Periodate de sodium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Periodate de sodium
Periodate de sodium
Identification
Nom IUPAC periodate de sodium
Synonymes

métaperiodate de sodium

No CAS 7790-28-5
No EINECS 232-197-6
No RTECS SD4550000
PubChem 65184
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute INaO4NaIO4
Masse molaire[1] 213,8918 ± 0,0012 g/mol
I 59,33 %, Na 10,75 %, O 29,92 %,
Propriétés physiques
Solubilité soluble dans l'eau
Masse volumique 3,865 g·cm-3
Précautions
Directive 67/548/EEC[2]
Nocif
Xn
Comburant
O



Transport[2]
-
   3087   
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le periodate de sodium est le sel de sodium de l'acide periodique, HIO4. Appelé aussi métaperiodate de sodium ou m-periodate de sodium, il ne doit pas être confondu avec l'orthoperiodate de sodium (o-periodate de sodium) dont la formule brute est Na5IO6. Ces deux sels sont utilisés dans certaines réactions chimiques pour le pouvoir oxydant de l'ion periodate.

Quand il est chauffé, le periodate de sodium se décompose en formant de l'iodate de sodium, NaIO3 et du dioxygène, O2. Cette réaction de décomposition est catalysée par la présence de dioxyde de manganèse, MnO2.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le periodate de sodium sert à oxyder la cellulose ce qui crée un composé biocompatible et biodégradable, qui peut être utilisé comme fil de suture ou comme un échafaudage pour de l'ingénierie tissulaire ou pour l'administration de médicaments.

Le periodate de sodium peut être utilisé en solution pour ouvrir des cycles osidiques en coupant la liaison carbone-carbone d'un diol vicinal, laissant deux groupes aldéhyde pendants. Cette réaction est souvent utilisée pour le marquage de glucides avec des molécules fluorescentes ou d'autres balises telles que la biotine. Parce que ce processus exige des diols vicinaux, l'oxydation au periodate de sodium est souvent utilisée pour marquer sélectivement l'ARN (composé de ribose à diols vicinaux) par rapport à l'ADN qui, comme désoxyribose cyclique, n'a pas de diols vicinaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b Sodium (meta)periodate chez Sigma-Aldrich.