Jumeauville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jumeauville
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Guerville
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines
Maire
Mandat
Jean-Claude Langlois
2014-2020
Code postal 78580
Code commune 78325
Démographie
Population
municipale
584 hab. (2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 41″ N 1° 47′ 20″ E / 48.9113888889, 1.78888888889 ()48° 54′ 41″ Nord 1° 47′ 20″ Est / 48.9113888889, 1.78888888889 ()  
Altitude Min. 83 m – Max. 139 m
Superficie 7,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Jumeauville

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Jumeauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jumeauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jumeauville

Jumeauville est une petite commune agricole française des Yvelines (arrondissement de Mantes-la-Jolie, région Île-de-France). En 1351 : Jumeauvilla [1].

Ses habitants sont appelés les Jumeauvillois[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Jumeauville dans les Yvelines
Locator Dot.png

La commune de Jumeauville se trouve sur le plateau du Mantois à mi-distance entre Épône et Thoiry, à 6 km à l'ouest de Maule et à 15 kilomètres environ au sud-est de Mantes-la-Jolie. Le territoire communal s'étend essentiellement sur un plateau (altitude d'environ 125 mètres) voué à la grande culture. Il est traversé par une vallée relativement encaissée (altitude 90 m) orientée sud-est - nord-ouest dans laquelle le village est blotti et dont n'émerge que le clocher de l'église. Ce vallon se poursuit vers le nord-ouest vers Senneville où prend naissance le ru du même nom.

Les communes limitrophes en sont Épône au nord-est, Maule à l'est, Andelu au sud-est, Goupillières au sud, Hargeville au sud-ouest, Goussonville à l'ouest et Mézières-sur-Seine au nord.

Le territoire est essentiellement rural (94 %[3]) et peu boisé (environ 10 % de la surface en bois, dans la pointe nord de la commune. L'habitat est entièrement groupé dans le bourg, à l'exception de la ferme du logis située sur le plateau agricole au sud du village.

Fontaine Saint-Pierre

Située à l'écart des grands axes, la commune est desservie par la route départementale 158 qui la relie à la vallée de la Mauldre vers l'est et Mantes-la-Jolie vers le nord-ouest.

Un sentier de grande randonnée, le GR 26, passe dans les bois dans le nord de la commune.

La commune est desservie par la ligne SMTS de la société de transport Transdev Houdan.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Anciennement Gautmodvilla[4] qui évolua en Jumovilla.
  • Cité pour la première fois dans un acte de 1103 et concernant une donation aux moines de Maule.
  • Un château, depuis longtemps disparu, y aurait été construit en 1106 par Guillaume le Conquérant qui en serait parti, selon la légende, pour conquérir l'Angleterre[5]. Ce château aurait été situé sur le versant nord, au nord de l'église.
  • Au Moyen Âge, Jumeauville fut le siège d'une maladrerie dont il ne reste trace que dans la toponymie (lieu-dit « La Maladrerie » au nord-est du village) ainsi que le lavoir en forme de bassin rectangulaire[6]
  • Propriété des Marolles au XIIIe, des Massu au XVe, des Cochin au XVIIIe.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 584 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
405 396 363 373 393 401 400 413 416
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
433 413 415 1 420 416 408 434 381 385
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
355 365 363 331 330 318 299 270 332
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
340 346 354 552 532 554 582 586 584
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 22,3 %, plus de 60 ans = 20,5 %) ;
  • 51 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 19,1 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 17,7 %).
Pyramide des âges à Jumeauville en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
0,3 
7,3 
75 à 89 ans
5,7 
12,5 
60 à 74 ans
11,7 
22,3 
45 à 59 ans
22,1 
20,6 
30 à 44 ans
21,7 
16,4 
15 à 29 ans
19,1 
20,2 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Jumeauville[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2008 Pierre Seige[11]    
mars 2008 en cours Jean-Claude Langlois[2]    

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Jumeauville appartient au canton de Guerville et n'est rattachée à aucune communauté de communes.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, Jumeauville fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[12],[13].

Culture[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre-ès-Liens
  • Église Saint-Pierre-ès-Liens : l'église a été reconstruite en pierre meulière au XVIe siècle, après avoir été incendiée par les calvinistes le 15 juillet 1585. Elle est dotée d'un clocher massif de forme carrée.
  • Fontaine Saint-Pierre : ensemble pittoresque datant du XIXe siècle comprenant un lavoir à plusieurs bassins, dont certains abrités, une fontaine et un abreuvoir, alimentés par une source. Elle se situe au pied de l'église.
  • Ferme du logis : vestige d'un ancien château, où se pratique la cueillette publique des fruits et légumes.
  • Girouette originale en fer forgé, 81 Grande Rue.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Jumeauville se trouve sur le parcours de l'épreuve pédestre Paris-Mantes, 54 kilomètres à la marche, qui se déroule tous les ans début février depuis 1954. Une épreuve courte, 12 kilomètres de marche entre Jumeauville et Mantes-le-Jolie, a été rajoutée en 2002.
  • Ce village a servi de lieu de tournage pour la série télévisée de l'été 1989 « Orages d'été » avec Annie Girardot, pour les scènes du cimetière et du lavoir.

Économie[modifier | modifier le code]

Commune essentiellement agricole : grande culture de céréales (blé, maïs) et protéagineux (tournesol, pois, colza), horticulture.

La « ferme du Logis », dont les corps de bâtiments disposés autour d'une cour carrée datent du XVIIe siècle, pratique en saison la vente-cueillette de fruits et légumes. C'est la première à avoir lancé cette mode dans les Yvelines en 1977.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. LONGNON (Aug.), Pouillé de la Province de Sens (1904), p. 213,
  2. a et b « Jumeauville », Union des maires des Yvelines (consulté le 18 avril 2011).
  3. Donnée Iaurif 1999 (cf. liens externes)
  4. Mulon Marianne, Noms de lieux en IdF, 1997, p.44.
  5. La Grande histoire des Yvelines par Monique Bardy.
  6. Le Patrimoine des communes des Yvelines, éd Flohic.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  9. « Évolution et structure de la population à Jumeauville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  10. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  11. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ 29 mars 2001.
  12. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  13. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).