Hydrure de sodium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hydrure de sodium
Hydrure de sodium
Identification
Nom IUPAC Hydrure de sodium
No CAS 7646-69-7
No EINECS 231-587-3
Apparence cristaux cubiques blancs à gris ou aiguilles argentées
Propriétés chimiques
Formule brute HNaNaH
Masse molaire[1] 23,99771 ± 7,0E-5 g/mol
H 4,2 %, Na 95,8 %,
Propriétés physiques
fusion décomposition à 425 °C
Solubilité explose dans l'eau
réagit violemment avec l'éthanol
s'enflamme dans l'air humide
soluble dans NaOH fondu
Masse volumique 1,39 g·cm-3
Cristallographie
Structure type NaCl[2]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Facilement inflammable
F



Transport
X423
   1427   
[3]
NFPA 704

Symbole NFPA 704

SGH[4]
SGH02 : Inflammable
Danger
H260,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'hydrure de sodium est un composé chimique de formule NaH. Il est surtout utilisé comme base forte dans les réactions de synthèse organique. C'est un cristal ionique insoluble dans les solvants organiques (bien qu'il soit apparemment soluble dans le sodium fondu), ce qui s'explique par le fait que H- est un anion qui n'existe pas en solution. NaH réagit donc lorsqu'il se trouve à la surface d'un solide uniquement.

Propriétés et structure[modifier | modifier le code]

NaH est produit par la réaction directe entre de l'hydrogène et du sodium liquide. L'hydrure de sodium est incolore, même si les échantillons semblent généralement gris. Tout comme l'hydrure de lithium LiH, l'hydrure de potassium KH et l'hydrure de rubidium (en) RbH, il adopte la structure cristalline du NaCl. Dans ce motif, chaque cation Na+ est entouré par 6 anions H- dans une géométrie octaédrique.

Applications dans la synthèse organique[modifier | modifier le code]

L'hydrure de sodium est très largement utilisé en chimie organique. Il est capable de capter un proton à un large éventail d'acides de Brønsted, même parmi les plus faibles, donnant les dérivés de sodium correspondants. Il est surtout employé pour déprotoner des acides carboxyliques et des analogues.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Bodie E. Douglas, Shih-Ming Ho, Structure and Chemistry of Crystalline Solids, Pittsburgh, PA, USA, Springer Science + Business Media, Inc.,‎ 2006, 346 p. (ISBN 978-0-387-26147-8, LCCN 2005927929), p. 64
  3. Entrée du numéro CAS « 7646-69-7 » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 17 novembre 2008 (JavaScript nécessaire)
  4. Numéro index 001-003-00-X dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)