Fluorure de sodium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fluorure de sodium
Fluorure de sodium
Identification
Nom IUPAC Fluorure de sodium
No CAS 7681-49-4
No EINECS 231-667-8
Code ATC A12CD01
Apparence cristaux blancs ou poudre[1].
Propriétés chimiques
Formule brute FNaNaF
Masse molaire[3] 41,9881725 ± 5,0E-7 g/mol
F 45,25 %, Na 54,75 %,
Moment dipolaire 8,156 ± 0,001 D[2]
Propriétés physiques
fusion 993 °C[1]
ébullition 1 700 °C[1]
Solubilité dans l'eau à 20 °C : 40 g·l-1[1]
Masse volumique 2,8 g·cm-3[1]
Cristallographie
Symbole de Pearson cF8\, [4]
Classe cristalline ou groupe d’espace Fm3m (n°225)[4]
Strukturbericht B1[4]
Structure type NaCl[4]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Très toxique
T+
Irritant
Xi



Transport
60
   1690   

60
   3415   
NFPA 704

Symbole NFPA 704

SIMDUT[5]
D1B : Matière toxique ayant des effets immédiats graves
D1B, D2A, D2B,
SGH[6]
SGH06 : Toxique
Danger
H301, H315, H319, EUH032,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le fluorure de sodium est un composé chimique de formule NaF. Il s'agit d'un solide incolore utilisé comme source d'ions fluorures dans diverses applications. Il est moins cher et moins hygroscopique que le fluorure de potassium.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Le fluorure de sodium est un composé ionique qui se dissout pour donner les ions Na+ et F. Il cristallise avec une structure cubique type NaCl où les cations et les anions occupent tous les sites octaédriques[7],[8]. La forme minérale de NaF est la villiaumite, plutôt rare[9].

Production[modifier | modifier le code]

NaF est préparé par neutralisation de l'acide fluorhydrique ou de l'acide hexafluorosilicique, sous produits de la production d'engrais à base de monocalcium de phosphate. La neutralisation se fait avec l'hydroxyde de sodium et le carbonate de sodium par exemple. Des alcools peuvent être utilisés pour faire précipiter NaF:

HF + NaOH → NaF + H2O

Dans des solutions contenant HF, le fluorure de sodium précipite sous forme de sel bifluorure NaHF2. NaF est obtenu par chauffage.

HF + NaF ⇌ NaHF2

Selon un rapport de 1986, la consommation mondiale de NaF s'élevait à 7 millions de tonnes[10].

Précautions d'emploi[modifier | modifier le code]

Le fluorure de sodium est très toxique et le seul fait de respirer ou de l'inhaler peut être dangereux. Il affecte le système circulatoire, le cœur, le squelette, le système nerveux central et les reins. À terme, il peut même causer la mort. D'autre part, il est très irritant pour la peau, les yeux et le tractus respiratoire.
En cas d'inhalation, il est nécessaire de s'écarter de toute source de poussières, se moucher, respirer sous oxygène artificiel si nécessaire et/ou consulter un médecin. En cas de contact avec les yeux et la peau, il faut se rincer abondamment à l'eau et surveiller s'il y a des complications[11],[12].

Divers[modifier | modifier le code]

  • Le fluorure de sodium fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[13].
  • Dans son roman La Vengeance du Kremlin (2013), l'écrivain Gérard de Villiers suppose que c'est Vladimir Poutine qui a donné l'ordre à ses services secrets d'assassiner Boris Berezovsky par empoisonnement (utilisation de fluorure de sodium), d'une manière telle que la mort puisse raisonnablement apparaître comme étant un suicide. Un autre produit chimique létal est employé dans le roman pour tenter d'assassiner Malko Linge, la ricine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e FLUORURE DE SODIUM, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, CRC,‎ 16 juin 2008, 89e éd., 2736 p. (ISBN 142006679X et 978-1420066791), p. 9-50
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. a, b, c et d « The NaCl (B1) Structure », sur http://cst-www.nrl.navy.mil/ (consulté le 17 décembre 2009)
  5. « Fluorure de sodium » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  6. Numéro index 009-004-00-7 dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)
  7. Wells, A.F. (1984), Structural Inorganic Chemistry, Oxford: Clarendon Press, ISBN 0-19-855370-6
  8. "Chemical and physical information" (PDF), Toxicological profile for fluorides, hydrogen fluoride, and fluorine, Agen allahcy for Toxic Substances and Disease Registry (ATDSR), September 2003, pp. 187, http://www.atsdr.cdc.gov/toxprofiles/tp11.pdf, retrieved 2008-11-01
  9. "Mineral Handbook" (PDF). Mineral Data Publishing. 2005. http://rruff.geo.arizona.edu/doclib/hom/villiaumite.pdf.
  10. ^ a b c Aigueperse, Jean; Paul Mollard, Didier Devilliers, Marius Chemla, Robert Faron, Renée Romano, Jean Pierre Cuer (2005), "Fluorine Compounds, Inorganic", in Ullmann, Encyclopedia of Industrial Chemistry, Weinheim: Wiley-VCH, DOI:10.1002/14356007.a11_307
  11. http://www.mindat.org/min-4181.html
  12. http://www.solvaychemicals.us/static/wma/pdf/1/4/8/8/5/SF_CAN_FR.pdf
  13. WHO Model List of Essential Medicines, 18th list, avril 2013