Mikyö Dorje

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mikyö Dorje

Description de cette image, également commentée ci-après

Thangka représentant le 8e karmapa, dans le style Karma Gardri, XIXe siècle, Rubin Museum of Art

Naissance 1507
Décès 1554

Karmapa

Mikyö Dorje (1507-1554) fut le 8e Karmapa.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mikyö Dorje est né dans le village de Satam, dans la région de Kartiphuk de Ngomchu (dans le Kham)[1].

Lors de sa naissance, Mikyö Dorje, aurait prononcé le mot Karmapa. Le fait fut rapporté à Taï Sitou Rinpoché qui devait confirmer par la suite que l'enfant était bien la nouvelle incarnation du Karmapa, demandant aux parents de garder le secret pour protéger l'enfant. L'enfant passa les 6 années suivantes au monastère de Karma Gön situé dans le Kham, province de l'est du Tibet. Alors qu'il avait 5 ans, un enfant né dans l'Amdo fut considéré comme autre candidat au titre de Karmapa. Gyaltsab Rinpoché, régent de la lignée des Karmapas résidant au monastère de Tsourphou examina les 2 enfants. On présenta des objets ayant appartenu au précédant Karmapa afin de tester la capacité des enfants à les reconnaître. Mikyö Dorje réussit à distinguer les possessions de son prédécesseur, tandis que l'autre enfant échoua. Le jeune Mikyö Dorje déclara que l'autre enfant était la réincarnation de Surmang Chungtsang du monastère de Surmang dans le Kham.

Au cours de sa vie, le 8e Karmapa eut des visions qui lui auraient indiqué un lien entre ses propres émanations et celles de Padmasambhava, toutes deux liées au Bouddha et destinées à accomplir l'activité éveillée. Une de ses visions lui indiqua qu'il avait été l'équivalent de Padmasambhava pour le Bouddha Dipankara.

Mikyö Dorje fut un maître de méditation, un érudit et auteur prolifique ayant produit plus de 30 ouvrages importants, comprenant des textes importants du Bouddhisme comme La vue du manque de forme libre des autres. Ce texte est considéré comme étant au sommet de l'école de la Voie du milieu (madhyamika) du Bouddhisme Mahayana et comme un antidote à la mauvaise compréhension de la vacuité (Shunyata). Il exposa ses conclusions philosophiques et en débattit avec des érudits d'autres écoles bouddhistes. Il composa aussi une des principales pratiques de l'école Kagyupa connue sous le nom de Gourou-yoga des 4 sessions[2].

Mikyö Dorje était aussi un artiste qui créa le style de peinture des thangkas Karma Gadri : spacieux, transparent et méditatif[1].

Le roi de Li Jiang (actuellement appelé Lijiang et précédemment intégré au royaume de Nanzhao dans le Yunnan) ayant entendu parler des enseignements du 8e Karmapa l'invita à visiter son pays. Le troisième jour du quatrième mois de l'année de rat de feu, en 1516, le Karmapa rencontra le roi de Li Jiang qui vint à sa rencontre à la frontière du Tibet[3].

Il fut aussi invité en Chine à un jeune âge, mais il déclina l'invitation, affirmant que l'Empereur serait mort à son arrivée. Les porteurs de l'invitation constatèrent qu'il était décédé à leur retour en Chine. Pressentant l'imminence de son propre mort, il confia au Shamarpa une lettre contenant les instructions pour rechercher sa prochaine incarnation, et décéda à l'âge de 47 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b The Eighth Karmapa Mikyö Dorje (1507 - 1554)
  2. see paper Chögyam the Translator, information on page 12: 1981: Translation of The Guru Yoga for the Four Sessions/Mikyö Dorje by Chogyam Trungpa and the Nalanda/Vajravairochana Translation Committee
  3. Naxi

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lama Kunsang & Marie Aubèle, L'Odyssée des Karmapas, La grande histoire des lamas à la coiffe noire, Ed. Albin Michel (2011). (ISBN 978-2-226-22150-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]