Perthari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Perthari (ou Perctarith) est un roi lombard d'Italie au VIIe siècle qui règne à Milan associé à son frère Godepert de 661 à 662, puis rétabli seul de 671/672 jusqu'en 688 associé à son fils Cunibert en 680[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Perthari est le fils et successeur du roi Aripert (661); roi catholique, il siège à Pavie tandis que, chose curieuse, il partage le pouvoir avec son frère Godepert, co-roi arien siégeant à Milan, l'ancienne capitale des Lombards. Son frère assassiné peu après par une conjuration de palais dirigée par Grimoald, duc de Bénévent, il préfère fuir que de subir le même sort et trouve d'abord refuge chez le khagan des Avars puis auprès des Francs. Cependant, sa femme Rodelinde ou Rosalinde et son fils aîné (?) Cunipert, sont capturés par Grimoald et envoyés en exil à Bénévent.

Perthari s'apprête pour sa sécurité à gagner l'Angleterre lorsque lui parvient la nouvelle de la mort de Grimoald. Il est rappeler en Italie et reçu avec enthousiasme par le parti catholique. Perthari dépossède le roi Garibald le fils et successeur de Grimoald, qui n'est qu'un enfant et le duc Romuald Ier de Bénévent, fils ainé de Grimoald, le reconnait comme roi et lui renvoie son épouse et son fils.

Pertharite fait du catholicisme la religion officielle du royaume mais ne reconnait pas l'autorité papale. Le roi fait élever à Pavie un monastère en l'honneur de Sainte-Agathe, surnommé le « Couvent Neuf », pendant que son épouse ordonne la construction de « Sainte-Marie ad Perticas » dédié à la mer de dieux sur l'emplacement d'un site d'hommage aux morts païens, ce choix provoque la colère de ses sujets attachés à leurs traditions[2].

Perthari persécute également les juifs qui avait été favorisés sous le règne précédent et signe la paix avec les Byzantins. À partir de 678, après avoir régné seul neuf ans, il associe son fils Cunipert au pouvoir[3] Il doit encore lutter contre le rebelle Alagis, duc de Trente et de Brescia qui s'oppose à la politique pro-romaine du roi et à l'abandon du schisme des Trois Chapitres, Perthari le soumet vers 680 et il meurt à Pavie en 688 et il est inhumé dans l'église du Saint-Sauveur[4]. Sa fille Wiglinda épouse Grimoald II de Bénévent fils ainé et successeur de Romuald[5].

Postérité littéraire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Perthari a inspiré la tragédie Pertharite de Pierre Corneille, celle-ci a fourni à son tour la source du livret de l'opera seria Rodelinda de Georg Friedrich Haendel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Venance Grumel Traité d'études byzantines I. La Chronologie, Presses universitaires de France, Paris 1956, « Rois Lombards d'Italie » p. 416.
  2. Gianluigi Barni La conquête de l'Italie par les Lombards VIe siècle les événements. Le Mémorial des Siècles Éditions Albin Michel Paris (1975) (ISBN 2226000712) Histoire des Lombards Livre V, p. 355
  3. Gianluigi Barni Op.cit Livre V p. 356
  4. Gianluigi Barni Op.cit p.  256-257.
  5. Gianluigi Barni Op.cit Livre V p. 363.

Sources[modifier | modifier le code]