Mikhaïl Koutouzov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mikhaïl Illarionovitch Golenichtchev-Koutouzov
Image illustrative de l'article Mikhaïl Koutouzov

Naissance
Saint-Pétersbourg
Décès (à 68 ans)
Bunzlau en Silésie.
Origine Russe
Allégeance Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Grade Feld-maréchal
Années de service 17591813
Conflits Guerre russo-turque de 1787-1792
Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Guerre russo-turque de 1806-1812
Commandement Général en chef des armées de Russie
Faits d'armes Bataille de Dürenstein
Bataille d'Austerlitz
Bataille de la Moskova
Bataille de Winkowo
Bataille de Krasnoï
Distinctions Prince de Smolensk

Ordre de Saint-Jean de Jérusalem Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (Russie impériale)
Ordre de Saint-André Ordre de Saint-André
Ordre de St-Georges Ie classe Ordre de Saint-Georges
Ordre de Saint-Vladimir Ie classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Saint Alexandre Nevski Ordre de Saint-Alexandre Nevski
Ordre de Sainte-Anne Ie classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre militaire de Marie-Thérèse Ordre militaire de Marie-Thérèse
Ordre de l'Aigle noir Ordre de l'Aigle noir
Ordre de l'Aigle rouge Ordre de l'Aigle rouge

Mikhaïl Illarionovitch Golenichtchev-Koutouzov (en russe : Михаил Илларионович Голенищев-Кутузов), prince de Smolensk, né en 1745 à Saint-Pétersbourg et mort le à Bunzlau en Silésie fut le général en chef des armées de Russie, sous le règne du tsar Alexandre Ier. Relevé momentanément de ses fonctions suite à la bataille d'Austerlitz, il fut écarté de l'armée et nommé gouverneur de Kiev. Après son retour au commandement, il s'illustra lors de la campagne de Russie, où sa politique de la terre brûlée força Napoléon à la retraite. Il parvint par la suite à relever le moral de l'armée russe et à l'encourager à mener une contre-offensive, en organisant le harcèlement de la Grande Armée lors de la retraite française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Blason de la famille Golenichtchev-Koutouzov

Fils d'un ingénieur militaire, il embrasse la carrière des armes dès l'âge de 12 ans. En 1759, il intègre l'armée russe, alors qu'il n'est âgé que de 14 ans. Il connaît six langues, l'arithmétique et la géographie. Débutant dans les corps d'artillerie de l'impératrice Catherine II, il participe aux campagnes de Pologne (1764-1769) et d'Ukraine avant de se distinguer dans la guerre contre les Turcs en 1788-1792. Une balle lui traverse la tête en 1773 : il perd son œil droit. Il sert ensuite sous les ordres de son maître à penser, le général Alexandre Souvorov. En 1788, il frôle la mort encore une fois. Il récupère à temps pour prendre une part active aux dernières batailles contre les Turcs.

Koutouzov assiste en 1788 au siège d'Otchakov, où il fait preuve d'une grande fermeté. Il est grièvement blessé dans une vigoureuse sortie de la garnison turque. Il prend ensuite une grande part à la prise d'Izmaïl, en 1790. Il est nommé en 1791 lieutenant général, puis chargé du commandement d'un corps d'armée placé entre le Prut, le Dniestr et le Danube. Après la paix avec les Turcs, il obtint le commandement de l'Ukraine et participe à plusieurs négociations diplomatiques, tant sous le règne de l'impératrice Catherine II que sous celui de son successeur le tsar Paul Ier. Il devient successivement ambassadeur à Constantinople, gouverneur-général de Finlande, commandant du corps des cadets à Saint-Pétersbourg, ambassadeur à Berlin, gouverneur militaire de Saint-Pétersbourg.

Peut-être parce qu'il a refusé de participer au complot contre le tsar Paul Ier, Alexandre Ier, devenu tsar à son tour, l'écarte des postes importants.

Il meurt en avril 1813 en Silésie des suites d'une septicémie.

Les guerres napoléoniennes[modifier | modifier le code]

En 1805, au moment de la Troisième Coalition contre la France, Koutouzov a 60 ans. Il est un chef populaire par son goût immodéré pour l'alcool et les femmes, ce qui n'empêche pas que tout le monde s'accorde à le trouver courtois, cultivé et rusé. Alexandre Ier le charge de soutenir les Autrichiens contre Napoléon Ier. Il affronte le maréchal Joseph Mortier à Dürrenstein en novembre 1805.

Article détaillé : Bataille de Dürenstein.

À Austerlitz, il déconseille de livrer bataille. Mais le tsar, présent sur le champ de bataille, fait la sourde oreille. Après la défaite, Koutouzov qui a eu le tort d'avoir raison, tombe à nouveau en défaveur. Il est assigné à des postes d'importance mineure.

Article détaillé : Bataille d'Austerlitz.
À la conférence de Fili, Koutouzov décide de la capitulation de Moscou.

En 1811, les victoires décisives qu'il remporte contre les Turcs en Moldavie dictent les conditions de la paix lors du traité de Bucarest le  : la Moldavie orientale (dite Bessarabie, actuelle République de Moldavie) devient russe. Après la paix de Presbourg. Il est élevé aux dignités de prince, de président du conseil d'État et de feld-maréchal.

La campagne de Russie[modifier | modifier le code]

Le tsar lui confie à nouveau le commandement en chef de l'armée russe lors de l'invasion française de la campagne de Russie. Koutouzov applique alors la politique de la terre brûlée sur près de 2 000 km entre la frontière russe et Moscou. Évitant jusqu'au bout l'affrontement qui lui serait fatal, il laisse les 200 000 hommes de la Grande Armée s'approcher de Moscou sous les harcèlements incessants des Cosaques, qui ne sont pas sans rappeler la guérilla espagnole. Puis, il se décide enfin, aux portes de Moscou, à livrer bataille. C'est la bataille de la Moskowa (ou Borodino).

Article détaillé : Bataille de la Moskova.

Vaincue, l'armée russe ouvre la route de Moscou que les Français trouvent abandonnée. La ville construite en bois est incendiée sous les ordres du gouverneur Rospotchine du 14 au 20 septembre privant les 200 000 hommes de la Grande Armée, d'abris pour l'hiver.

Napoléon est alors contraint, le 18 octobre, en plein hiver russe, de donner l'ordre de la retraite. Koutouzov talonne l'armée en déroute qu'il harcèle avec des petits groupes. Les combats de Dorogobouj et la bataille de Krasnoï, où le nombre écrase pourtant la valeur, valent à Koutouzov le surnom de Smolenskoï et le grand cordon de Saint-Georges.

Lors du passage de la Bérézina, les débris de la Grande Armée lui échappent de justesse.

Ce feld-maréchal commande encore l'armée russe au commencement de 1813. Mais atteint d'une septicémie, suite à ses nombreuses blessures, il meurt à Bunzlau en Silésie le , alors qu'il prend le commandement des forces alliés de la Sixième Coalition et s'apprête à déclencher une offensive contre les forces de Napoléon Ier.

Postérité[modifier | modifier le code]

Dolly de Ficquelmont et sa sœur Catherine, petites-filles du prince Koutouzov par Alexandre Brioullov
Obélisque Koutouzov situé à Borodino

Famille[modifier | modifier le code]

Le prince Koutouzov eut cinq filles :

En l’absence d’héritier mâle en ligne directe, le patrimoine du prince Koutouzov passa à la famille Tolstoï.

Commémoration[modifier | modifier le code]

Un mémorial fut érigé sur le lieu de sa mort, sur le Mont Poklonnaïa à Moscou et devant la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan de Saint-Pétersbourg, où il est enterré.

Le poète, dramaturge et romancier russe Alexandre Pouchkine dédia un fameux éloge sur la sépulture de maréchal. Dans Guerre et Paix, Léon Tolstoï le représente comme un chef intelligent et apprécié.

Pendant l'offensive allemande (1941-1945), le gouvernement soviétique créa l'ordre de Koutouzov. Aujourd'hui, après la chute de l'Union soviétique, c'est encore une des plus hautes distinctions en Russie. Avec son maître le général Alexandre Souvorov, Koutouzov est considéré comme un des plus grands généraux russes.

Littérature[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Source partielle[modifier | modifier le code]

« Mikhaïl Koutouzov », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850,‎ 1852 [détail de l’édition]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tolstoï s’inspira de Ferdinand pour le personnage d’André Bolkonski dans son roman Guerre et paix
  2. de la liaison entre la comtesse Catherine von Tiesenhausen et le prince Frédéric-Guillaume de Prusse naquit le comte Félix Elston, grand-père paternel du prince Félix Youssoupoff, Félix Youssoupoff Mémoires, édition révisée par Félix Bonafé (1953), Paris, V & O éditions, 1990
Précédé par Mikhaïl Koutouzov Suivi par
Piotr Alexeïevitch Pahlen
Gouverneur de guerre de Saint-Petersbourg
1801–1802
Mikhaïl Kamenski