Periodate de potassium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Periodate de potassium
cation potassium anion periodate
Identification
Nom IUPAC periodate de potassium
No CAS 7790-21-8
No EINECS 232-196-0
PubChem 516896
SMILES
InChI
Apparence poudre cristalline incolore, inodore[1]
Propriétés chimiques
Formule brute IKO4KIO4
Masse molaire[2] 230,0004 ± 0,0013 g/mol
I 55,18 %, K 17 %, O 27,83 %,
Propriétés physiques
fusion 582 °C (décomposition)[1]
Solubilité 4,2 g·l-1 (eau, 20 °C)[3]
Masse volumique 3,62 g·cm-3 (20 °C)[1]
Précautions
Directive 67/548/EEC[1]
Irritant
Xi
Comburant
O



Transport[1]
50
   1479   
NFPA 704[1]

Symbole NFPA 704

SGH[1],[4]
SGH03 :SGH07 : Toxique, irritant, sensibilisant, narcotique
Danger
H272, H315, H319, P221, P302, P305, P338, P351, P352, P405, P501,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le periodate de potassium ou méta-periodate de potassium est un sel de potassium de formule brute KIO4. Il est peu soluble dans l'eau (c'est l'un des sels de potassium les moins solubles, en raison de la grande taille de l'anion IO4-), mais est plus soluble dans les solution légèrement basiques. Chauffé, en particulier en présence dioxyde de manganèse MnO2 à l'action catalytique, il se décompose pour former de l'iodate de potassium KIO3, en libérant de l'oxygène O2.

Son nom se prononce per-iodate de potassium.

Toxicité[modifier | modifier le code]

Le periodate de potassium peut être nocif en cas d'ingestion. Il est irritant pour la peau et les yeux.

Synthèse[modifier | modifier le code]

Il est possible de préparer en laboratoire le periodate de potassium par oxydation de l'iodate de potassium avec du persulfate de potassium K2S2O8 dans une solution alcaline (par exemple une solution d'hydroxyde de potassium KOH) :

IO3- + S2O82- + 2 OH-IO4- + 2 SO42- + H2O.

La réaction est réalisée à ébullition de la solution. Par la suite, le sel est neutralisé par ajout d'acide nitrique HNO3, précipité, nettoyé à l'eau glacée et filtré.

Un autre façon de faire consiste à d'ajouter du chlore Cl2 dans la solution basique d'iodate de potassium[5],[6] :

KIO3 + 2 KOH + Cl2 → KIO4 + 2 KCl + H2O.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Le periodate de potassium est un puissant oxydant. Ainsi, une solution d'iodure de potassium KI au contact de periodate de potassium va être oxydé en diiode I2, ou des sels de manganèse(II) en permanganates[7] :

KIO4 + 2 KI + H2OKIO3 + I2 + 2 KOH.

Ses cristaux sont isomorphes avec ceux de perchlorate de potassium KClO4. Une fois dissous dans une solution d'hydroxyde de potassium KOH[6], il est possible de retrouver le periodate de potassium par ajout d'acide nitrique[7],[8] :

2 KIO4 + 2 KOH → K4I2O9 + H2O.
K4I2O9 + 2 HNO3 → 2 KIO4 + 2 KNO3 + H2O.

L'orthoperiodate de potassium K2H3IO6, qui peut être obtenu par oxydation de l'iodate de potassium KIO3 avec l'hypochlorite de sodium NaClO[7], donne de l'eau à 100 °C par l'intermédiaire du periodate de potassium[9] :

2 K2H3IO6 → K4I2O9 + 3 H2O à 100 °C.

Dans les solutions aqueuses de periodate de potassium, il se produit les équilibres suivants[7] :

[H3IO6] 2- + H+   \begin{smallmatrix}\rightleftharpoons\end{smallmatrix}   [IO4] - + 2 H2O.
[H3IO6] 2-   \begin{smallmatrix}\rightleftharpoons\end{smallmatrix}   2 [HIO5] 2- + 2 H2O.
2 [HIO5] 2-   \begin{smallmatrix}\rightleftharpoons\end{smallmatrix}   [H2I2O10] 4-   \begin{smallmatrix}\rightleftharpoons\end{smallmatrix}   [I2O9] 4- + H2O.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Fiche Alfa Aesar, consultée le 20 mars 2011
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. fiche CSST
  4. SIGMA ALDRICH
  5. G. Brauer (Hrsg.), Handbook of Preparative Inorganic Chemistry 2nd ed., vol. 1, Academic Press 1963, S. 325.
  6. a et b C. Rammelsberg: "Ueber die Ueberjodsäure und ihre Salze" in Ber. d. dt. chem. Ges. 1868, A1, S. 70ff. Texte complet
  7. a, b, c et d C. E. Housecroft, A. G. Sharpe: "Inorganic chemistry", Verlag Pearson Education, 2005, ISBN 978-0-13-039913-7. S. 487
  8. # B. Brehler, H. Jacobi, H. Siebert: "Kristallstruktur und Schwingungsspektrum von K4J2O9" in Zeitschrift für anorganische und allgemeine Chemie 1968, 362(5-6), S. 301-311. DOI:10.1002/zaac.19683620510
  9. N. I. Nikitina,Z. K. Nikitina: "Thermolysis of disubstituted lithium and sodium orthoperiodates" in Russian Journal of Inorganic Chemistry 2007,52(4), S. 535–541. DOI:10.1134/S0036023607040031

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]