Rodolphe II de Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rodolphe II de Bourgogne[1], né en 880 et mort en 937, est roi de Haute-Bourgogne (912-937), Basse-Bourgogne (Provence, 933-937) et d'Italie (en pratique de 922 à 925, prétention abandonnée en 933). Il est le fils de Rodolphe Ier de Bourgogne, issu de la famille des Welfs.

Marié avec Berthe de Souabe dite La Filandière, ils ont les enfants suivants :

Après son accession au trône en 912, il se lie par un pacte d'amitié en 922 à Henri Ier de Germanie qui lui cède une partie du duché de Souabe en échange de la Sainte Lance, qui deviendra plus tard l'un des insignes impériaux[2]. La même année, plusieurs nobles italiens demandent en 922 à Rodolphe II d'intervenir en Italie dans le conflit qui les opposent à l'empereur Bérenger Ier de Frioul. Après être entré en Italie, il est couronné roi d'Italie à Pavie. En 923, il vainc Bérenger à Piacenza. Bérenger est assassiné l'année suivante, meurtre peut-être commandité par Rodolphe. Rodolphe II dirige alors la Haute-Bourgogne et l'Italie, résidant alternativement dans chaque royaume.

Cependant, en 925, la noblesse italienne se retourne contre lui et demande à Hugues d'Arles, qui dirigeait la Provence en lieu et place du véritable roi Louis III l'Aveugle, de prendre sa place sur le trône d'Italie. Rodolphe revient en Haute-Bourgogne pour se protéger, ce qui permet à Hugues d'être couronné roi d'Italie. Les Italiens changent une nouvelle fois d'avis et demandent à Rodolphe de récupérer le trône. Afin de mettre fin à la dispute, Hugues et Rodolphe signent un traité en 933, garantissant à Rodolphe la Basse-Bourgogne en échange de sa renonciation au trône d'Italie. Les deux royaumes bourguignons sont ainsi réunifiés. À sa mort en 937, son fils Conrad III dit le Pacifique, lui succède.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa généalogie sur le site Medieval Lands
  2. Francis Rapp, Le Saint Empire romain germanique, Éditions du Seuil, coll. « Points Histoire », Lonrai, 2003, page 47.