Perdreauville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Perdreauville
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Bonnières-sur-Seine
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines
Maire
Mandat
Pascal Poyer
2014-2020
Code postal 78200
Code commune 78484
Démographie
Population
municipale
630 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 55″ N 1° 37′ 47″ E / 48.9652777778, 1.6297222222248° 57′ 55″ Nord 1° 37′ 47″ Est / 48.9652777778, 1.62972222222  
Altitude Min. 40 m – Max. 151 m
Superficie 11,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Perdreauville

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Perdreauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Perdreauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Perdreauville

Perdreauville est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Perdreauvillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Perdreauville dans les Yvelines
Locator Dot.png

La commune de Perdreauville se situe dans le plateau du Mantois à huit kilomètres environ au sud-ouest de Mantes-la-Jolie et à douze kilomètres au sud du chef-lieu de canton, Bonnières-sur-Seine.

Les communes limitrophes sont Rosny-sur-Seine au nord, Jouy-Mauvoisin et Fontenay-Mauvoisin à l'est, Favrieux au sud-ouest, Le Tertre-Saint-Denis au sud, Ménerville au sud-ouest, Boissy-Mauvoisin à l'ouest et Bréval et Saint-Illiers-la-Ville au nord-ouest.

Le territoire communal, relativement étendu avec 1118 hectares (le double de la moyenne yvelinoise) est découpé en forme de T et s'étend sur six kilomètres d'est en ouest et 5,5 du nord au sud. Il se trouve en grande partie sur le plateau à une altitude de 130 à 140 mètres, mais est profondément entaillé dans sa partie nord-ouest par un vallon descendant vers le nord, creusé par le ru de Bléry qui se jette dans la Seine à Rosny-sur-Seine.

C'est un territoire essentiellement rural (95 %[1]), l'espace urbain construit ne dépassant pas 4 % (44,5 hectares). L'espace rural est voué principalement à la grande culture céréalière, mais une partie non négligeable, environ 20 % est couverte de forêts, dans le nord surtout et secondairement dans le sud. La commune englobe une partie, environ 15 %[2]) de la forêt régionale de Rosny.

L'habitat est groupé principalement dans le bourg centre, Perdeauville, excentré à la limite est de la commune. On compte plusieurs hameaux secondaires, dont le Petit Perdreauville et Apremont au nord, Hausse-Pied et La Verrière au sud.

Les communications sont assurées par voie routière, principalement par la départementale D110 qui relie Mantes-la-Ville à Bréval et traverse le bourg, et la départementale D114 qui relie Rosny-sur-Seine à Saint-Illiers-le-Bois et traverse la partie nord de la commune.

La commune est également traversée par la ligne Paris-Cherbourg qui dessert une halte à Ménerville, en limite de la commune de Perdreauville, à environ 2,5 km du bourg.

La commune est traversée par un sentier de grande randonnée, le GR 26, itinéraire reliant Paris à Deauville par la rive sud de la Seine, qui passe au Petit Perdreauville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Perdreauville n’apparaît, En effet, pour la première fois que dans une Charte de Cluny du 16 février 1168 sous la forme de Perita Villa[3], Prodrieinvilla vers 1250[4].

Le nom de Perdreauville est aujourd’hui représenté par le centre communal actuel de Perdreauville, appelé le Grand Perdreauville dans deux documents de 1785[5] et de 1807[6] et son homonyme le Petit Perdreauville encore noté aujourd’hui sous ce nom sur les cartes d’état-major, ou Perdreauville près l’église[7].

Le nom de la commune dériverait d'un antonyme germain, Prodin, et du suffixe villa signifiant « domaine » en latin[8].


Histoire[modifier | modifier le code]

Un combat aérien en juin 1940 entraîna la mort de deux aviateurs anglais qui sont inhumés dans le cimetière communal[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 630 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420 399 419 488 508 502 465 486 434
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
431 448 379 365 351 347 361 342 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
322 327 325 252 283 293 268 287 257
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
211 213 270 369 401 536 594 589 600
2011 - - - - - - - -
630 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,8 %, 15 à 29 ans = 17,8 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 17,5 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 14,5 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 22,5 %).
Pyramide des âges à Perdreauville en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
4,0 
12,9 
60 à 74 ans
17,8 
22,4 
45 à 59 ans
20,5 
18,5 
30 à 44 ans
20,9 
17,8 
15 à 29 ans
14,5 
23,8 
0 à 14 ans
21,5 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Perdreauville[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Robert Colas    
mars 2001 2008 Robert Colas[13]    
mars 2008 2014 Suzanne Bieuville[14]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Perdreauville appartient au canton de Bonnières-sur-Seine et est rattachée depuis janvier 2012 à la Communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, Perdreauville fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[15],[16].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, ancienne chapelle seigneuriale du XIe siècle, remaniée au XVIe puis en 1930.
  • Manoir d'Apremont, château des XVe et XVIe siècle.
  • Château des Beurons (en ruines). Trois arcades provenant de ce château ont été installées dans un parc public dans le centre de Bonnières-sur-Seine.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Dans le bois des Beurons (forêt régionale de Rosny), un peu à l'est d'Apremont, se trouve le « chêne Mademoiselle », âgé de 300 ans. On raconte que c'est à l'emplacement de cet arbre que le roi Henri IV a retrouvé Sully à son retour de la bataille d'Ivry.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sully (1559-1641) est né dans l'ancien château des Beurons.
  • La duchesse de Berry (1798-1870) a vécu dans le manoir d'Apremont.
  • Gabriel Hanotaux (1853-1944), académicien, a résidé dans la commune.
  • Pol Bury (1922-2005), artiste d'origine belge (référence : les fontaines du Palais Royal à Paris) est venu y installer son atelier et y a vécu jusqu'à la fin de sa vie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mode d'occupation du sol en 1999, Iaurif
  2. La forêt de Rosny sur le site de la commune de Rosny-sur-Seine
  3. BERNARD (Auguste) et BRUEL (Alexandre)Recueil des Chartes de l’Abbaye de Cluny. Tome V, Paris, 1894 ; in-4º 848 p.
  4. citée par Claise
  5. Procès-verbaux d’arpentage 1780-87. Nº 71 : Paroisse de Perdreauville. 6 feuillets manuscrits in-4º.(Arch.Yvelines, C. 46).
  6. Estimation du Château et du Domaine de Rosny, 1807; 1 cahier 1/2 fº papier (Arch. Yvelines. E. suppl. 759).
  7. Ou « proche l’église » Cf. extraits d’un acte contenant donation, partage... entre la dame veuve Mouton et ses trois enfants. 2e lot. Maitre Morand, notaire à Mantes, 17 mars 1822, 10 feuillets papier, in-4º.
  8. a et b Le Patrimoine des communes des Yvelines, Paris, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France »,‎ août 2000, 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. « Évolution et structure de la population à Perdreauville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011)
  12. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011)
  13. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ 29 mars 2001.
  14. « Perdreauville », Union des maires des Yvelines (consulté le 17 avril 2011).
  15. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 16 avril 2011).
  16. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 16 avril 2011).
  17. Fiche de la forêt de Rosny, Inventaire national du patrimoine naturel