,4 
15 à 29 ans
14,2 
23,5 
0 à 14 ans
21,8 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires d'Arnouville-lès-Mantes[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Michel Taillard[8] SE  
mars 2008 2014 Michel Taillard[1] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune d'Arnouville-lès-Mantes appartient au canton de Guerville et est rattachée à la communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, Arnouville-lès-Mantes fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[9],[10].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Arnouville-les-Mantes a adhéré depuis le 1er janvier 2011 à la communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines (CAMY).

Elle est par ailleurs membre de divers syndicats intercommunaux dont le syndicat intercommunal de la région des Yvelines pour l'adduction d'eau (SIRYAE).

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

Culture[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Église Saint-Aignan
  • Église Saint-Aignan : église datant du XIIe siècle, modifiée aux XVIe et XIXe siècles. Le clocher en tour carrée couvert d'un toit pyramidal en ardoise date de 1690.
  • Manoir du Plessis : maison munie d'une tourelle au centre de chaque façade, fut la résidence des seigneurs d'Arnouville.
  • La Croix Grise, probable menhir christianisé.
  • Château de Binanville.
  • Ruines du château de Souville, dépendant du château de Rosay.
  • Caves voûtées au lieu-dit Heurteloup.
  • Ruines de la chapelle Saint-Léonard.

Économie[modifier | modifier le code]

Population active et emplois[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

  • agriculture : la commune comptait, au recensement agricole de 2000, douze exploitations agricoles, dont neuf professionnelles, exploitant une surface de 903 hectares de SAU (surface agricole utile). Cette SAU, en baisse de 10,3 % par rapport au recensement de 1988, était consacrée quasi-exclusivement à la grande culture céréalière (903 hectares de terres labourables dont les deux-tiers en céréales). Il n'existe aucun élevage dans la commune[11].
  • Tourisme : la commune ne compte aucun hôtel, ni terrain de camping. On dénombre cependant 18 résidences secondaires, soit 5,1 % du nombre total de logements (chiffres 2007)[11].
  • Un site d'enfouissement technique de déchets non dangereux, exploité depuis 1998 par la société SITA Île-de-France (groupe Suez) dans une anciennes carrières de sable, a été fermé en septembre 2006[12].
  • Un projet d'installation d'éoliennes de grande taille entre Arnouville-lès-Mantes et Hargeville, présenté en 2004 par le groupe Total, a soulevé de nombreuses oppositions. La commune a refusé l'étude de faisabilité[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Arnouville-lès-Mantes », Union des maires des Yvelines (consulté le 18 avril 2011).
  2. http://www.xn--armes-dsa.com/bombardement-sartrouville-24-juin-1944.htm
  3. « Rapport d'évasion du 2Lt William E. Giffhorn (matricule O-747691) », Armées.com (site privé) (consulté le 3 juin 2011).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Arnouville-lès-Mantes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  7. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  8. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ 29 mars 2001.
  9. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  10. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  11. a et b « Arnouville-lès-Mantes (78020 - Commune) - Chiffres clés », Insee Statistiques locales (consulté le 3 juin 2011).
  12. « Au centre d'enfouissement : replanter pour préserver », Le Courrier de Mantes,‎ 27 décembre 2006 (consulté le 3 juin 2011).
  13. « Trente éoliennes au sud de Mantes ? », Le Courrier de Mantes,‎ 21 janvier 2004 (consulté le 3 juin 2011).