Sainte Éponge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Jugement dernier par Michel-Ange[1].Dans la partie supérieure de la fresque, on remarquera les symboles de la passion du Christ : la croix, la couronne d’épines, les dés avec lesquels jouèrent ses gardes, la colonne de la flagellation, l’éponge qui servit à le désaltérer.

L'éponge est l'un des instruments de la Passion du Christ. Dans le Nouveau Testament, il s'agit de l’éponge imbibée de posca tendue à Jésus pour le désaltérer lors de sa crucifixion.

L'éponge du récit évangélique figure dans plusieurs œuvres d'art.

Les Évangiles[modifier | modifier le code]

Selon le Nouveau Testament, alors que Jésus-Christ agonisait sur la croix, il prononça sept paroles. La cinquième est la suivante :

  • Évangile selon Marc, 22:14  : « J'ai soif. » Et en 15: 36 : « Quelqu'un courut tremper une éponge dans du vinaigre et, l'ayant mise au bout d'un roseau, il lui donnait à boire en disant : Laissez ! que nous voyions si Élie va venir le descendre ! »
  • Évangile selon Matthieu, 27-48 : « Et aussitôt l’un d’entre eux courut et prit une éponge, et l’ayant remplie de vinaigre, la mit au bout d’un roseau, et lui donna à boire. »
  • Évangile selon Jean, 19:29 : « Un vase était là, rempli d'une boisson vinaigrée. On mit autour d'une branche d'hysope une éponge imbibée de ce vinaigre et on l'approcha de sa bouche ».

Ainsi, pour répondre et atténuer l'agonie du Christ sur la croix, on porta aux lèvres de Jésus une éponge fixée au bout d'un bâton et plongée au préalable dans de la posca, ou vinaigre. Selon le récit évangélique, une éponge a donc recueilli le sang du Christ transpercé par la lance. Le Nouveau Testament ne donne pas d'autre indication à ce sujet.

Représentations dans l'art[modifier | modifier le code]

Fresques des voûtains du chœur de la chapelle abbatiale de l'abbaye de Chaalis.
Un ange à droite porte l'éponge au bout d'un roseau.

L'une des représentations les plus célèbres de cette éponge apparaît dans le Jugement dernier de Michel Ange, réalisé dans la chapelle Sixtine entre 1536 et 1541. Elle se situe dans la lunette en haut à droite avec la colonne de la Flagellation et l'échelle, alors que dans la lunette gauche on voit la croix, les clous et la couronne d'épines[1].

En France, on retrouve, par exemple, l'image de l'éponge sur les fresques des voûtains du chœur de la chapelle abbatiale Sainte-Marie de l'abbaye de Chaalis, œuvre du Primatice entre 1541 et 1544[2].

Les prétendues reliques[modifier | modifier le code]

Aucune relique de la « Sainte Éponge » n'a été reconnue par l'Église catholique. L'expression même de « Sainte Éponge » n'existe pas dans la tradition catholique, qui se réfère seulement à l'éponge contenant du vinaigre et qui est l'un des instruments de la Passion.[réf. nécessaire]

Les premières prétendues reliques de cette éponge n'apparaissent pas avant le VIe siècle, soit 500 ans après la crucifixion.

De Jérusalem à Constantinople[modifier | modifier le code]

Un poème de Sophrone de Jérusalem indique qu'à son époque (560-638) un objet nommé « Sainte Éponge » et considéré par la population comme étant une relique de l'éponge citée dans l'Évangile était vénéré dans le Martyrium ou basilique de Constantin, à Jérusalem[3].

Jérusalem est prise par le général perse Schahr-Barâz en 614. En 629, lorsque Schahr-Barâz fait la paix avec les Byzantins pour s'allier avec eux contre ses rivaux Perses, Nikétas, fils de Schahr-Barâz, apporte aux Byzantins deux prétendues reliques : la Sainte Éponge puis la Sainte Lance. L'arrivée de la « Sainte Éponge » à Constantinople fut célébrée le 14 septembre 629[4].

De Constantinople à Paris[modifier | modifier le code]

Selon une légende non vérifiée, cette « Sainte Éponge » serait restée à Constantinople[5] jusqu'à sa vente par l'empereur latin de Constantinople, Baudouin II, pour une somme exorbitante, à Louis IX de France[6]. Elle aurait rejoint les reliques de la Sainte-Chapelle à Paris[6]. Elle y serait conservée aux côtés notamment de la couronne d'épines et de la vraie Croix [réf. nécessaire]. Durant la Révolution française la Sainte-Chapelle fut ravagée et les reliques furent détruites ou dispersées. Certaines ont été conservées brièvement à la Bibliothèque nationale, pour rapidement disparaître. Néanmoins, plus tard, elles auraient été "restituées", on ne sait d'ailleurs comment puisqu'elles sont censées avoir été détruites, à Notre-Dame de Paris.

Rome[modifier | modifier le code]

Un auteur anticlérical du XIXe siècle, Collin de Plancy, affirme en 1821 qu'un morceau de la prétendue "Sainte Éponge", marron avec du sang, était conservé à Rome dans l'archibasilique Saint-Jean de Latran[7]. Cinquante ans plus tard, un autre écrivain reprend cette affirmation[8]. Il ne semble pas que d'autres témoins aient confirmé cette assertion.

Ce qui est certain, c'est qu'il existait et qu'il existe toujours une prétendue "Sainte Éponge" dans la chapelle des reliques de la Basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem[9].

Autres lieux[modifier | modifier le code]

  • Toujours au XIXe siècle, un ouvrage mentionne une « Sainte Éponge » dans l'église de Chirac (ancien prieuré, embelli par le pape Urbain V), dans un reliquaire en argent[12].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Guillerme, Les Collections : fables et programmes, Seyssel : Champ Vallon, 1993. (OCLC 29470665)
  • Xavier Walter, Avant les grandes découvertes : une image de la terre au XIVè siècle, Roissy-en-France : Alban, 1997. (OCLC 39313375)
  • Maxime Souplet, Le Saint Trésor et le Musée Notre-Dame, Verdun : Cathédrale de Verdun, 1961. (OCLC 13497552)
  • Fernand Cabrol, Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, Paris Letouzey et Ané 1953. (OCLC 162848756)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chapelle Sixtine, État de la Cité du Vatican.
  2. Description des fresques de l'abbaye de Chaalis, Abbaye royale de Chaalis, fondation de l'Institut de France.
  3. Sophrone de Jérusalem, Anacreonticon 20:43-54
  4. Walter Emil Kaegi, Heraclius, Emperor of Byzantium p.189, Cambridge University Press, 2003
  5. Jean Ebersolt, Sanctuaires de Byzance recherches sur les anciens trésors des églises de Constantinople, Paris : E. Leroux 1921. pp. 10, 116, 118. (OCLC 179692064)
  6. a et b Henri Stein, Le Palais de justice et la Sainte-Chapelle de Paris; notice historique et archéologique, Paris, D.A. Longuet, 1912. (OCLC 4726715)
  7. Jacques Albin Simon Collin de Plancy, Dictionnaire critique des reliques et des images miraculeuses, Paris, Guien, 1821. p. 75 (OCLC 2302145)
  8. Édouard de Bleser, Rome & ses monuments : guide de voyageur catholique dans la capitale du monde chrétien, Louvain : C.-J. Fonteyn, 1870. p. 595 (OCLC 2503640)
  9. J Gaume, Les trois Rome : journal d'un voyage en Italie, Paris : Gaume Frères, 1847. p.275 (OCLC 13510099)
  10. Chanoine Delvigne, L'Eglise Saint-Jacques de Compiègne Description et histoire, Compiègne, Le Progrès de l'Oise, 1942. p. 114 (OCLC 25715722)
  11. Louis de Sivry, J -P Migne, Jean Baptiste Joseph Champagnac, Dictionnaire géographique, historique, descriptif, archéologique des pèlerinages : anciens et modernes et des lieux de dévotion les plus célèbres de l'univers..., Paris : Chez L'Éditeur, 1859. p.82 (OCLC 2413893)
  12. Magnan, Histoire d'Urbain V et de son siècle, p. 314, Paris, Ambroise Bray 1862
  13. Mémoires de la société archéologique et historique de l'Orléanais, tome 27, 1898. (OCLC 23062546)