Pépin d'Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pépin.

Pépin d'Italie[1], né en 777, mort à Milan le 8 juillet 810, est un des fils de Charlemagne, roi d'Italie de 781 à 810.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le troisième fils de Charlemagne et le second d'Hildegarde de Vintzgau. Il est baptisé par le pape Adrien Ier avec le prénom de Carloman.

En 781, Charlemagne, roi des Lombards (rex Langobardorum) depuis 774, décide de faire de Carloman un « roi d'Italie » et de Louis, né en 778, un « roi d'Aquitaine ». Tous deux sont couronnés par le pape à Rome le 15 avril 781. C'est à cette occasion que Charlemagne décide de donner à Carloman le nom de Pépin ; dans la nomenclature, il est appelé Pépin Ier d'Italie, Charlemagne conservant le titre de roi des Lombards.

En raison de son jeune âge, Carloman est placé sous la tutelle d'Adalhard, abbé de Corbie, cousin de Charlemagne ; par la suite, ses tuteurs seront Waldo de Reichenau et Rotchild[2].

En 787, bien qu'âgé de 10 ans, Pépin participe à une campagne militaire contre le duc Tassilon de Bavière. Charlemagne mêne lui-même une petite armée sur Augsbourg et débouche en Alémanie. Une autre vient du nord, composée d’Austrasiens, Saxons et Thuringiens. Pépin monte par la vallée de l'Adige à la tête d’une troisième armée. Menacé par des forces supérieures, Tassilon se rend sans combattre.

En 793, Pépin d'Italie mène une campagne contre le duc de Bénévent Grimoald, petit-fils du dernier roi lombard, Didier, qui refuse de se soumettre à son autorité.

Le 6 février 806 à Thionville, lors du projet de partage de l'empire après sa mort, Charlemagne lui confirme la possession de l'Italie, y ajoutant la Bavière et la Carinthie.

En 810, Pépin soumet l'Istrie, des villes dalmates et Venise[3], territoires relevant de l'empire byzantin. Il meurt peu après.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

La question des alliances de Pépin d'Italie est assez complexe. Une litanie du Liber confrater augiensis[4] lui attribue comme épouse une certaine Chrotais (ou Ruadheid), épousée peu avant 796[5]. Cependant, la Vita Hludowici écrite par Thégan vers 840 dit que le roi Bernard d'Italie est né d'une concubine (ex concubina natus), affirmation renforcée par une litanie de Saint-Gall plaçant Bernard dans une liste des Carolingiens de naissance illégitime[6].

On ne connaît pas l'origine de Chrotais mais son nom, celui de Bernard d'Italie et le fait qu'Adalard de Corbie et son demi-frère Wala[7] sont ensuite les protecteurs de Bernard d'Italie suggère une proche parenté entre Chrotais et ces derniers. Cette hypothèse est renforcée par le fait que les prénoms de Bernard, Gundrada et Theodrada se retrouvent chez les frères et sœurs de Wala et d'Adalard. Seulement, il est chronologiquement improbable que Chrotais soit fille de Wala, impossible qu'elle soit fille d'un frère ou d'une sœur de Wala, qui étaient trop jeune, et la Vita Adalhardi est formelle sur le fait que Bernard n'a eu que cinq enfants. Il reste comme explication que l'épouse de Pépin d'Italie soit une petite-nièce de son homonyme, la troisième épouse de Charles Martel[8].

Eginhard, dans sa Vita Caroli lui attribue six enfants[8] :

  • Bernard, roi d'Italie, ancêtre de la famille des Herbertiens.
  • Adelais, née vers 798, morte après 810,
  • Adula, née vers 800-10, morte après 810,
  • Gundrada, née vers 800-10, morte après 810,
  • Berta, née vers 800-10, morte après 810,
  • Theodrada, née vers 800-10, morte après 810.


 
 
 
Rotrude
 
 
 
 
 
Charles Martel
 
 
 
 
 
 
 
Chrotais
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pépin le Bref
roi des Francs
 
Ne
(franque)
 
 
 
Bernard
comte
 
 
 
 
 
Ne
(saxonne)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charlemagne
empereur
 
 
 
 
Adalard
abb. Corbie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pépin d'Italie
 
 
 
Chrotais
 
Wala
 
Gundrada
 
Bernard
moine
 
Theodrada
abb. Soissons
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard
roi d'Italie
 
Adelais
 
Adula
 
Gundrada
 
Berta
 
Theodrada
 
 
 
 
 
 
 
 

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. site de la Fondation pour la généalogie médiévale :Carloman, alias Pépin d'Italie
  2. François Bougard La Justice dans le royaume d'Italie de la fin du VIIIe siècle au début du XIe siècle École Française de Rome, 1995 (ISBN 2728303258 et 9782728303250)
  3. Settipani 1993, p. 211
  4. Cette litanie, extraite du Monumenta Germaniae Historica, donne la liste des rois et reines carolingiennes de Charles Martel au roi Bernard d'Italie (Settipani 1993, p. 168-169 et 211).
  5. Une lettre d'Alcuin datant de 796 le qualifie de jeune marié.
  6. Settipani 1993, p. 211, note 142.
  7. fils du comte Bernard, lui-même fils de Charles Martel et de Chrotais.
  8. a et b Settipani 1993, p. 212.