Düsum Khyenpa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Düsum Khyenpa

alt=Description de l'image Karmapa1.jpg.
Naissance 1110
Décès 1193

Karmapa

Düsum Khyenpa (tibétain : དུས་གསུམ་མཁྱེན་པ་ ; wylie : dus gsum mkhyen pa), 1110-1193, fut une personnalité du bouddhisme tibétain et le 1er de la lignée des Karmapas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Düsum Khyenpa est né dans le village de Ratag dans l'Est du Tibet. Sa mère s'appelait Gangtcham Mingdren. Son père, Gompa Dordjé Gon, était un pratiquant bouddhiste qui lui donna ses premiers enseignements sur le Dharma. Düsum Khyenpa étudia et pratiqua le bouddhisme à un jeune âge, et pris ses vœux à 16 ans.

À l'âge de 20 ans, il voyagea au Tibet central où il étudia pendant 12 ans sous la directions d'érudits tibétains tels que Kyabpa Chökyi Senge et Patsab Lotsawa Nyima Trag, un traducteur de textes sur le Madhyamaka[1].

À 30 ans, il se rendit au Daglha Gampo, le monastère de Gampopa, pour rencontrer ce dernier dont il étudia les enseignements kagyupa pendant 3 ans. Gampopa considéra qu'il avait ainsi réalisé une prophétie du Bouddha Sakyamuni annonçant que 16 siècles après sa disparition, un être réaliserait pleinement ses enseignements et serait connu comme Karmapa, « homme d'action ». Gampopa, Lama Sakya Sribhadra (1127-1225) (dernier abbé du collège Vikramasila) et Lama Chang (1123-1193) reconnurent Dusum Khyenpa comme étant le 1er Karmapa.

Gampopa enseigna à Düsum Khyenpa les pratiques fondatrices de la tradition Kadampa, puis la philosophie générale des sutras.

Le 1er Karmapa reçut les instructions sur le Tantra de Hevajra et passa 4 années en retraite spirituelle, s'entraînant dans les méditations de samatha et vipassana. Il reçut ainsi la transmission des instructions intérieurs de la tradition Kagyupa. On dit qu'en 9 jours, il intégra ce que Naropa avait reçu de Tilopa en 12 ans. Rechungpa, le disciple "pareil à la lune" de Milarépa lui transmis les Six yogas de Nāropa. Ses réalisations dans le Toumo furent exaltées par sa compassion et produisirent des résultats rapides.

À la mort de Gampopa, le 1er Karmapa retourna pour lui rendre hommage au Daklha Gampo. Ayant une vision puissante de son maître, et il souhaita suivre ses instructions et accomplir l'illumination (Kampo Kangra), en pratiquant le mahamoudra. Il fit la promesse de vivre jusqu'à 84 ans pour être bénéfique au dharma. À l'âge de 50 ans, il atteint l'illumination en pratiquant le yoga du rêve (en). Il eut alors la vision de dakinis lui offrant une couronne vajra tissée de leurs cheveux. Son nom Düsum Khyenpa signifie connaisseur du passé, du présent et du futur, en référence à la lucidité totale à laquelle il parvint lors de son illumination.

À partir de ce moment, ses enseignements gagnèrent en intensité. À 55 ans, en 1164, il fonda un monastère à Kampo Nénang. À 60 ans, en 1169, il fonda le monastère de Panphuk à Lithang, dans le Kham[2]. Plus tard, il établit un siège important à Karma Gön, dans l'est du Tibet. Dans la vallée de Tolung, qui se nourrit dans le Brahmapoutre, dans le centre du Tibet, il fonda en 1159 le monastère de Tsourphou dont il fera son siège principal en 1189. Il est intéressant de remarquer, à la lumière de la lettre de prédiction du 16e Karmapa, que l'abbé du monastère bouddhiste à Bodh-Gaya, en Inde, l'endroit où le Bouddha atteint l'illumination, envoya une coquillage de conque à Düsum Khyenpa à Tsourphou, pour marquer l'importance de Düsum Khyenpa pour le dharma. Cette symbolique de la conque se retrouve fréquemment dans de l'histoire des 16 Karmapas.

Le 1er Karmapa fit des prédictions à propos de ses successeurs. Il fut le 1er Karmapa à écrire une lettre de prédiction donnant des détails sur sa future incarnation. Il la confia à son disciple principal, Drogon Rechen, un des prédécesseurs de la lignée des Taï Sitou Rinpoché (ils ne furent appelés Taï Sitou qu'après que ce titre leur eut été conféré par l'empereur de Chine au début du XVe siècle). Il est décédé à l'âge de 84 ans, comme il l'avait annoncé. Son cœur fut retrouvé intact dans le bûcher funéraire et des os qui restaient portaient des aspects des Bouddhas. Les similarités avec le passage du 16e Karmapa sont remarquables.

Parmi ses disciples principaux :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. List of Tibetan writers
  2. The First Karmapa Düsum Khyenpa (1110 - 1193)


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Oeuvres du 1er karmapa[modifier | modifier le code]

  • Selected Writings of the First Zwa-nag Karma-pa Dus-gsum-mkhyen-pa, Gangtok, Dzongsar Chhentse Labrang, 1980, 2 t. En tibétain.

Études sur le 1er karmapa[modifier | modifier le code]

  • Lama Kunsang & Marie Aubèle, L'Odyssée des Karmapas, La grande histoire des lamas à la coiffe noire, Ed. Albin Michel (2011). (ISBN 978-2-226-22150-6)
  • Hugh Richardson, “The Karma-pa Sect: A Historical Note”, apud Michael Aris, High Peaks, Pure Earth, Londres, Serindia Publications, 1998, p. 337-378.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]