Mozabites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le peuple mozabite. Pour la langue mozabite, voir Mozabite.

Les Mozabites (en arabe algérien : 'Beni-Mzab', « Fils du Mzab ») sont un groupe ethnique berbère[1],[2] vivant principalement dans la région du Mzab en Algérie [3] et les grandes villes algériennes[4]. La plupart suivent le rite ibadite et parlent une variante mozabite du tamazight[4].

Origines[modifier | modifier le code]

Initialement, les tribus berbères étaient implantées dans la région dont les Lemaïa, les Luwata, les Houaras, les Zouagha, les Matmatas, les Meknassa et les Nefzaouas.

Mais après les guerres du Moyen Âge, le Mzab fut dominé par la tribu des Lemaïa[5]. Les Bani Izguen (d'origine berbère) aussi habitent la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : ibadisme.

En 972, les populations des Azzaba, qui faisaient partie des Rostémides, se réfugient au sud puisque les Zirides (Chiites) les traquent. Les Zirides prennent Tiaret et une partie du Chlef. L'Imam Yacoub (membre des Rostomides) se réfugie dans la vallée du Ouad Mia à Ouargla. Mais, les tribus Zénètes et Sanhadja lui font la guerre après quelques années. L'imam Yacoub fonde plusieurs ksars entre Krima, Sedrata et la montagne Ibad. L'Imam Yacoub quitte la région de Ouargla avec ses membres et se dirige vers la région du Mzab qui était habité par les tribus des Nefzaouas venus de Libye et ils sont majoritaires et pratiquent l'ibadisme.

Selon Yaḥyá ibn Abī Bakr Abū Zakarīyāʾ al-Warjalānī, Yaḥyā ibn Šaraf Abū Zakarīyā Muḥyī al-Dīn al- Nawawī, Abou Zakariya, selon lui, Abou Abd Allah ben Ibad convertit un groupe de Berbères Zénètes, les Ouacilites. Ces derniers fondèrent les ksours d'El Ettaf, Ghardaia et Bou Noura.

Selon Abel André Coÿne, Khelfa ibn Abror chef des populations fonde El Ettaf en 1012. Ensuite, Bou Nora est construite en 1057. Gardiaia est édifié en 1097 par Sliman ben Yahia, Si Boujmaa et Aissa ben Alouan[6]. Entre ses deux dernières dates, les Hilaliens pénètrent l'Algérie centrale.

Selon Yaḥyá ibn Abī Bakr Abū Zakarīyāʾ al-Warjalānī, Yaḥyā ibn Šaraf Abū Zakarīyā Muḥyī al-Dīn al- Nawawī, Abou Zakariya, selon lui, les Almoravides vont s'attaquer aux Ibadites surtout au règne du Almoravides Yahia ibn ishaq ibn Mohamed ibn Ghania en 1204[7].

Au XIIIe siècle, les berbères Ibadites se rassembleront dans la région du Mzab. Tous les réfugiés venaient de Tiaret, du Djbel Amour, etc. D'autres sont venus de Djerba en Tunisie pour des raisons inconnues à nos jours dans la région du Mzab[7].

Depuis le XVIIIe siècle, le rôle de la région comme carrefour commercial caravanier de l'Afrique saharienne s'est affirmé, autour de produits tels que les dattes, le sel, l'ivoire, les armes, mais aussi les esclaves[réf. nécessaire]. La présence de Mozabites installés dans les villes du Nord du Maghreb telles que Tunis et Alger confirme leurs capacités commerciales.

Après la conquête de Laghouat par les Français, les Mozabites concluent avec le gouvernement d'Alger une convention qui les engage à payer une contribution annuelle de 1800 francs pour obtenir l'autonomie. En 1853, la Fédération des sept cités du Mzab signe un traité avec la France, le texte garantit une autonomie à la région. Mais les incursions répétées de nomades poussent la France à annexer le territoire en 1882. Les Français ont à partir de cette date développé un système d'irrigation dans les oasis. La région du M'Zab fut notamment représentée en peinture par les peintres Maurice Bouviolle, Marius de Buzon et d'autres peintres orientalistes français.

Pendant la Guerre d'Algérie, les Mozabites adhèrent au mouvement du MNA de Messali Hadj. Par la suite, le FLN contrôle la région sous le colonel Mohamed Chabani.

Société[modifier | modifier le code]

  • La Azzaba est le conseil des sages qui décide de toutes les décisions des citoyens selon des règles.
  • La célébration des mariages se fait selon un rite unique au Monde. La coutume veut que les mariages se fassent en groupe. Une journée de l'année est proclamée pour cette célébration. Elle regroupe tous les hommes dans le Ksar de Berriane et un des membres de la Azzaba prêche devant toutes les communautés. Après la dernière prière d'El aicha, plusieurs activités traditionnelles et culturelles sont présentes, la musique, le théâtre, la poésie, les chants religieux, etc. Le lendemain, chaque marié est accompagné à son nouveau domicile. Pendant toute cette cérémonie, les hommes sont habillés de la même façon et on y trouve les différentes souches de la société du riche au simple citoyen[8].


Génétique[modifier | modifier le code]

Lignée paternelle : l'ADN du chromosome Y[modifier | modifier le code]

L'analyse du chromosome Y, transmis de père en fils, est utilisé en génétique des populations pour étudier la lignée paternelle. Les haplogroupes liés au chromosome Y représentent les branches de l’arbre généalogique des Homo Sapiens.

Plus de 85 % des Mozabites possèdent l'haplogroupe E1b1b1b, identifié par le marqueur M81, caractéristique des populations du Maghreb où sa fréquence se situe entre 35 % et 100 %. En Europe, cet haplogroupe est assez rare sauf dans la péninsule Ibérique où sa fréquence moyenne se situe autour de 5-6 %.

Haplogroupes Y-ADN Nb A/B E(xE1b1b) E1b1b1 (M35) E1b1b1a (M78) E1b1b1b (M81) E1b1b1c (M123) G I J1 J2 R1a R1b Source
Haplogroupe 67 0 4 % 0 1,5 % 86,6 % 1,5 % 1,5 % 0 1,5 % 0 0 3 % Dugoujon et al. (2009)[9]

Lignée maternelle: l'ADN mitochondrial[modifier | modifier le code]

ADNmt Nb Lignées eurasiennes Lignées nord-africaines(U6, M1) Lignées sub-Sahariennes (L) Source
Haplogroupes 85 54,1 % 33,0 % 12,9 % Coudray et al. (2009)[10]

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://books.google.fr/books?id=IgvgAAAAMAAJ&pg=RA1-PA369&dq=Berb%C3%A8res+mozabites&hl=fr&ei=q_TCTcmnKc6J4Qa3lZTWBA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CDYQ6AEwAQ#v=onepage&q=Berb%C3%A8res%20mozabites&f=false
  2. http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/afrique/berberes_Afrique.htm
  3. Mʾzabite article from the Encyclopædia Britannica (Les Mozabites sur Britannica Online Encyclopedia)
  4. a et b Mathieu Guidère, Atlas des pays arabes : Des révolutions à la démocratie ?, Autrement (Editions), coll. « Atlas/Monde »,‎ 2012, 95 p. (ISBN 978-2-7467-3206-3), p. 63
  5. Le Mzab. Par Abel André Coÿne. Publié par Adolphe Jourdan, 1879. page 13
  6. Le Mzab. Par Abel André Coÿne. Publié par Adolphe Jourdan, 1879
  7. a et b Yaḥyá ibn Abī Bakr Abū Zakarīyāʾ al-Warjalānī, Yaḥyā ibn Šaraf Abū Zakarīyā Muḥyī al-Dīn al- Nawawī, Abou Zakariya, Chronique d'Abou Zakaria, page LXXV
  8. Liberté Algérie
  9. Dugoujon J.M., Coudray C., Torroni A., Cruciani F., Scozzari F., Moral P., Louali N., Kossmann M. The Berber and the Berbers: Genetic and linguistic diversities. In: Become Eloquent. Edited by J.M. Hombert and F. d’Errico. Ed. John Benjamins. pp 123-146; 2009
  10. Coudray et al. (2009), The Complex and Diversified Mitochondrial Gene Pool of Berber Populations, Ann Hum Genet. 2009 Mar;73(2):196-214. Epub 2008 Nov 27. PMID: 19053990

Voir aussi[modifier | modifier le code]