Rangjung Dorje

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rangjung Dorje

alt=Description de l'image Rangjung Dorje.jpg.
Naissance 1284
Décès 1339

Karmapa

Rangjung Dorje (Wylie: rang 'byung rdo rje), 1284-1339, fut le 3e Karmapa.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rangjung Dorje est né à Dingri Langkor au Tibet. À l'âge de 3 ans, il aurait fait apparaître une coiffe noire et annoncé qu'il était le Karmapa, et mis en garde ses camarades d'enfance contre la complaisance dans la mondanité. À 5 ans, il se rendit chez Orgyenpa Rinchen Pal, qui aurait rêvé de la visite cet enfant la nuit précédente et pensait qu'il était la réincarnation du 2e Karmapa. Le 3e Karmapa grandit au monastère de Tsourphou, où il reçut les instructions des traditions Kagyu et Nyingma, de grands maîtres comme Trophu Künden Sherab, Nyenre Gendün Bum et d'autres. Il fut connu comme un des plus grands maîtres de son époque et eut un grand nombre de disciples. Il fit une retraite spirituelle sur les versants de l'Everest et reçu l'ordination complète, puis compléta ses études dans un important siège d'enseignement Kadampa.

Par des visions, il aurait reçu les enseignements de la "roue du temps" (Kalachakra), et il introduisit un système réformé d'astronomie tibétaine nommé « système Tsurphu » (tibétain : Tsur-tsi) toujours utilisé par l'école Karma Kagyu pour l'établissement du calendrier tibétain[1],[2]. Il étudia et maîtrisa la médecine tibétaine. Sa maîtrise des enseignements Nyingma de Vimalamitra, combinée au Mahamoudra kagyu, équivalent du Dzogchen Nyingma, devinrent unifiés. À la fin de ses études, il avait appris et maîtrisé quasiment l'ensemble des enseignements bouddhistes apportés de l'Inde par les maîtres des deux périodes de l'introduction du bouddhisme au Tibet. À la lumière de cette vaste connaissance, il composa de nombreux textes significatifs, dont le plus célèbre est "la profonde signification intérieure" (zab mo nang don)[3], qui met l'accent sur l'essence véritable du Vajrayana.

Il visita la Chine et y aurait intronisé le nouvel Empereur Toghon Temur, son disciple. Il retourna au Tibet pour rapporter de Samye un élixir de longue vie pour l'Empereur, qui vécut plus longtemps que les autres Empereurs de Chine mongols. Le 3e Karmapa établit de nombreux monastères au Tibet et en Chine. Il mourut à l'âge de 56 ans en Chine et serait apparu en image sur la Lune la nuit de son trépas.

Karmapa3.jpg

Il avait transmis ses connaissances à Yungtön Dorjé Pal qui devint son héritier spirituel et l'un des maillons du Rosaire d'Or.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Third Gyalwa Karmapa, Rangjung Dorje, Karma Lekshey Ling Institute
  2. The Third Karmapa Rangjung Dorje (1284 - 1339)
  3. Dharma Dictionary (2008). zab mo nang don. Source

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Oeuvres de Rangjung Dorje[modifier | modifier le code]

  • (en) The Englightened Heart of Buddhahood: A Study and Translation of the Third Karma pa Rang byung rdo rje's Work on Tathagatagarbha. (Wylie: de bzhin pa'i snying po gtan la dbab pa), trad. Kurtis R. Schaeffer, Thesis, University of Washington, 1995.
  • (en) Luminous Heart: The Third Karmapa on Consciousness, Wisdom and Buddha Nature, trad. Karl Brunnholzl, Snow Lion Publications, 2009, 512 p.

Études sur Rangjung Dorje[modifier | modifier le code]

  • Nik Douglas & Meryl White, Karmapa, le Lama à la coiffe noire du Tibet (1976), traduction de l’anglais par Georges Driessens, Édition Archè, Milan, 1979 (ISBN 88-7252-067-3)(en).
  • (en) Thinley Karma, The History of the Sixteen Karmapas of Tibet, Boulder, Prajna Press, 1980.
  • Lama Kunsang & Marie Aubèle, L'Odyssée des Karmapas, La grande histoire des lamas à la coiffe noire, Éd. Albin Michel (2011). (ISBN 978-2-226-22150-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]